Acte X11Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Ultra-Contraintes
HorunaUltra-Banqueroute00:00:00
Neo-ChampignonRAS00:00:00
Neo-TelliusRAS00:00:00
NipponRAS00:00:00
Sphère OcéaniqueRAS00:00:00
Bienvenue

 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Carrefour du destin [PV Alice/Seth]
Nosaka Yuuma a écrit :
avatar
Ange Déchu
Mer 20 Juin 2018 - 21:33
J'arrivai à nouveau dans une ville. Je pestai. Encore des humains. Partout. Je vous hais. Tous. Je me dis qu'avec une fille si petite, peut-être qu'il me serait plus simple d'éliminer une cible ou deux. Certes, ce serait plus notifiable que dans une grande ville, moins il y a de gens plus c'est remarquable quand quelqu'un manque, mais il serait impossible dans une métropole de tuer quelqu'un de façon complètement furtive ... Mes instincts de tueuse me titillaient et voilà un moment que je n'avais plus tuer quelqu'un. Je n'aimais pas ça. Mais j'avais été programmé pour le faire. Formater. Depuis que je suis petite. C'était devenu comme une drogue. Non ... C'était une drogue.

Je me mis à me faufiler le long des ruelles. Ma morphologie me permettait de devenir une ombre. Mes cheveux se fondaient dans l'obscurité tandis que mon corps frêle me rendait agile et invisible. Je scrutai attentivement les alentours. A la recherche de quelqu'un. De ma proie. Je saurais me montrer patiente. J'attendrais le temps qu'il faut. Mon coeur battait fort. Mes mains tremblaient. Mon souffle s'accélérait. Je me sentais nerveuse. Et excitée. Mais il ne fallait pas que je trahisse ma position. Jamais. J'effaçai ma position au plus possible. Des pores de ma main se mit à sortir du sang. Il se cristallisa en quelques instants en une arme. Un genre de petit poignard. Un coup bien placé suffirait. Dans la trachée. Ou peut-être la carotide. J'attendais patiemment.

L'heure tournait. Le soir commençait à faire son apparition. Je n'avais toujours pas bougé de cette ruelle sombre. Derrière moi, une poubelle si jamais je voulais me cacher. Je voyais même un tuyau accroché au mur qui me permettrai de fuir par les toits. J'avais prévu mon coup à la perfection. C'est alors que je le vis. Ce garçon. L'air frêle. Des cheveux blancs. L'air vaguement perdu. C'était la cible parfaite. Mon corps se mit à trembler. Uniquement d'excitation cette fois. Je m'attrapai nerveusement une mèche. Rapproche-toi me disais-je sans cesse. Il s'approchait. Mon coeur battait fort. Il s'approchait. L'étreinte sur ma lame se renforçait. Il était tout proche. Un léger sourire malsain se dessinait sur mon visage. Pourtant, un sentiment étrange s'empara de moi. J'avais l'impression ... qu'il m'avait vu.
Pièces Pièces : 5075
Nombre de messages : 108
Age : 22
Localisation : En vogue dans ce monde.
Réplique/Citation : ...
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur


 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Seth a écrit :
avatar
Nouveau
Jeu 21 Juin 2018 - 15:08

Il fallait qu’il choisisse la pire rue au pire moment de la pire journée ! Sérieusement, Seth se pensait être l’Homme le plus malchanceux du monde, c’était impossible de se faire autant bousculer en une minute !
Et le pire dans tout cela ? Personne ne s’excusait ! Tout le monde restait obnubilé par leur chemin aussi inutile que leur excuse et s’en fichait d’oser faire perdre l’équilibre à un jeune garçon ! Bon dieu, Seth savait qu’il était presque invisible aux yeux de tout le monde et il savait qu’il était heureux de n’avoir aucunes attentions sur lui, mais il savait aussi qu’il apprécierait des excuses et peut-être des regards compréhensifs ? Peu importe, il ne voulait pas cela et ne daigna même pas soupirer pour montrer son mécontentement.

Ah, il savait ce qu’il voulait faire, là, maintenant, tout de suite, mais il se demandait si il en était capable. Si personne ne le voyait, autant en profiter. Il se fondit alors dans l’ombre tandis que la personne derrière lui se posa mille questions et sauta d’un coup. Il atterrit sur l’épaule d’un passant, il sauta de nouveau pour atterrir sur une autre, puis une autre, et une troisième, une quatrième, tout cela était comme un jeu et Seth se trouve légèrement amusé par cela. De nombreuses personnes hurlèrent en sentant les pieds de Seth sur leurs épaules, se demandant qui pouvait faire cela et comment ? Après tout, Seth n’existait pas dans ce monde, il n’était que dans l’ombre.
Il se dit alors que les seules choses que ses personnes se souviendront sera cette présence bizarre sur leurs épaules et cette sensation de vent rempli de joie d’une seconde qui les ébouriffera.

Il se retrouva alors dans une nouvelle rue, qu’il visita de nouveau. Il visita presque toute la ville, parfois certaines ruelles le gênaient par leurs présences excessives en personne et parfois certaines ruelles lui réchauffa le coeur par leur beauté et leur non-popularité pour les habitants.
Seth n’avait qu’une mission pour aujourd’hui : visiter et prendre son temps. Il n’avait reçu aucunes lettres pour préparer un assassinat prochain, il ne devait littéralement rien faire, mais il en était incapable. Chaque journée était une mission. Quand il n’a aucuns ordres, il profite de ses journées pour visiter et trouver chaque recoin spécial. Tout peut lui être utile à un moment. Seth ne prépare jamais rien à la seconde près, tout est calculé minutieusement.

Mais… il n’avait pas prévu de se perdre dans ses pensées et de se retrouver il ne savait où. Il remit son col sur sa bouche et regarda n’importe où. Il devrait savoir se repérer à un coup d’oeil, il devrait savoir où il se trouvait ! Mais non, tout était inconnu.
En plus de cela, la nuit commença à faire son apparition. Ce n’était pas bon, même si c’était l’élément de Seth il n’aimait vraiment pas cela !
Un frisson parcourut ses épaules pour s’arrêter à son dos. Il savait ce que cela voulait dire, et il empêcha un rictus de se former sur sa bouche invisible pour les autres.

Il était observé. Et lui aussi observait cette personne, même si il sentait qu’elle ne l’avait pas encore remarqué.
Et si… il s’amusait ? Oui, il allait faire cela. Il sera un peu son poing et s’approcha de l’endroit où se trouvait la personne avant de disparaître à même pas cinq mètres d’elle. Il continua de marcher dans les ténèbres, un sourire se dessinant au coin de sa bouche, passant juste à côté d’elle. Il la dépassait avant de revenir dans la lumière et se retrouver un peu plus éloignée d’elle.

Il sauta alors et grimpa le long des maisons pour se retrouver sur les toits et commencer à courir.

Qui a dit qu’une course poursuite où on est le chassé n’était pas un jeu ? Seth savait ce qu’il faisait après tout.

Pièces Pièces : 1030
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 10/06/2018
Liens : Famille/Amis/Ennemis

Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Nosaka Yuuma a écrit :
avatar
Ange Déchu
Jeu 21 Juin 2018 - 22:19
Il avait disparu. Sous mes yeux. Ma mine excitée se transforma en mine étonnée. Il n'avait pas pu disparaitre. Pas comme ça. Pas par magie. Je ressentais encore sa présence. Près de moi. Il se cachait. Je scrutai aux alentours. Sans me découvrir. Je restais invisible. Comme une ombre. C'est alors que je le senti passer. Juste à côté de moi. Avec son sourire provocateur. Ce sourire ... Il me narguait. Pensait-il que je plaisantais avec lui ? Croyait-il que j'allais jouer à chat ? Non. C'était ma proie. J'étais le chasseur. Je ne le laisserais pas s'échapper. Il bondit et s'échappa sur les toits. Non. Il ne m'échapperait pas. Hors de question. C'est ma proie. Je sentais l'envie de tuer grandir en moi. Mon regard changea légèrement. Un genre de mix entre l'agacement et le désir. De tuer. Rapidement, je m'aggripai au tuyau. D'un mouvement agile et rapide, je le suivis sur le toit. Il ne m'aurait pas à ce jeu là. Arrogant. Comme tout les autres. Comme tout les hommes. Comme tout les êtres humains. Je lui ferais comprendre sa place. Je ne rentrerais pas dans son jeu.

« Ne crois pas que tu puisses m'échapper. »

Je refermai la poigne que j'avais sur la lame de sang que j'avais créé. Il prenait ça pour un jeu ? Tant pis pour lui. Il ne l'emportera pas au paradis. La lame explosa dans ma main. Les débris se mirent à tourner autour de toi. Comme des petits satellites. Je posai ma main devant moi et les projectiles foncèrent sur le jeune homme. Mais je n'étais pas encore habitué à mon pouvoir, mes attaques frôlèrent le jeune homme sans le toucher. Je laissais échapper un léger son d'agacement. Il fallait que je travaille sur ça. Mais je n'avais pas l'habitude d'avoir recours à un pouvoir pour assassiner quelqu'un. Un coup fatal me suffisait normalement. Tant pis. J'utiliserais des moyens plus simples. Plus précis. Plus direct. Plus brutal. Comme une faux. Ou une lance. Je décidai finalement de me tourner vers un javelot. Cela ferait l'affaire. A cette distance j'aurais plus de chance que le toucher avec une faux. Ou une lance. Ou un marteau. Ou quelque chose à utiliser au corps à corps. Je me mis bien sur mes appuis. Je ne le raterais pas ... je pense. Je lançai le javelot de sang bien droit, il n'allait pas très vite de par ma force physique pas très grande mais le lancer était précis. S'il ne réagissait pas vite il se retrouverait transpercé et coincé au sol par le javelot, complètement à ma merci. Toujours aussi amusé, monsieur le prétentieux ?
Pièces Pièces : 5075
Nombre de messages : 108
Age : 22
Localisation : En vogue dans ce monde.
Réplique/Citation : ...
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur


 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Contenu sponsorisé a écrit :
Carrefour du destin [PV Alice/Seth]
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» Problème avec Alice !!!
» Pour les fans de Burton, d'alice aux pays des merveilles
» Un destin funeste
» Carrefour, le positif est de retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum