Contexte

Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.

À propos de Next Wave

Depuis 2007, Next Wave (NW) est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers évènements. Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

Staff:

MonTexte

Derniers sujets

Top-Sites:

Partenaires:


Aller en bas

Amakasu Barley Tenji a écrit:

Amakasu Barley Tenji
Joueur
le Lun 12 Nov 2018 - 23:50

UN BIEN TROP RARE
MATIN






Un jour de pluie épaisse s'annonçait pour la ville de Fourside. Les gouttes s'accumulaient dans les rues, ruisselant comme des rivières vers les gouttières. Peu de gens eurent le courage de quitter leur chez-soi, hormis par obligation du travail. Ce calme était tout aussi présent au Twilight Bar Room, dont le barman qui, ne trouvant pas le sommeil, décida finalement de prendre un petit déjeuner à une heure normale pour la plupart des gens. Après tout, il est rare pour lui de se lever avant quinze heure... Ne voulant pas déranger ses collègues, il prit une douche avant de s'habiller avec son uniforme de serveur, comme d'habitude. L'avantage de vivre sur son lieu de travail, c'est qu'il y n'y a pas besoin de braver la pluie, chose très pratique quand le repas se situe à peine quelque mètres en dessous.

Plus silencieux par rapport à son habitude, Amakasu descendit les escaliers pour passer de sa chambre vers la salle commune des employés. Il prit quelque croissants, une carafe d'eau, un bol... Avant de remonter vers les cuisines. A chaque fois qu'il passe par là, le barman se demande toujours comment fait son collègue pour tenir un rythme incessant de cuisine lors des soirées, bien qu'en fait il n'en prépare que pour plusieurs mois après, afin de laisser le tout fermenter. Se dirigeant finalement au dernier étage du Twilight Bar Room, son lieu de travail, Amakasu leva le store bien plus tôt que d'habitude, posa son plateau-repas sur une table propre avant de faire chauffer son bol de café au lait au micro-onde.

Pour une fois, je pourrais prendre mon temps
, se dit-il en remarquant sous un nouveau jour les tables et chaises pleines de tâches de vin.

Pièces Pièces : 6910
Nombre de messages : 47
Localisation : Dans son bar.
Réplique/Citation : You call that danmaku? That fight before was way worse, man
Date d'inscription : 20/12/2015
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Unasarera Darakushita a écrit:

Unasarera Darakushita
Interressé
le Mar 13 Nov 2018 - 15:49
Quelques soucis de d'embouteillages, cumulés au fait que qu'elle avait perdue un peu de temps à ranger les affaires qu'elle avait préparés pour ce qui s'avérait être une perte de temps... La chroniqueuse se retrouvait ainsi tôt le matin à Fourside. Les premières lueurs du jour apparaissait tendis que la pluie s’abattait sur la ville. Si il n'y avais pas eu tous ses petits soucis, elle serait arrivé hier soir, certes un peu tard dans la nuit mais elle aurait pue aller faire directement ce qu'elle voulait... cet à dire aller dans un bar... mais à cette heure ci. Il fallait croire que tout serait fermer et que la seule chose qu'il lui restait à faire était de trouver un hôtel ou sois de repartir aussitôt à Horuna et donc d'avoir payer un aller et un retour pour rien...  La dernière idée était tentante, d'autant plus qu'elle n'avait pas de parapluie... mais par chance, elle avait été déposés pas très loin d'un magasin venant d'ouvrir et vendant quelques parapluies. 

En entrant, Unasarera s'attendait à surprendre avec ses cornes et ses ailes la teneuse du magasin. Mais ce n'était pas le cas. Roulant des yeux, la chroniqueuse se rappelât qu'elle n'avait pas besoin de prendre ce genre de précaution à Fourside ou ne serait-ce dans l'intégralité du Nippon. La magie était plus toléré ici que ailleurs, alors avoir des cornes ou des ailes, ça devait surement avoir rien de bien extraordinaire. Il fallait avoué que c'était assez plaisant de moins ressentir de regards critique sur ses épaules. 

Quelques minutes plus tard, la demoiselle à la chevelure argentée sortie donc avec un parapluie. Bon... elle avait certes un peu galéré à l'ouvrir mais après avoir bataillée un petit moment, elle avait enfin remporté cette petite victoire en somme qui lui permettait de... se balader dehors... sous la pluie. C'était comment dire... très joyeux ? On sentait toute la joie et la bonne humeur que pouvais dégager cette ville. Bien évidement tout ça c'est du sarcasme. Et toute cette brume, cette pluie monotone faisait bailler la chroniqueuse qui à force de voir tomber des cornes sentait le sommeil dangereusement venir. Mais dormir alors que le jour commence à se lever... ça serait assez embêtant. Elle réalisât alors sur le moment que avec toutes ces bêtises elle avait fait nuit blanche. Et cela se voyait un peu à son visage de déterré. Regardant son reflet dans la vitrine d'un magasin fermé, Unasarera réalisât que les gens aurait plus raison d'avoir peur de ses cernes plutôt que de quoi-que ce sois d'autre concernant son physique. Ça lui donnait un air un peu... blasée ? Ou surement parce qu'elle l'était vraiment ? Difficile à dire... 

-Quelle journée pourrie qui s'annonce... on dirait que cette pluie ne va jamais s'arrêter. 
- lâchât-elle en un soupir. 

Regardant un peu ce que chaque nouvelle-rue qu'elle prenait proposait, elle découvrit sans grande surprise que la majorité des magasins était fermer. Et les bars aussi... seul un enseigne d'un très mauvais gout, ornant un bâtiment ayant visiblement un agencement des plus bizarre avec des escaliers menant au dernier étage semblait sortir du lot de par son "excentricité". M'enfin elle pouvait bien se plaindre, en lisant l'enseigne qui faisait certes un peu vieillot, elle réalisât que vraisemblablement c'était un "bar" ...

Elle n'avait pas encore trouver d’hôtel... et en fait... la seule chose qu'elle voulait lorsqu'elle avait entrepris d'aller à Fourside. C'était de poser son cul sur une chaise, à une table et savouré un verre de rhum dans une région ou tout le monde en aurait rien à foutre et ou personne en pourrait rapporter ça d'une façon ou d'une autre au château. 

Après... est-ce que ça valait vraiment le coup de monter ses escaliers sous la pluie avec un parapluie à la main alors qu'il y avait pas mal de vent.

Avec la chance que j'ai en ce moment, je pourrais aussi bien glisser et tomber comme la dernière des imbéciles et me retrouvée ni dans un bar, ni dans un hôtel... mais dans un hôpital...

Non... décidément les jours de pluie ça ne lui allait pas. Ca la rendait presque encore plus pessimiste que l'habitude. Sachant que d'habitude justement... elle n'est pas un cadeau vis à vis de ce genre de comportement.

Ne sachant pas trop... elle décidât de commencer à grimper les escaliers menant au bar. Elle se donnait bonne conscience en se disant qu'au pire elle demanderait tout simplement ou elle pourrait trouver un hotel pour.... pour la journée moui... stupide. Puis merde l’hôtel, c'était juste une nuit blanche elle allait pas en crevée. Adolescente, la chroniqueuse se souvenait qu'elle ne se gênait pas vis à vis de ça. C'est pas parce qu'elle avait un travail qu'elle devait se montrer forcément raisonnable même lorsqu'elle est en congé ! A vrais dire, avoir un congé était même la meilleure des excuses pour se permettre ce genre de petit écart !

J'espère que c'est vraiment ouvert... ça fait vachement haut trois étage quand même... si ils ont seulement oublier d'éteindre leur foutue enseigne cringy et que je dois tout redescendre avec cette pluie qui rend les marches glissante et se vent qui pousse constamment dans mon dos je crois que.... *marmonnât-elle avant de finalement arriver au sommet* Ho...


Arrivée au sommet, et ce sans se ramasser la gueule par le plus grand des miracles, Unasarera pue voir que c'était ouvert. Et c'était absolument : "GENIAL" elle avait pas monter ses marches pour rien, voilà une bonne nouvelle. Cette nouvelle l'avait mis soudainement de bonne humeur, à t-elle point qu'elle en oubliât les bonnes habitudes... baisser la tête.

Ouvrant la porté et entrant, la chroniqueuse eu le sommet de ses cornes qui ne passèrent pas dans l'encadrement de la porte, ce qui l’arrêtât plutôt brutalement. Elle se baissât alors en se tenant la tête d'une main tendis que le parapluie lui était toujours à moitié dehors pour qu'elle puisse le refermer tout en étant au sec. Elle se retenue de lâcher un juron alors que celui tenant l'endroit devait surement la dévisager. Les portes trop basse... c'était surement le truc qu'elle détestait le plus avec les cordes à sauter...

-Outch..gnn... ex... excusez-moi. J'ai crue comprendre que c'était... herm... "ouvert" ?

Dit-elle en se redressant un peu, tout en se tournant pour fermer se foutue parapluie qui était aussi agaçant à fermer qu'il ne l'était pour s'ouvrir tout à l'heure...

~Satané parapluie ! Tu va te fermer oui ?! J'ai l'air d'une imbécile qui ne sait pas refermer un parapluie là ! Stupide loquet ! Ca me fait mal aux doigts en plus tellement qu'il faut forcer !~
Pièces Pièces : 117273
Nombre de messages : 80
Age : 19
Date d'inscription : 23/08/2017
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Amakasu Barley Tenji a écrit:

Amakasu Barley Tenji
Joueur
le Mer 14 Nov 2018 - 12:55

UN BIEN TROP RARE
MATIN

DÉJEUNER EN PAIX





Quel moment de calme... Bien trop calme d'ailleurs. Le barman au repos décida finalement d'allumer le jukebox à l'autre bout de la salle histoire de rendre l'atmosphère plus enjouée, bien qu'il reste toujours seul actuellement. Cela eu le mérite de donner plus de rythme à ses actions, comme à son habitude. tapant doucement et frénétiquement du pied tell un batteur avec les pédales, il savourait son petit déjeuner, tout simplement. Ce moment de solitude sera de courte durée: à peine eut-il finit qu'un bruit sourd vint de la porte d'entrée. Le danseur se leva, avant d'apercevoir une jeune demoiselle, deux cornes sur la tête, les yeux rouges aini que des vêtements d'un contraste total entre le noir et le blanc, un peu comme Amakasu, bien que cela soit à son uniforme de service. Elle semblait légèrement trempée, mais avait bien plus de mal à refermer son parapluie.

Outch..gnn... ex... excusez-moi. J'ai crue comprendre que c'était... herm... "ouvert" ?

Amakasu l'observa, toujours sans laisser passer d'émotion et ses lunettes masquant ses yeux, pendant un instant avant de se tourner vers la pendule, pour finir par lui répondre en la regardant.

Pas exactement... 

Le barman se dirigea vers la demoiselle, sortant une carte des boissons posé sur le bar avant de le lui tendre tout en prenant délilcatement le parapluie pour le poser dans le récipient fait pour.

... Mais vous pouvez rester et faire ce que vous souhaitez. Je vous dois bien cela pour ce "dérangement". Installez-vous où vous le souhaitez, je nettoie les tables et je suis à vous.

Le barman prit son plateau-repas pour débarrasser sa propre table, avant d'aller chercher produits et une éponge pour se débarrasser des saletés sur la table.

Il faudra qu'il remédie cela un de ces jours.... Mamonna t-il tandis qu'il frottait les tables désertes.
Pièces Pièces : 6910
Nombre de messages : 47
Localisation : Dans son bar.
Réplique/Citation : You call that danmaku? That fight before was way worse, man
Date d'inscription : 20/12/2015
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Unasarera Darakushita a écrit:

Unasarera Darakushita
Interressé
le Jeu 15 Nov 2018 - 2:24
Ou du moins... pas tant ouvert que ça finalement. Un certain malaise s’installât, la chroniqueuse se disant qu'elle n'avait au final rien à faire là. En tout cas, le barman était plus douée qu'elle pour refermer le parapluie. "Le dérangement" ... d'un certain point de vus, c'était plutôt la demoiselle ailée qui dérangeait. Unsarera avançât donc, quelque peu gêner, s'éloignant de la porte pour éviter tout courant d'air froid et s'installant en silence à une table assez éloignée de la porte et qui était à peu près la moins crade qu'on puisse trouver actuellement. 

-Je... je suis désolée. L'enseigne était toujours allumée dehors et... et puis les stores étaient ouvert et la musique... je... je croyais que c'était ouvert. Même si au final... c'est vrais que c'est inhabituel un bar ouvert à cet heure là. 

Répondit la chroniqueuse observant le curieux personnage qu'était le serveur frotter et nettoyer les tables. Il avait un look très... extravagant si l'on pouvait dire ça. Unasarera ne savait pas vraiment si elle faisait bien de rester là. Elle se demandais si elle ferrait pas mieux de partir et laisser l'individu à ses occupations jusqu’à ce que la pluie se fasse plus abondante et le vent plus fort à l'extérieur.

Etant au troisième et surement dernier étage, on pouvant entendre les gouttes s’abattre sur la toiture, et l'on devinait que la pluie était plus diluvienne que jamais en raison du boucant que cela provoquait. La demoiselle cornue eu bien vite fait de penser que au final, il n'était pas plus mal de rester un peu le temps que ça se calme...

Har... j'ai vraiment pas de chance, il faut qu'il fasse un temps pareil pendant que je suis en congé... tant pis... je... "Merci" de bien vouloir m’accueillir malgré cet heure. J'espère que ça ne vous dérange pas trop...

Elle n'avais pas spécialement d'affaire à elle avec elle au final. Pas de livre, ni de bloc note, de papier ou de crayons ni quoi que ce sois. Alors pour tuer le temps au final, elle ne pouvait que parler de tout et de rien, tout en regardant la carte des boissons que lui avait passer "Mr.Disco". Au final, elle n'était pas sure de prendre quelque chose d'alcooliser. Comme ça de si bon matin... au risque après de déambuler durant la journée en étant un peu sonnée par l'alcool si jamais les boissons de se bar était un chouya trop forte. Lâchant un soupir, ses yeux, étaient alors river vers les noms des boissons non alcooliser. Bien sur, il y avais pas grand chose, puisque c'était un bar. Mais au moins, il y avais du jus d'orange... un peu classique et banal, mais ça irait.

Au final, la chroniqueuse n'avait pas tant soif que ça mais... si elle restait un moment le temps que la pluie cesse, autant commencer quelque chose. C'était plus par politesse qu'autre chose au final. Elle attendit alors quelques minutes, le temps que le barman terminât ce qu'il faisait. Elle n'était pas pressée après tout, et n'avait pas spécialement envie de le forcer à se dépêcher à cause de sa présence... elle n'avait rien à faire là après tout, et préférât attendre que le barman lui demande si elle voulait quelque chose ou quoique ce sois... Au moins la chroniqueuse était loin d'être similaire à un client qui arriverait ivre et aboierais des commandes de boissons à tout va comme si il donnait des ordres... Ca ne serait pas le genre de client qu'on aimerait avoir dès le matin, surtout au réveil... et Unasarera savait au combien certaine personne détestait être déranger dès le réveil... la chose étant qu'elle était elle même une personne étant très fleur de peau tant qu'elle n'était pas complètement réveillée le matin. En fait, il fallait tout simplement ne pas la faire chier le matin.

Pièces Pièces : 117273
Nombre de messages : 80
Age : 19
Date d'inscription : 23/08/2017
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Amakasu Barley Tenji a écrit:

Amakasu Barley Tenji
Joueur
le Jeu 15 Nov 2018 - 20:29

UN BIEN TROP RARE
MATIN

ÇA NE SERT A RIEN






Je... je suis désolée. L'enseigne était toujours allumée dehors et... et puis les stores étaient ouvert et la musique... je... je croyais que c'était ouvert. Même si au final... c'est vrai que c'est inhabituel un bar ouvert à cet heure là. 

Ne vous en faites pas pour ça, mademoiselle. Il est extrêmement rare que je me réveille à une heure pareille. 

Inutile de préciser que c'est son habitude d'ouvrir les stores qui a conduit à ce quiproquo. Enfin, faisons table rase... Littéralement. Celle-ci se dirigea vers la plus propre d'entre elle, ou du moins la moins sale. Cela chagrinai un peu l'homme qui se senti malpropre et malpoli, une goutte perlant rapidement de son front alors qu'il arrivait à maintenir son sang-froid. 

Har... j'ai vraiment pas de chance, il faut qu'il fasse un temps pareil pendant que je suis en congé... tant pis... je... "Merci" de bien vouloir m’accueillir malgré cet heure. J'espère que ça ne vous dérange pas trop...

Amakasu débarrassa les dernières tables des derniers déchets avant de tout déposer dans l'évier, bien que celui-ci soit normalement trop petit pour stocker autant de verres... Il ouvrit légèrement le robinet d'eau froide avant de mettre l'eau chaude à pleine valve. Le temps que la demoiselle à cornes, le barman se mit à faire la partie "plongeur" de son travail. Les couverts de nouveau transparents comme du cristal, le serveur se mis en marche vers la jeune femme, calepin à la main pour noter, tout en suggérant la potentielle cliente.

Vous ne me gênez en rien, soyez-en assurée. Souhaitez-vous boire quelque chose ? Ou peut-être manger un morceau ? Il y a quelque croissants gratuits si vous le voulez. Sinon vous pouvez attendre que la pluie cesse, il n'y aura pas d'habitué avant quelque heures.

Une fois la réponse obtenue, le barman fit un petit détour pour éjecter le disque bientôt, avant de servir un frais jus d'orange. Simple, frais, il est bien facile de comprendre qu'il ne faut pas commencer la journée en voyant double sans équilibre dès la sortie du bar.

Pièces Pièces : 6910
Nombre de messages : 47
Localisation : Dans son bar.
Réplique/Citation : You call that danmaku? That fight before was way worse, man
Date d'inscription : 20/12/2015
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Unasarera Darakushita a écrit:

Unasarera Darakushita
Interressé
le Ven 16 Nov 2018 - 12:08
La boisson glacée et vitaminée donnât comme un léger coup de fouet à la Chroniqueuse qui se sentie un peu plus réveillée. La nuit avait été longue après tout et il fallait au moins bien ça pour etre sure de garder un minimum les yeux ouverts aujourd'hui. Elle prie une petite bouchée du croissant qui était offert avec la boisson. Ca ne rivalisait certes pas avec un croissant tout frais sortie d'une boulangerie, mais qui refuserait quelque chose qui est gratuit ? Unasarera, toujours poli avait bien évidement remercié l'individu dont elle ne connaissait pas le nom. Chose amusante... car on est facilement enclin à parler à un barman il faut croire, quand bien même ni l'un ni l'autre ne connait le nom de son interlocuteur. 

Néanmoins, la demoiselle cornue avait ici l'occasion de se renseigner sur ou est-ce qu'elle pourrait aller durant sa journée. Elle tira de sa poche la somme d'argent nécessaire pour le verre de jus d'orange, préférant payé dès l'instant ou elle répondait "merci". D'autant plus qu'elle ne savait pas si elle allait prendre autre chose. 

-Ha... un verre de jus d'orange. Ca m'aideras à garder les yeux ouverts. J'aurais due arriver à peut près hier soir, mais j'ai finalement passée la nuit dans le taxis à cause de blocage sur la route. Je ne suis pas vraiment de la région alors je ne sais pas vraiment qu'est-ce que c'était que ces "brassards jaunes"... 


[HRP : Oui c'est court, et oui-oui c'est ce que tu crois bien lire mdr]


Dernière édition par Unasarera Darakushita le Dim 18 Nov 2018 - 18:31, édité 1 fois
Pièces Pièces : 117273
Nombre de messages : 80
Age : 19
Date d'inscription : 23/08/2017
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Amakasu Barley Tenji a écrit:

Amakasu Barley Tenji
Joueur
le Dim 18 Nov 2018 - 18:27

UN BIEN TROP RARE
MATIN







La jeune demoiselle était du genre à vouloir payer rapidement, ce que Amakasu apprécie tout particulièrement, car cela lui permet d'éviter de rappeler à ses clients que ce n'est pas sa mémoire qui lui jouera des tours pour savoir qui doit payer quoi, il peut désormais pleinement entamer la discussion avec la cliente, dont le simple fait de boire un petit jus semblai lui faire l'effet de la potion magique.

Ha... un verre de jus d'orange. Ça m'aideras à garder les yeux ouverts. J'aurais du arrivée à peut près hier soir, mais j'ai finalement passée la nuit dans le taxis à cause de blocage dur la route. Je ne suis pas vraiment de la région alors je ne sais pas vraiment qu'est-ce que c'était que ces "brassards jaunes"... 

Amalasu connu il y a peu ce mouvement grâce à ses quelques machines permettant d'écouter les informations. Radio, télévision, téléphones, ragots des clients... Le barman fit d'ailleurs le lien entre pourquoi il y eu autant de monde le jour d'avant. Faisant glisser les pièces dans sa poche avant de faire l'appoint, il tira ensuite une chaise un peu plus loin, s'asseyant dessus avant de sortir un verre éclatant par magie, bien que sa cliente ne puisse pas voir cette magie à l'oeuvre, la table faisant office d'écran. Il se servit un verre de jus d'orange avant de lui répondre.

Pourtant, tout le monde en parle dans les médias ces derniers temps. Ici, à Fourside, les carburants sont distribués par une seule et même entreprise, qui a fait monter ses prix, les joies du monopole. Bien sur, personne n'a apprécié, la suite vous la connaissez.

Il but une gorgée, avant de sourire légèrement pour la première fois en face de quelqu'un alors que lui même se forçait à ne pas sourire.

Plus j'y pense... Et plus je comprends pourquoi il y avait autant de monde dans mon bar, hier soir. Les routes devaient être bloquées, alors autant passer la soirée ici. Des non habitués... C'est éventuellement pour cela que vous avez retrouvé les tables dans un tel état... J'en suis navré.

Il termina son verre toujours de manière tranquille et droite, avant de poursuivre.

Laissez moi réfléchir... Vous avez de quoi vous amuser ici, même par ce temps. Il y a de nombreux restaurants typiques de notre région, bien que beaucoup ne soient que de faible qualité, mais l'ambiance y est. Sinon, vous avez une rue piétonne bordée de magasins et de marché. On y vends de tout.
Pièces Pièces : 6910
Nombre de messages : 47
Localisation : Dans son bar.
Réplique/Citation : You call that danmaku? That fight before was way worse, man
Date d'inscription : 20/12/2015
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé a écrit:

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum