Contexte

Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.

À propos de Next Wave

Depuis 2007, Next Wave (NW) est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers évènements. Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

Staff:

MonTexte

Derniers sujets

Top-Sites:

Partenaires:


Partagez
Aller en bas

Trascer a écrit:

Trascer
Joueur
le Ven 28 Déc 2018 - 4:35
Une immense boite.... Sombre. T'elle était le lieu où s'était réveillé le Démon. Un endroit inconnu, et pourtant l'énergie y semblait si familière... En essayant de se souvenir de ce qu'il s'était passé avant son réveil dans la boite, il n'y avait qu'un brouillard aussi épais que l'encre. Le démon ne chercha alors qu'un moyen de se souvenir, de comprendre, mais il n'y arriva pas. Tout était trop étrange et ressemblant à la fois. Tout en se tenant la tête à deux mains pour contenir une immense migraine, le guerrier se déplaça quelque peu, rejoignant une zone plus éclairé à l'extérieur du cube où il pourrait mieux observer ce nouveau monde qui serait le départ de ses nouvelles péripéties. La douleur au crâne s'effaça alors bien rapidement, et l'ancien Némésis de la Mort pût se remettre les idées en place. Avant de changer de lieux, il était à la recherche de réponses, des réponses aux questions que ses esprits lui avaient posé, mais aussi à comment accomplir son propre but. Mais ensuite, rien. Peut-être avait-il trouvé un moyen de les obtenir, et que ce serait... Ici? Mais voilà, il était bien embêté, loin de son Empereur, de ses généraux, de son armée. Le Généralissime n'avait alors que son arme pour lui, son armure et ses esprits de puissances, c'était tout. Enfin, cela restait largement pas mal, bien entendu, mais être entièrement isolé, ce fût un léger pincement au cœur pour l'Indivisible.




Tout en marchant, et en s’évertuant d'analyser, d'essayer de comprendre ou de reconnaitre le lieu, il en vint à ressentir de plus en plus la solitude alors qu'il n'y avait pas âme qui vive à des kilomètres à la ronde si ce n'était les plantes et les arbres. Il fallut bien une bonne heure de marche pour que Trascer décide de se reposer un moment sous la protection d'un vieil arbre, un saule pleureur pour être précis. Posant son arme sur ses genoux et l’agrippant fermement, le guerrier réfléchit tout simplement. Cet endroit était il inhabité? Ou alors ce cube était il maudit et, ainsi, il fallait aller bieeen plus loin pour trouver des gens.

"Isgnor, par pitié, dit moi que cet endroit n'est pas un fait pour me rendre encore plus fou que d'habitude, et que je trouverais des réponses à mes questions..."

Pour toute réponse, le démon n'entendit que le silence de sa lame, et le ricanement des esprits, ces derniers chuchotant aux démons que tout irait bien. Quelque peu rassuré par les encouragement de ces coéquipiers, ce qui lui changeait bien de la torture des anciens Dieux, le guerrier s'apprêtait à repartir, lorsque d'étranges bruits se firent entendre. Comme des bruits de pas mécaniques. Se relevant en vitesse, arme en poing, déchainant la chaine de l'épée-tronçonneuse, le Prince des Citeri fit une roulade sur le côté pour tomber nez à nez face... A un grand lion mécanique rouge. Surpris, et interloqué face à une forme de vie plus ou moins vivante, la voix du Démons s'éleva à travers son casque.

"A qui ais-je l'honneur? Ami, ou ennemie? Je suis Trascer Citeri, Généralissime de l'Empire de Stip."
Pièces Pièces : 8551
Nombre de messages : 23
Localisation : Dans la capitale de la famille des Cimeteri
Réplique/Citation : "Incline toi devant ma puissance"
Date d'inscription : 14/09/2014
Liens : Amis : Axem, Gozen, Stip
Généreux : Executor Omega, l'Empereur Slivoïde
Ennemis : Link
Fammile : personne de vivant

Voir le profil de l'utilisateur


Paroles de Trascer : -----------
Paroles d'Isgnor : ---------

Keith Kogane a écrit:

Keith Kogane
Nouveau
le Sam 29 Déc 2018 - 22:44




Avec
Trascer Citeri


Le retour du Démon

Ça lui a donné un sacré coup de n'avoir plus aucune communication avec ses autres partenaires, mais il a retrouvé ses ardeurs. Keith s'est mit en tête de retourner vers la boite mystérieuse qui l'a aspiré dans ce monde. Non, sans que Pidge ne lui a pas bourré le crâne à toute heure de la journée que la clef de leur venue doit résider dans le cœur de cette boite étrange. Il désire l'analyser et comprendre si elle ne fait pas partie d'un réseau de trou de vers ou d'une anomalie temporelle. Bref, il va trouver les bons moyens de le faire dès qu'elle sera devant lui.

Il s'asseoit sur le siège du cockpit. Une lueur rouge illumine les différents plans holographiques du tableau de bord : oxygène, stabilité des tirs et des propulseurs aérodynamiques, du bouclier et l'énergie de la batterie du lion rouge. Le garçon pose ses mains sur les poignées : il ferme les yeux. Vidant son esprit jusqu'à ne garder la vision de la boite noire au sein de cette forêt. Un rugissement résonne : le jeune homme a un mince sourire.

«Oui, t'as compris. On va faire un tour !»

Sans attendre une minute de plus, il active les jets puissants sous les pattes du mécha : quelques minutes plus tard, l'engin s'envole en rugissant de plaisir entre les nuages. Keith reste attentif à la carte et au radar dans le coin gauche de son tableau holographique. Ça serait bête de se faire attaquer par des ennemis par une si splendide journée ! Ne voyant aucun problème à l'horizon et le trajet s'annonce monotone : Keith s'amuse avec son robot. Le jeune homme lui fait effectuer quelques vrilles, parfois, il se laisse tomber et dès qu'il rase le sol, il réactive la puissance des jets pour faire bondir la bête plus loin, la laissant emporter avec elle des mottes de terre sous ces pattes acérées. Ce sentiment de puissance et d'adrénaline lui font passer un très bon moment avec sa monture mécanique. À l'orée de la forêt, il enfonce son lion géant sur un sentier. Le félin sautille joyeusement à travers les sinueux chemins. Sous les coups de queue, quelques arbustes se font arracher leurs ramures.  

«Tout doux. On ne vient pas tuer les arbres, mon beau.»

Un petit rugissement lui répond. Ouais, ils ont soif d'aventure. Keith allume la vision thermique : ça lui permet de repérer les soueces de chaleur pour retrouver la boite. Il reprend les contrôles : le pas se fait plus lentement. Le sol doit vibrer sous les griffes et la boue prendre la forme des pattes. Entre le sifflement du vent dans les branches et le chant des oiseaux : un bruit attire son intention. Un signal sonore l'interpelle. Il appuie sur les freins et fait reculer la bête. Une forme humanoïde à la peau grisâtre se tient en face de lui. Keith fronce les sourcils : l'homme qui ressemble à un galra se présente comme étant un général et lui demande de s'identifier. Le bruit du robot a du l'effrayer : il a des armes à la main. Le jeune homme a un discret soupir. Keith active les hauts-parleurs intégrés dans les oreilles et le museau du lion ainsi que son microphone.

«Un numéro d’immatriculation intergalactique ?»

Il laisse un court silence. Pianotant sur le clavier pour programmer le système de surveillance : si le robot repère des intrus dans un périmètre autour d'eux ou la moindre hostilité, ce dernier va le protéger.

«Je descends. À la moindre intention fourbe, ce lion va attaquer.»

Après quelques déclics, une passerelle émerge de la gueule du mécha et Keith la descend. La main portée au pommeau de sa dague qui brille à ses hanches. Son regard brille d'une lueur volontaire. Sa voix est calme bien que jeune. Il se rapproche de Trascer en gardant un bon deux mètres de distance entre eux.

«Je suis Keith Kogane, je suis le bras droit et le paladin rouge de Voltron. Je viens patrouiller le secteur autour de la boite de Pandorica pour voir s'il y a de nouveaux venus.... Ceux qu'on appelle les ''Héros'' par ici.»

Inutile de lui mentionner sa véritable intention, mais elle est proche de son plan b. Il garde un court silence : son regard le toise comme s'il essaie de lire au fond de ces pensées.

«Qui est ce Stip dont vous parlez Général

Son ton se fait plus froid lorsqu'il prononce le dernier mot : signe qu'il ne gobe pas totalement son histoire. Il entend son lion s'éloigner, Keith détourne la tête. Le mécha s'est allongé près de la boite et les surveille en vrombissant. C'est parfait, pense-t-il alors qu'il repose son regard sur Trascer qui le dépasse de quelques têtes.

Codage par Libella sur Graphiorum



Dernière édition par Keith Kogane le Jeu 3 Jan 2019 - 4:15, édité 1 fois
Pièces Pièces : 577
Nombre de messages : 16
Réplique/Citation : You're getting out of my way
Date d'inscription : 19/12/2018
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Keith parle en #d10b0b // Lance parle en #113cab

Trascer a écrit:

Trascer
Joueur
le Dim 30 Déc 2018 - 2:43
Ainsi, le lion mécanique n'était pas la véritable personne, mais il était piloté par quelqu'un. Ma foi, et même si cela pouvait sembler logique, Trascer avait pût apercevoir tellement d'étrangeté dans sa vie qu'une de plus ou de moins n'aurait pas spécialement semblé plus problématique. Le jeune homme posa une étrange question au sujet d'une immatriculation intergalactique? Le démon se demanda ce qu'il pouvait bien demander la, le terme "d'immatriculation" était quelque peu inconnu pour lui, le Généralissime traversant bien plus souvent des univers chronologiquement moyenâgeux plus que futuriste ou moderne. Après un léger silence qui s'installa, laissant le Maitre d'Arme dans sa réflexion, ce fût de nouveau Keith qui pris la parole, expliquant qu'il descendrait de sa monture mais était prêt à toute réplique en cas de menace de la part du guerrier. Ce dernier sourit d'ailleurs, il n'avait pas l'intention de combattre ou de chercher des problèmes alors qu'il était perdu et désorienté dans ce nouvel endroit, et comme preuve de bonne foi, alors que la passerelles descendait de la gueule du Lion, l'ancien Némésis de la mort rengaina Painsaw dans son fourreau via des mouvements lent, se montrant désarmé et prêt à dialoguer.



Alors que le garçon descendait tranquillement du pont métallique, l'Indivisible observa alors à qui il avait à faire. Un humain, jeune qui plus est mais possédant un corps solide et puissant. Sa peau claire contrastant avec le sombre de sa chevelure brune se positionnant au dessus d'un regard bleu aussi perçant que l'acier. Pour ce qui concernait le reste, il était dans une tenu des plus étranges. Une combinaison majoritairement blanche sur laquelle pouvait être aperçu des éléments rouge et gris. Une dague comme arme installé au fourreau. Alors qu'il finissait de l'analyser, le space warrior prit la parole, se présentant comme étant Keith Kogane, bras droit et paladin de "Voltron"? Bien drôle de nom qui plus est totalement inconnu au bataillon. Ma foi, cela devait venir d'un endroit bien loin pensa alors Trascer, qui souleva légèrement les épaules à ce nom avant de comprendre le pourquoi de la venu du brunet, ce qu'il disait étant fortement intéressant : Ainsi il était venu patrouillé ici, une boite nommé Pandorica et dont les "Héros" en sortaient. Les héros? C'était donc le nom donné aux gens sortant d'un cube métallique perdu au beau milieu de nulle part? La chose fit ricaner intérieurement le démon alors que le guerrier de Voltron toisait du regard le Seigneur des Ténèbres, le questionnant sur qui était Stip, prenant un ton froid sur le mot de "Général". Alors que le Lion Rouge prenait pose un peu plus loin, l'atmosphère c'était relativement bien refroidit. Le Généralissime prit donc la parole à son tour.

"Avant de commencer, je suis enchanté de vous rencontrer, Keith, je ne connais pas du tout ce "Voltron" mais je ne doute certainement pas de votre talent pour être devenu un membre de cette entité. En ce qui concerne Stip, cela m'étonne que vous ne le connaissiez pas. Dans certaines contré on le nommait même le Dieu de la mort, il a pris de nombreuses formes dans sa vie comme celle d'un Échidné ou de différents types d'hommes toujours en train de porter une épée rouillé, possédant comme moi une importante forme démoniaque lorsque les choses dérapes. Il est même un Empereur, l'Empereur des démons. Je suis ce que l'on peut appeler son Généralissime, premier dirigeant des armées Impérial. Stip est un guerrier bon et juste, c'est pour cela que j'ai décidé de le servir une seconde fois, mais je ne sais pas du tout où il pourrait se trouver actuellement... De base, ma mission était de rechercher l'Harlequin ou de trouver des informations le concernant, il est une entité né dans le Chaos souhaitant la corruption de touche chose et voulant rendre fou cet univers. Et de mon côté je recherche aussi certaines choses personnel. Mais, me voilà, dans un endroit totalement inconnu, perdu au milieu de nul part après avoir quitté une boite métallique à me retrouver comme, comment vous avez dit... un Héros je crois? Enfin bref. Tout cela pour vous dire, oui je suis Général d'un Empire qui ne semble pas exister en ce lieu hélas, cela fait de moi actuellement un vagabond donc je suppose. Et je suis à la recherche d'informations. C'est informations vous suffisent elles, Monsieur Kogane?"

Croisant les bras et arborant un large sourire de confiance, Trascer espérait avoir réchauffé l'atmosphère vis à vis du jeune homme.

"En tout cas, c'est une belle machine que vous avez la, elle doit être parfaitement mortelle."

Remarqua l'Indivisible en observant plus amplement le Lion rouge.
Pièces Pièces : 8551
Nombre de messages : 23
Localisation : Dans la capitale de la famille des Cimeteri
Réplique/Citation : "Incline toi devant ma puissance"
Date d'inscription : 14/09/2014
Liens : Amis : Axem, Gozen, Stip
Généreux : Executor Omega, l'Empereur Slivoïde
Ennemis : Link
Fammile : personne de vivant

Voir le profil de l'utilisateur


Paroles de Trascer : -----------
Paroles d'Isgnor : ---------

Keith Kogane a écrit:

Keith Kogane
Nouveau
le Jeu 3 Jan 2019 - 4:32




Avec
Trascer Citeri


Le retour du Démon

Le paladin observe son interlocuteur. Son apparence lui offre un sentiment mitigé à son égard. Entre l'admiration et la méfiance. Le général a une peau grisâtre : sous les ombrages, elle lui apparaît plus foncée ce qui lui a donné cette impression qu'il est de mèche avec ses ennemis de toujours. Mis à part cette nuance distincte : son regard mauve qui semble vous percer et sa stature colossale ne sont pas à sous-estimer. Quelque part son esprit l'assimile à un de ses anciens mentors qui n'a pas été ''aspiré'' par la boite Pandorica. Keith retire sa main sur le pommeau de sa dague : l'individu n'est pas hostile. Il n'a pas chercher à riposter lorsque l'adolescent l'a provoqué avec son ton glacial.

«Enchanté de vous connaitre, Général. vous pouvez m'appeler Keith, je n'aime pas les formalités. Vous préférez que je vous appelle Général ou Trascer ?»

Le jeune homme va s'asseoir sur une souche située à quelques pas de distance entre eux. Les bras croisés sur son plastron. Trascer lui explique que son seigneur, Stip est le dieu de la mort. Que lui et son armée viennent des enfers et se battent pour rétablir une sorte d'équilibre contre quelque chose. Une sorte d'équilibre... Contre des personnes souhaitant corrompre un ordre établi. C'est la première fois qu'il entend parler que des êtres démoniaques livrent bataille pour obtenir justice. Ça lui semble étrange ? Ce discours résonne faussement à ses oreilles. Non. Ce n'est pas la manière que le Général lui parle de son passé et de ses problèmes. Ce n'est pas parce que Keith n'ose pas le croire. Au contraire, Citeri semble être un homme d'expérience. C'est l'émergence de cette question qui le perturbe : est-ce que des êtres qu'on considère mauvais peuvent chercher à réorganiser le bien autour d'eux ? Keith fronce les sourcils lors de cette interrogation. Il finit par abdiquer et repousser ce doute qui s'insémine dans ses pensées :  l'adolescent en discutera avec cet homme plus tard. Après tout qui il est pour juger tous les obstacles qui se sont dressés sur le chemin de cette personne ? Il peut lui donner le bénéfice du doute. L'adolescent a un mince sourire et serre ses mains ensemble. Sa voix se fait plus posée :

«Je suis désolé d'apprendre que vous êtes séparés de votre escadron. Je crois qu'un homme tel que vous saura trouver des solutions à ce nouvel environnement et à vos questions. J'ai appris qu'il n'y a aucun moyen de contacter les personnes prisonnières à l'intérieur de la Pandorica. Je ne saurais vous dire pourquoi nous sommes considérés comme tels par les natifs. Certains nous voient avec bienveillance et d'autres nous pensent néfastes pour les territoires déjà établis avant notre arrivée.»

Il laisse une courte pause s'installer. L'adolescent se redresse et passe à nouveau devant son interlocuteur. Son regard le toise légèrement alors qu'il remarque que le lion rouge sautille autour de la boite en vrombissant.

«Quoi qu'il en soit je mènes le même combat que vous. Voltron est une équipe formée afin de défendre l'univers, les humains et les races extraterrestres. Comme vous qui traquez Harlequin, nous veillons à ce que des gens mal intentionnés ne viennent pas troubler la paix des peuples. Moi et mes coéquipiers, nous avons décidés de continuer notre principale mission dans ce nouvel univers. Je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas faire de même avec la vôtre.»

Le jeune homme a un bref sourire. Dans l'oeil de Trascer brille une lueur curieuse. Il affirme que le lion rouge est une arme fatale. Keith se retourne vers lui et recule de quelques pas en ayant un sourire fier sur les lèvres.

«Ouais. Red est très dangereuse. Je peux la comprendre comme si ça fais des années que je suis son pilote. Nous sommes liés et nous nous protégeons mutuellement. Elle aime faire mordre la poussière à nos adversaires, pas vrai, Red ?»

Comme s'il suffit de ces quelques mots, la bête mécanique émit un grognement puissant qui résonne le silence autour d'eux. Une volée d'oiseaux s'envolent au-dessus de leurs têtes. Keith fronce les sourcils : quelque chose semble la déranger : elle s'est redressée sur ses pattes agitant la queue avec frénésie tout en reniflant la terre. Quand elle ne fixe pas la boite, ce sont eux. L'adolescent plonge son regard dans celui de Trascer.

«J'imagine que vous allez la voir bientôt à l'oeuvre. Red est aux aguets. Ça m'étonne les alentours sont paisibles.»

Codage par Libella sur Graphiorum

Pièces Pièces : 577
Nombre de messages : 16
Réplique/Citation : You're getting out of my way
Date d'inscription : 19/12/2018
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Keith parle en #d10b0b // Lance parle en #113cab

Trascer a écrit:

Trascer
Joueur
le Mer 16 Jan 2019 - 15:24
Le jeune garçon semblait s'être détendu, ou en tout cas il semblait avoir compris que Trascer n'était pas une menace au vue de ses paroles. Questionnant même sur les formalités, qu'il ne semblait pas apprécié, demandant comment il devait appeler le Démon. Ce à quoi ce dernier répondit simplement par :
 
"Trascer, cela suffira ne vous en faites pas. Je ne suis pas votre supérieur hiérarchique, et je n'ai aucune troupes à commander actuellement vous n'avez donc aucune raison de m'appeler par mon titre de Général."
 
Tout en parlant, l'Indivisible observait Keith qui se déplaçait tranquillement sur une souche d'arbre, posant ses bras croisé contre son torse, laissant alors un léger silence s'installer entre les deux personnes. Le guerrier millénaire se sentait analyser, non pas forcément sur le plan physique, mais sur ses paroles et ses potentielles motivations. L'observation du guerrier de Voltron ne dura heureusement pas éternellement et il se remit à parler, s'excusant au sujet de la situation de l'ancien Némésis de Stip, tout en répondant quelque peu aux questions que ce dernier pouvait se poser au sujet de Next Wave. Une réponse assez rapide et non complète au sujet des natifs et de leurs façons de voir ceux sortant de la Pandorica. Hochant tranquillement la tête, l'Indivisible pris alors le temps de réfléchir alors qu'un nouveau silence s'installa après les derniers mots de Keith. Ainsi donc, les personnes ayant crée leurs royaumes et empires sur ce nouvel univers voyaient les "Anciens" d'un œil qui pouvait autant varier? Il était en effet concevable qu'une telle chose puisse se produire en effet au vue de toute les personnes qui avaient un jour frôler le sol du monde du passé. Bon comme mauvais, Seigneur comme paysans, conquérant comme sauveur... Difficile pour les nouveaux habitants de ne pas affilier tout ceux sortant de la boite à un groupe qu'ils auraient vue agir. Ainsi un seigneur du mal offrirait une bonne occasion d'être contre tout ceux pouvant être mauvais, quand un héros apporterait de l'espoir ou tout simplement un meilleur côté aux choses.


Continuant quelque peu à réfléchir sur tout cela, le Protecteur Impérial n'avait pas vue le regard que le guerrier rouge de Voltron lui portait, alors qu'ils étaient de nouveau face à face, ou presque. Le jeune garçon reprit de nouveau la parole alors que le lion rouge semblait s'amuser non loin de la. Ainsi, son groupe et lui étaient des protecteurs? Englobant la protection à une échelles bien plus large que de simplement vouloir aider l'humanité, mais toute personnes. Un noble but en effet.

"Vous seriez la fierté de n'importe quel Empereur, Roi ou Seigneur, Keith. Il n'y a pas de plus noble rôle que de veiller à la protection du peuple que l'on a jurer de protéger à toute épreuve. Une notion que j'ai, fût un temps et pendant longtemps, malheureusement oublié. Et dont mon chemin et mes actions actuelles me permettrons j'espère de me racheter un jour. Mais vous avez aussi raison, ce n'est pas car je suis ailleurs de mon ancien monde que je ne peux pas continuer à traquer l'ennemie mortel de mon seigneur."

Même pas un instant après la fin de sa phrase, Keith, expliqua à quel point il était fier de sa machine, dénommé Red, qu'ils avaient un puissant lien tout les deux en plus d'avoir une puissante connexion. Comme il le disait, et ce que comprenait totalement Trascer, plus l'on pilotait une machine de guerre et plus on était lié à elle.

"Oui je vois, c'est un peu la même chose entre un épéiste et son arme, mais ici poussé à un niveau bien plus incroyable. Je dirais même..."

Hélas, le guerrier n'eut pas le temps de terminer sa phrase, Red s'étant mise à faire un puissant vacarme, se mettant potentiellement dans une position de combat, ou en tout cas de garde. Le guerrier rouge quand à lui exprima ce que pensait Trascer. Sa créature était prête au combat, malgré le côté paisible des choses.

"Justement mon cher compagnon. Ils ont profité de notre discussion et du faite que nous n'étions que peu concentré sur les alentours pour s'approcher tranquillement... Au vue de comment ton amie est en état de guerre, ils doivent être potentiellement très nombreux, ou très puissant. Mais je pense qu'ils ont fait la pire erreur de leurs vie pour ainsi vouloir affronter un guerrier de Voltron et le Généralissime de l'Empire de Stip."

Tout en dégainant Painsaw, cette dernière s'activa laissant alors la puissance de l'épée tronçonneuse vrombir dans un bruit terrifiant. Tout en se mettant en position de combat, le guerrier attendait patiemment le mouvement des ennemies.

"Montrez vous, lâche! Sortez de votre cachette, que vous puissiez affronter la mort en face!"

Alors que le hurlement de rage du démon rebondissait sur les arbres de la forêt, il ne fallut pas longtemps avant qu'une flèche ne soit décocher en direction de la tête de l'Indivisible, ce que ce dernier esquiva par une roulade rapide. Tout en reprenant place sur ces deux pieds, le maitre d'arme remarqua alors que la flèche n'était que le signal du lancement de l'assaut, alors que de nombreuses formes chargeaient le duo.

"Mon garçon, j'espère que tu es prêt au combat, ça va swinger."
Pièces Pièces : 8551
Nombre de messages : 23
Localisation : Dans la capitale de la famille des Cimeteri
Réplique/Citation : "Incline toi devant ma puissance"
Date d'inscription : 14/09/2014
Liens : Amis : Axem, Gozen, Stip
Généreux : Executor Omega, l'Empereur Slivoïde
Ennemis : Link
Fammile : personne de vivant

Voir le profil de l'utilisateur


Paroles de Trascer : -----------
Paroles d'Isgnor : ---------

Contenu sponsorisé a écrit:

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum