Titre de l'acte

kfmhsdfjkwfhcsfbcqn,bdl

À propos de NW

Depuis 2007, Nintendo World (NW) est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers évènements. Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

Liens Utiles

Règles
Consultez les règles du forum et ses actualités !

Fiches Persos
Postez votre fiche personnage et suivez son évolution.

[FIN ACTE XII] Retour vers Nintendo World
Participez au dernier topic de l'Acte XII avant de revenir dans le passé !

Ressources et Achats
Boutique ? Marché Noir ? Chenil ? C'est par ici !

Topic Unlock
Plus vous participez ! Plus vous deverouillez des fonctionnalités sur le forum !

Safari Pokemon
Capturez les pokémons de NW et ramenez-les ici !

Staff
Actes

MonTexte

Derniers sujets

Top-Sites:

Partenaires:


Aller en bas

~PNJ General~ a écrit:

~PNJ General~
PNJ
le Dim 10 Mar 2019 - 21:04


Quelques années étaient écoulés depuis l'éradiction du Parasite. Sur Nippon, la région semblait revenir à la normal. Certes, il y avait eu l'arrivée des Aliens qui dérouta les Nippons. Au final, contrairement à Horuna, ils avaient une philosophie d'intégration à leur monde qui leur entoure. Héros, Aliens et Natifs, ils partagèrent leur culture, leur instant de bonheur à vivre ensemble. Bref, tout allait pour le mieux.

Ceci dit, cela ne leur empêche pas de se préoccuper du sort des îles voisines. En effet, Nippon fut la seule région à ne pas exclure une partie de personnes. Peut-être que cela leur devrait arriver. Néanmoins, les Nippons étaient des habitants qui prônaient le respect, avant les idées ou visions. D'ailleurs, ceux qui avaient déménagés récemment furent des personnes vivants dans les îles en conflit pour fuir les persécutions qui pourraient y avoir. Ils avertirent d'une certaine rumeur que Nippon aurait des chances d'attiser la foudre aux autres îles. Ces derniers voyaient comme un gros gâteau rêvé par les gourmands qu'ils seraient prêts à tout pour avoir la plus grosse part.

Depuis, la région du Nippon avait durci les démarches pour vivre sur cette île. Du moins, c'était ce qui était dit. En pratique, les autorités restèrent bienveillants car ils comprenaient cette situation. Bien sûr, elles ne restaient pas dupes. Un système de garde fut instauré, en complément avec l'implémentation de caméras dans les villes. Cela embêtait fort les habitants. Ceci dit, ils se disaient que c'était un mal pour un bien. Et ils devraient estimer heureux de ce choix. Arrivés de manière soudaine, trois armées entoura Fourside : la capitale du Nippon. La capitale avait certes, quelques troupes locales et qui venaient d'ailleurs en renfort. Cependant, les habitants de Fourside furent assez pessimistes car c'était une région seule et altruiste contre plusieurs régions sectaires. Nippon finira peut-être par être aux bras du Royaume Champignon, Horuna ou Neo-Tellius. Peut-être que parmi les habitants du Nippon et visiteurs, il y en aurait qui viendrait aider les habitants, de la même manière qu'un ange qui serait tombé du ciel.
Pièces Pièces : 40621
Nombre de messages : 8589
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Blanchet a écrit:

Blanchet
Joueur Novice
le Mar 19 Mar 2019 - 13:00
             
La guerre... La guerre ne meurt jamais.

Sur la planète de Blanchet, la guerre ne se faisait pas entre humain. Elle se faisait entre humains et monstres. La différence était distinct, et pourtant les rumeurs parlaient de Riders se liant d'amitié avec les monstres, chose qui montrait que la cohabitation était possible. La cohabitation entre le "normal" et le "différent" était possible. Le Nippon était pour accepter la différence, et la paix., même si cela était plus dur au quotidien. Blanchet l'avait cherchée, après s'être fait traité de "sorcier félidé" et "d'hérétique" sur Neo Tellius. Il avait erré avec son tonneau-maison sur les différentes iles, mais soit les iles n'étaient pas ou peu colonisées pour avoir une guilde de chasseur, soit repoussait Blanchet pour une raison ou une autre. Horuna, les Aliens exigeaient toujours plus, en maltraitant toujours les Natifs, qui formèrent des groupes anti-Aliens. Néo-Tellius l'avait chassé en le traitant de sorcier. Néo-Champignon ne montrait pas mieux avec la chasse aux héros... Restait le Nippon, ainsi qui l'accepta enfin.

Blanchet était méfiant au début, pour éviter le superlatif. Il n'y croyais pas. Sa peur de tout et les évènements récents avaient fusionné pour créer une véritable petite paranoïa qui le hanta les mois qui suivirent. Il planta son tonneau à l'écart de tout, dans une foret, près d'un ruisseau, ou il pourrait survivre, seul. Dumoins il le pensait. Au bout d'un moment, les autorité, même en comprenant que l'état mental du félin n'était pas à son meilleur statut, décidèrent de le forcer à aller en ville en usant le prétexte  de "se rendre utile à la société", ce qui voulait dire derrière "sociabilise et trouve une situation stable", même si Blanchet ne le compris pas. Trainant les pattes, il avait pourtant trouvé la guilde des chasseurs, chargé de réguler les monstres des environs. Du à son statut, il fut embauché pour d'abord repérer les différents territoires des monstres, puis comme éclaireur pour repérer les monstres eux-mêmes, et enfin chasser. Au fil des mois qui suivirent, il redevint peu à peu lui même, laissant la paranoïa derrière, devenant même ami avec la réceptionniste qui était fana de chat, et qui, en plus de la récompense de mission, le caressait sous le menton et entre les oreilles. C'était les plus beaux mois de sa vie sur Next Wave.

Puis les rumeurs sur les invasion commencèrent à arriver. Blanchet n'en tint pas compte au début, ce genre de canular n'était pas drôle, et il ne fallait pas se laisser abattre. Mais plus le temps passait, plus la haine grandissait dans les iles voisines, et voyais l'inquiétude sur le visage des gens, d'abord des plus pessimistes et croyants au théories du complot, puis au fur et à mesure que la rumeur se confirmait, ses camarades, et même le visage de la gentille réceptionniste. Elle ne souriait plus aussi franchement. La vigueur de la passion de ses caresse n'était plus là. Tout avait laissé place à de l'inquiétude et au doute les plus profond. Blanchet souriait, mais il ne pouvait mentir. A voir tout le monde aussi touché, cela l'avait affecté, lui aussi.

Et aujourd'hui, les rumeurs ont laissé place à la réalité, ce qui était juste la rumeur, mais avec plus de fatalité. L'inquiétude des gens, ainsi que le doute explosa. Tous se barricadèrent autant qu'ils purent,  sachant pertinemment qu'ils ne pourraient pas fuir. Blanchet le perçut, mais alla tout de même voir la réceptionniste, qui elle aussi avait cédé au désespoir. Le félyne entra dans la pièce sombre, vide, déserte, en parfaite contradiction avec la lumière et l'agitation quotidienne. Il n'y avait juste que des sanglots, dans l'arrière salle. Blanchet entra doucement, regardant son amie, assise devant un bureau rempli de feuilles de quêtes a effectuer en pagaille, la tête dans les bras, pleurer toutes les larmes de son corps. Le jeune palico hésita un long moment avant de finalement approcher lentement, posant sa tête avec douceur sur le flanc de son amie. Elle s’arrêta un moment, sa main tremblante répétant les mêmes gestes quotidiens pour le caresser. Et pourtant, ils étaient toujours aussi vide. Ils restèrent comme ça ce qui leurs parut être une éternité, puis une respiration légère se fit percevoir. La réceptionniste, épuisée après tous ces sanglots, s'était endormie sur un bureau aux côtés de Blanchet.

Ce dernier se retira sur les coussinets. Il savait quoi faire désormais. Le jeune félyne prit toutes ses affaires, des noisettes pour se restaurer, des potions de vie à donner aux combattants, ses cornes de chasses, l'armure de son père, et il regarda ses yeux dans la lame de son épée, avant de la rengainer et la prendre également. Il ignorait encore beaucoup de choses, mais il savait qu'aujourd'hui, sa place serait dans les rangs des soldats qui protégeraient la ville.

La guerre ne meurt jamais.
Mais il serait prêt.
Pièces Pièces : 1729
Nombre de messages : 57
Réplique/Citation : Nya ! :)
Date d'inscription : 28/11/2018
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Wolf O'Donnell a écrit:

Wolf O'Donnell
Grand Connard
le Dim 14 Avr 2019 - 0:12
Le loup était assis sur une rambarde en béton, en train de fumer. Tel un éclaireur, il guettait de loin les activités suspectes par les voisins du Nippon. En réalité, Wolf ne pouvait pas sortir de la ville, par mesure de sécurité. Le cornérien était au courant de ce qui se passait. Malgré son attitude « je-m'en-foutiste », il ne pouvait pas s'empêcher d'être dégoûté par l'humanité qui allait en guerre d'idéologie. Il eut l'impression d'être retourné à la case Nintendo World. Néanmoins, sur Next Wave, ce n'était pas un vilain mégalomane qui voulait conquérir le monde. Non. C'était assez politique. Si le loup avait un seul souhait, ça serait qu'une grosse catastrophe viendrait raser le monde entier. Cependant, à moins de compter sur quelqu'un avide de destruction, il était impossible de demander à Dame Nature un sinistre à la carte.

Wolf était à la moitié de la quarantaine. Les traces de fatigue dû à l'âge se faisait beaucoup apparaître chez l'anthropomorphe. Néanmoins, il conservait l'énergie d'un pilote militaire. Son style vestimentaire ne changeait pas. Il gardait le look d'un vieux biker. Cela collait avec la moto qui était à côté de lui. Il s'agissait de la moto de Faust. Ce dernier qui voulait que sa petite amie ait des conditions de transports d'une princesse avait demandé à son ami de lui prêter sa voiture.

Alors que le loup écrasa sa cigarette, il aperçut un chat anthropomorphe. Wolf l'avait déjà vu quelque part. Cependant, sa mémoire lui jouait des tours. Quelques secondes plus tard, il se souvenait que c'était le chat frêle d'apparence sous le nom de Blanchet. Ceci dit, le loup n'avait pas encore le nom en tête. Le félin se préparait d'avance à se battre contre les voisins qui préparaient un mauvais coup.


-Tiens, microbe. On sort du bac à sable pour jouer dans la cour des grands ?
Interpella Wolf à Blanchet.

Malgré des mots qui donnaient l'impression d'un adolescent qui charriait un enfant, le canidé ne s'attendait pas à ce que le chat rejoignit les défenses du Nippon. De la même manière, il y avait cinq ans, le cornérien grogna pour l'intimider. Plus tard, il reprit son air détaché.


-Je plaisante. Je voulais vérifier si t'avais les couilles pour tenir à des têtes dures. D'ailleurs, tu ne t'es jamais demandé comment les gens en sont arrivés là ? C'est pas de mon genre de faire les philosophes à deux balles. Mais bon, des chieurs qui apparaissaient en grand nombre, je trouve que ça fait beaucoup. J'ai pas l'intention de rejoindre l'armée. A vrai dire, j'suis pas du genre coopératif. Mais, si y a besoin de nouvelles mains pour botter le cul de ces illuminés, tu peux compter sur moi.
Pièces Pièces : 2592
Nombre de messages : 157
Réplique/Citation : What's the matter, scared ?
Date d'inscription : 20/06/2013

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

~PNJ General~ a écrit:

~PNJ General~
PNJ
le Dim 14 Avr 2019 - 13:35
La guerre fut déclarée entre les Nippons et ses voisins. La plupart des habitants se planquèrent dans leur maison et regarder le spectacle à distance. La première vague était lancée. La majorité des ennemis venaient du Royaume Champignon. Ils portaient tous un casque et un foulard, afin qu'ils se reconnaissent entre eux. Ceci dit, la stratégie ne semblèrent pas assez intelligente, à moins que cela soit un leurre. En effet, la première troupe qui restèrent groupés foncèrent vers la ville, dans une même zone. Ils ne n'éparpillèrent pas. Bref, ils tentèrent la méthode de tout miser sur une zone. Les soldats du Nippon n'aimaient pas en arriver là. Malheureusement, ils se sentirent forcés, dû à l'impossibilité de devenir diplomate avec les autres. L'armée tirèrent dans le tas. Des fumées venant d'une bombe fumigène jaillirent dans la zone d'affrontement. Difficile pour les tireurs de viser.

Quelques instants plus tard, ceux qui avaient survécus à la rafale de tirs sortirent de l'écran de fumée pour plaquer les soldats du Nippon qui étaient dans les premières rangées. Leurs regards étaient fous. Ils étaient comme des zombies qui ne voyait uniquement la violence. D'autres arrivèrent à pénétrer dans la ville pour semer la zizanie. Certains tentèrent d'entrer dans des maisons pour tuer des familles. Quelques uns se dirigèrent dans un bâtiment proche de Blanchet et de Wolf, à la recherche de personnes pour se défouler. Ils tombèrent sur une réceptionniste où ils prirent un grand plaisir pour la faire passer un sale quart d'heure, à moins qu'elle s'y rende du côté du Royaume Champignon.


[La prochaine réponse se fera vers le week-end du 28 avril. Pour ceux qui ne sont pas dans le RP, il est possible de vous y incruster.]
Pièces Pièces : 40621
Nombre de messages : 8589
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Blanchet a écrit:

Blanchet
Joueur Novice
le Mar 16 Avr 2019 - 10:16
Alors qu'il finissait de préparer ses affaires, Blanchet fut interpellé par une voix qu'il n'avait pas entendu depuis longtemps.

-Tiens, microbe. On sort du bac à sable pour jouer dans la cour des grands ?

Mr.Wolf le loup... Il le salua d'un grave hochement de tête. Bien qu'il le provoque, la situation était tellement tendue qu'il ne releva pas la provocation. Soudainement, le loup grogna. Le félyne se mit aussitôt sur ses gardes, dégainant son Katana. Il était sur les nerfs... Ses yeux laissait entrevoir une détermination ferme... Mais également une faiblesse, une compassion... Le petit timide n'avais pas changé, au fond. Ce dernier reprit un air décontracté.

-Je plaisante. Je voulais vérifier si t'avais les couilles pour tenir à des têtes dures. D'ailleurs, tu ne t'es jamais demandé comment les gens en sont arrivés là ? C'est pas de mon genre de faire les philosophes à deux balles. Mais bon, des chieurs qui apparaissaient en grand nombre, je trouve que ça fait beaucoup. J'ai pas l'intention de rejoindre l'armée. A vrai dire, j'suis pas du genre coopératif. Mais, si y a besoin de nouvelles mains pour botter le cul de ces illuminés, tu peux compter sur moi.

Blanchet rengaina, et se remit à respirer. Il avait rarement vu le pilote... Mais découvrir ce côté philosophe le faisais sympathiser avec lui, passant du "grand connard" à "personne sympathique mais brusque." Le félyne s'approcha un peu de Wolf, pas trop prêt, le regard toujours aussi grave.

-Je ne sais nyas grand chose...Je suppose qu'il s'agit d'une petite chose, un je ne sais quoi, qui nyà du grandir nyavec le temps jusqu'à ce que tout cenya craque. Dans tous les cas... J'apprécie ton soutient.

Il regarda Wolf dans les yeux.

-Sur ce, je dois y aller, les armées ne vont pas m'attendre...


Sur ces mots, Blanchet monta rapidement en haut du bâtiment le plus haut, le plus proche, en haut d'un clocher d'une église. De là ou il était, le petit soldat était suffisamment proche de la frontière de la ville pour surveiller les armées, jouer du cor pour les soldats du Nippon, ainsi que surveiller les environs. Quand les 1eres fumigènes commencèrent à arriver, Blanchet joua de sa corne de pierre et de sa corne du démon, afin d'augmenter la force/l'attaque ainsi que la résistances de ses alliés à porté de son. Il vit les 1eres lignes s'abattre sur la ville tel un raz-de-marée humain, et décida qu'il était temps pour lui de descendre. Il eu à peine le temps de s’exécuter qu'il entendit au milieux du tumulte un cri de douleur. Son oreille se tourna vers la  source du bruit alors qu'il entendit un nouveau cri de douleur, et reconnu cette fois-ci la voix brisée à causes des sanglots qui hurlait cette fois de douleur. Son sang ne fit alors qu'un tour et il couru à 4 pattes avec sa vitesse qui faisait pâlir les plus grands scouts de la guilde en priant qu'il aie tord. Il esquiva les fou qui tentèrent de le saisir au passage, bondissant sur leurs tête, glissant entre les jambes, déviant d'un petit coup de pattes leurs mains.

La porte du bâtiment de la guilde était grande ouverte, et pendait par un gond unique sous la pression des forces du royaume champignon. Ce qu'il vit le laissa pétrifié d'effroi pendant quelques secondes.
Son amie gisait au sol, et bien qu'elle aie pleuré à s'en briser la voix, cette même voix hurlait et suppliait que tout cela cesse. Les coups pleuvaient sur son corps recroquevillé sur le sol, au centre de la pièce. Ils venaient d'arriver et pourtant le sang commençait déjà à apparaitre, les craquements commençaient à se faire entendre. Les salauds riaient... Et même si elle criait qu'elle ne souhaitait que tout s'arrete et la paix, ils demandaient des "preuves de bonne foi". Blanchet s'immobilisa sur les pattes arrières, et ses pupilles s'agrandirent devant le spectacle morbide qui s'offra à lui. Il ne réfléchit plus.

Ne dégainant même pas il bondit en feulant sur le 1er qu'il égorgea de ses propres griffes. Les humains n'étaient pas différent des animaux, et il était un spécialiste. Devant la mort subite de leur camarade, ils se retournèrent vers le félin qui n'attendit pas leurs réaction pour en bondir sur un autre qu'il lacéra de part en part qu'il termina en mordant  la jugulaire. Un fou réussit à toucher Blanchet avec une matraque, ce qui le fit tomber de l'homme qui tomba aussi avant de se vider de son sang. Le félyne chargea à 4 pattes en feulant une fois de plus vers les 2 derniers, qui n'avaient pas l'habitude d'affronter plus petit qu'eux, et encore moins entrainé à combattre. Leurs coups fut facilement esquivé par une pirouette du palico qui usa de sa vitesse et de la force de ses pattes pour planter les griffes dans les yeux de l'un. L'autre se mit en garde contre ses bonds mais Blanchet s'échappa vers le sol, et rebondis pour passer sous sa garde. Il bondit dans son ventre, ce qu'il le plia en 2, et Blanchet fit un salto avant pour dégainer et le décapiter dans le même mouvement. Ne restait que le dernier, qui, aveugle, n'attendais que sa mort. Ce que Blanchet lui accordait rapidement.

Une fois son carnage fait, Blanchet essuya rapidement son sabre qu'il rengaina, et alla porter son amie en lieu sur dans une petite pièce (une petite infirmerie), et lui laissa une potion concoctée par ses soins au préalable. Il ferma la pièce qu'il barricada en faisant tomber une armoires et quelques meubles devant, puis ressorti.

Des animaux étaient venu dans sa ville. Il était temps de chasser.
Il dégaina pour se diriger vers les suivants.
Pièces Pièces : 1729
Nombre de messages : 57
Réplique/Citation : Nya ! :)
Date d'inscription : 28/11/2018
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Wolf O'Donnell a écrit:

Wolf O'Donnell
Grand Connard
le Lun 22 Avr 2019 - 20:59
Réputation du message : 100% (1 vote)
L'intimidation marchait encore sur Blanchet. Wolf réalisa que le félin avait changé, en le voyant dégainer son arme. Cependant, le cornérien avait l'intuition que son compagnon restait un chaton fragile. Peut-être que l'apparence physique influençait sa vision. C'était vrai qu'entre un petit chat qui porte une épée et un loup à l'allure intimidant prêt à dégainer son arme à feu, le premier serait moins crédible au second. M'enfin, ce n'était pas parce que Blanchet était si mignon qu'il ne ferait pas de mal à une mouche. Wolf avait connu des gens qui utilisaient leur charisme pour parvenir à leurs fins. Le canidé observa le félin partir avec détermination. Il sourit discrètement. Blanchet était assez optimiste, contrairement à Wolf. Ce dernier enviait son innocence.

Le duo se séparèrent. Le loup ne faisait pas partie de l'armée. Au final, il ne regretta pas sa décision. Pas d'ordres de généraux à suivre. Wolf pouvait faire ce qu'il semblait juste à ses propres valeurs. Cependant, il se voyait mal se fondre parmi la troupe des soldats du Nippon. Tout ce qu'il pouvait faire était de rester témoin de la guerre. Les tirs et des cris se faisaient entendre. L'ancien pilote restait de marbre. Il se demanda même ce qu'il lui avait pris de proposer son aide à Blanchet, alors que Wolf était plutôt du genre solitaire. Ses émotions contre l'humanité ? Certes. Mais, le loup se disait d'avoir vu pire.

Plus le temps passait, plus Wolf eut du mal à rester passif. Il eut beau repousser les sentiments. Seulement, il ne pouvait pas s'empêcher de se sentir concerné. Le cornérien imaginait si c'était ses amis qui subissaient le mauvais sort des oppresseurs. Si il y avait un prototype pour retirer les émotions humains, le loup serait le premier à tester.


-Oh et puis merde !



Pourquoi l'anthropomorphe s'était mis dans cette galère. Bref, il errait dans la capitale, à la recherche d'une cible à tuer. Qui sait, cela lui calmerait sa rancune envers la connerie humaine. Histoire de ne pas se faire repérer par ses ennemis, il optait pour les petites ruelles. Et il avait mieux fait. Wolf avait repéré un Natif du Royaume Champignon qui avait réussi à se faufiler du champ de bataille. Le loup pourrait l'abattre de suite. Ceci dit, son intuition lui disait le contraire. Wolf suivit sa proie. Il arriva devant une petite maison qui était peu sécurisée. Le soldat entra dans la maison, provoquant des cris et des pleurs à l'intérieur. Quant à Wolf, il restait devant l'entrée. Le cornérien entendit une voix menaçante. Cette dernière avertit à la famille qui habitait dans la maison que si elle ne se mettait pas dans leur camp, il abattrait leur enfant . De plus, elle leur ordonna de se montrer physiquement. Les parents de l'otage devraient être sans doute cachés.

Discrètement, Wolf entra dans le bâtiment. Il ne fallut pas trop de temps pour lui pour trouver sa cible. Sans hésiter, le loup dégaina son Blaster et tira sur le torse du soldat. Conscient que son arme n'était pas létale, il tira deux fois à nouveau. L'enfant était accroupi, apeuré par le son des balles. Néanmoins, il assistait à un sauvetage. Quant au cornérien, il vit sa cible qui gisait. Encore heureux que son couteau qui avait servi à menacer l'enfant était hors de sa portée. Wolf pointait son arme vers le Natif. Après tout, il y avait possibilité d'un piège.


-J'aurais pas dû tirer sur ton point faible. Pourquoi t'as pris exemple avec les Nippons ? Tu serais pas en arrivé là.
-Va... Va crever, sale Héros !


Vu son état, le loup déduisit qu'il ne bluffait pas. De plus, il était déjà condamné à sa haine.

-Je te conseille de fermer les yeux, gamin.

L'enfant qui fut victime de la menace du soldat couvrit ses yeux, jambes tremblantes. Wolf ramassa le couteau et le planta sur la tempe du soldat. Si le loup préférait achever son ennemi avec une arme blanche, c'était parce qu'il économisait ses balles. Quant à l'otage, la situation devenait de plus en plus insupportable psychologiquement qu'il pleurait à chaudes larmes. Wolf se serait contenté de laisser la situation tel quel. Mais, il décida de le réconforter. A peine touché l'épaule, l'enfant se mit tout de suite à blottir contre le cornérien. Ce dernier avait les poils qui hérissaient. Il refusait que quelqu'un voyait utiliser son instinct paternel improvisé. C'était vraiment embarrassant, pour lui. Wolf voulut repousser l'enfant. Cependant, il n'osait pas.

-Hé, ho ! J'suis pas un chien en peluche. Si tu veux voir tes darons, ils sont juste là.
Grogna le loup, en pointant les vrais parents qui arrivèrent timidement.

Pourquoi il n'arrivait plus à envoyer balader les gens qu'auparavant ? Le canidé allait poser la question plus tard car il devrait enchaîner avec les adultes qui voulaient remercier l'ange qui fut tombé du ciel.


-Épargnez-moi vos remerciements. J'ai pas fait ça pour vot' môme ; juste que j'avais besoin de me défouler contre la connerie humaine.

Wolf s'en alla, laissant la famille étonné par la nature rustre de leur sauveur.

Autant, il se sentit mieux d'avoir tué des illuminés. Autant, il avait honte de montrer son affection avec les personnes fragiles. Le loup se moqua de lui-même. Il maudit son entourage qui lui avait forgé le côté humain. Ceci dit, il devrait trouver une arme plus puissante pour abattre d'autres personnes. Et il savait à qui adresser le service.
Pièces Pièces : 2592
Nombre de messages : 157
Réplique/Citation : What's the matter, scared ?
Date d'inscription : 20/06/2013

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé a écrit:

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum