Acte X11Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Ultra-Contraintes
HorunaRAS00:00:00
Neo-ChampignonRAS00:00:00
Neo-TelliusRAS00:00:00
NipponUltra-Inversion00:00:00
Sphère OcéaniqueRAS00:00:00
Bienvenue

 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Par un jour de pluie...[Pv. Cyprien]
Mei-Ling a écrit :
avatar
Fidèle
Mer 13 Juin 2018 - 12:27
... mots
Premier jour en tant que professeur...




****




Aujourd’hui il pleuvait.
Il pleuvait des cordes mêmes.
Ces derniers jours avaient été principalement chauds et Alfred, qui avait pris soin de se renseigner sur la météo, était très content d’avoir pris la peine de prendre son parapluie alors qu’il marchait d’un pas rapide dans les rues pavées d’Horuna.
Alfred Brown, psychiatre diplômé d’un master en psychologie avancée, avait commencé à donner des cours dans une académie afin de partager son savoir et prévenir certains maux.

Il faut dire que Next-wave regorgeait de personnes et créatures en tout genre, au mental et capacitées différents et unique.
Certes, il avait été un des meilleurs élèves dans pratiquement toutes ses études et formations, il pouvait se montrer très professionnel, et même l’un des meilleurs de sa catégorie, mais il avait encore beaucoup à apprendre par le simple fait de vivre sur Next-wave.

L’initiative de devenir professeur à mis-temps était une occasion parfaite pour établir un lien de partage et de savoir avec autrui.
Voilà pourquoi Alfred était si nerveux et impatient ce matin en se réveillant. Son premier cours allait débuter dans quelques heures et il voulait que tout soit parfait au possible. Il ne voulait pas donner de mauvaise impression et avait passer la soirée à organiser son cours et ses fiches. Il n’avait pas oublié ses thymorégulateurs et ses pilules antistress ainsi que de prendre une petite bouteille d’eau au cas où ; il allait beaucoup parler durant ce cours d’une heure et demi.

Après avoir marché vingt bonnes minutes sous la pluie torrentielle, frissonnant sous son trench-coat gris foncé, le docteur arriva enfin devant les portes de l’Académie des sciences et magie d’Horuna. Après avoir sonné à l’entrée réservée aux employés, il fut accueilli par une petite bonne femme aux lunettes rondes.

-Bonjour Madame.” Salua poliment le shiba avec un petit signe de tête, ses mains étant prises par le parapluie et sa mallette de documents. “Je suis Mr.Brown, j’ai été admis la semaine dernière pour-”

-Ah oui, Alfred Brown, c’est bien cela ?” Coupa la vieille dame en ajustant ses lunettes tout en toisant son interlocuteur de haut en bas. Alfred répondit rapidement d’un fébrile “O-oui, c’est moi.” Claquant un peu des dents sous le vent qui s’était soudainement levé. Tenir le parapluie droit devenait de plus en plus difficile.

-Mmh... On vous attendait depuis une bonne heure déjà.” Répliqua t-elle sèchement en fusillant le docteur de ses petits yeux reptiliens.

-A-ah ?” Répondit-il avant de voir son parapluie se retourner complètement, menaçant de s’envoler tout en exposant son propriétaire à la pluie qui faisait rage, lui trempant presque instantanément la fourrure. Alfred repositionna bien vite son parapluie, balbutiant des excuses à l’égard de la secrétaire principale.

-J-je suis pourtant dans les temps si j’en crois ma montre…”

-Hmpf...Et votre classe ? Vous pensez peut-être que l'on va vous l’arranger gratuitement ?”

-On ne m’a pas précisé qu’il fallait que-”

-Vous êtes garant de cette classe au moment de votre admission, je vous rappelle que vous n’êtes qu’un professeur à temps partiel Mr.Brown." Coupa t-elle sèchement à nouveau, pointant un doigt crochu et accusateur vers le shiba. “J’en ais rien à faire de vos diplômes et votre réputation en psychologie, vous me paraissez bien lamentable si vous voulez mon avis.”



Les oreilles d’Alfred s’abaissèrent témoignant son malaise et sa gêne qui ne faisait que grimper depuis le début de cette altercation. Quelle entrée en scène Alfred, bravo.
Elle n’avait pas tort cela dit, il était et se sentait lamentable sous cette pluie et totalement pris au dépourvu par cette vieille dame aussi rêche et blessante qu’une râpe à fromage. Celle-ci ajusta à nouveau ses lunettes, fière d’avoir cloué le bec au docteur, et s’écarta de l’embrasure de la porte pour le laisser entrer.

-Allez, allez !” Pressa t-elle en faisant des gestes vifs de sa main ridée. “Je n’ai pas toute la matinée et vous allez avoir du boulot dans cette vieille salle, je vous l’dis moi.”

-O-oh, oui, bien sûr, pardonnez mon retard dans ce cas…” Balbutia t-il en pénétrant dans le Hall des employés, laissant la chaleur intérieur le réchauffer. Il prit soin de refermer et secouer son parapluie pour le ranger dans le rangement prévu à cet effet. “Cela ne se reproduira plus Madame…”

-Swventson. Claire Audrey Swventson.”

-Mrs.Swventson, enchanté…”

-Oui, oh, c’est bon, allons-y qu’on en finisse que je puisse retourner à mon émi-”

Elle s’arrêta net, laissant Alfred hausser un sourcil interrogateur avant de reprendre en se raclant la gorge.

-Mes dossiers, oui...Mes dossiers.... Ne me regarder pas comme un bêta et suivez-moi.”

****

La visite fut courte, juste le temps d’arriver devant la porte de sa salle de classe où une petite plaque neuve avait été mise en place, affichant la matière qu’il allait enseigner “Psychologie”. L’académie était vraiment grande et abordait une architecture semblable à un château du 19e siècle, ce que le docteur trouvait fascinant. Ce mélange entre antiquité et modernité était parfait. De son point de vue tout du moins.
Après avoir reçu les clefs de la part de Mrs.Swventson et ouvert l’accès à la grande salle, il se mit à tousser brièvement sous la masse de poussières qui flottait dans les airs.
Effectivement, il allait avoir du pain sur la planche s'il voulait rendre cette salle accueillante à temps…
Alfred prit une longue inspiration, enfin, pas trop longue, car la poussière massacrait ses poumons et sa truffe, et décida de se mettre au boulot. Posant sa mallette près de son nouveau bureau, le shiba en profita pour ouvrir les volets et les vieux rideaux crasseux.
Il prit une mine fatiguée et se frotta les tempes en s'apercevant de l’état lamentable des lieux.
Oh, oui. Beaucoup de travail…

Le shiba ouvrit les fenêtres pour aérer la salle quand il se mit à observer la vue depuis celles-ci. Sa classe se trouvait au 3e étage et offrait une belle vue sur la ville ainsi que la Grande place. On pouvait même y voir la fontaine en se concentrant assez. Il pleuvait toujours autant et Alfred était content d’avoir laissé Églantine au chaud à la maison. Ce rongeur avait même de quoi faire avec les noisettes grillées que lui avait laissé le canidé. Il eut une pensée pour Shai aussi, sa jeune fille de 19 ans qui avait aussi atterri sur Nintendo World maintenant appelé Next-wave. Alfred espérait qu’elle était à l’abri du mauvais temps et qu’elle ne risque pas un mauvais rhume. Même si cette dernière refusait de le voir de près ou de loin, il restait son père et elle restait sa petite princesse.

-Excusez-moi, Mr.Brown ?”

Alfred sursauta violemment lorsqu’il entendit une voix inconnue l’interpeller alors qu’il avait le dos tourné. Son cœur cognait douloureusement alors qu’il faisait face à une jeune humaine d’allure sage. Elle était brune et portait des lunettes lui donnant l’air doux.

-Oh mon dieu ! Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas vous faire peur !” s’enquit-elle d’un air totalement désolée. Elle s’approcha du canidé dans un geste avenant quand il lui fit un sourire et l’arrêta d’un léger mouvement de main.

-O-oh, non, ne vous inquiétez pas pour moi voyons, ce n’est rien. J’étais perdu dans mes pensées, j’aurais dû vous entendre arriver.”

-Vous en êtes sûr ?”

-Oui, vraiment, je vous remercie de votre gentillesse Miss…?”

-Amanda, juste Amanda, je n’aime pas trop les formalités à mon égard” répondit-elle d’un léger rire, ce qui eut le mérite d’agrandir le sourire sur le visage du shiba.

-Très bien, Amanda, appelez-moi Alfred dans ce cas !”  Fit-il en présentant sa main pour une brève poignée de main avec l’humaine. “Vous me cherchiez ? Comment puis-je vous aider ?”

-Oh non, pas grand-chose en réalité. Je venais simplement vous accueillir dans cet établissement, je suppose que la rencontre avec Swventson n’a pas dû être une partie de plaisir.”

-O-oh...O-oui, maintenant que vous le dîtes”  confirma le docteur en se passant une main sur l’arrière de la nuque en regardant sur le côté.

Amanda rigola légèrement.

-Bienvenue parmi nous Alfred ! Swenvtson est une vieille bique, mais elle ne mord pas ne vous en faîte pas ! N’hésitez pas à venir me voir si vous avez besoin d’aide, notamment…”  Elle montra la salle d’un geste de la main en faisant des gros yeux. “Pour cette catastrophe en terme d’hygiène.”

Al pris une expression reconnaissante envers la trentenaire.

-Merci c’est très gentil à vous... Je ne voudrais pas déranger.”

-Vous ne me dérangez pas voyons ! Ça ira plus vite à deux, allez ! Je fais cette partie de la pièce.”  S’exclama t-elle avant de chercher du matériel de ménage, ne laissant aucune place pour les protestations polie du shiba.

Finalement, les deux adultes réussirent à arranger la salle à temps pour le début du cours. Les élèves ne tardèrent pas à arriver et une fois tout le monde présent ou presque, Alfred, qui avait tout préparé et remercier Amanda de son aide, se tourna vers l’assemblée et fit un sourire professionnel et bienveillant.

-Bienvenue à ce premier cours sur le domaine de la psychologie. Je suis Alfred Brown et je serai votre instructeur pour le reste de l’année, voir plus si les cours se déroulent bien. J’aimerais établir un lien de partage avec vous tous et j’espère que vous aurez un apprentissage agréable en ma compagnie. Quant à moi, je ferais de mon mieux pour répondre à vos questions et vous aiguiller vers la réussite.”

Il fit une pause et tapota la machine qui se trouvait sur son bureau avec un autre sourire, laissant le temps aux derniers élèves de s’installer.

-Ceci est un projecteur diapositives généreusement offert par l’Académie, si vous avez une quelquonc sensibilités aux images et photo anatomique et parfois crue, n’hésitez pas à me le faire savoir. Nous ne l'utiliserons donc pas aujourd’hui, ne vous inquiétez pas.”

Alfred se racla la gorge en ouvrant ses dossiers, essayant de ne pas céder au stress montant et s’empara d’une feuille, une main dans le dos.

-Avec cette précision mis de côté, nous allons donc commencer ce cours…” Continua t-il en sortant ses lunettes pour lire rapidement le programme des sujets à aborder. “Oh, j’oubliais, vous êtes tout aussi invité à venir me voir après pour quelques précisions, questions ou simplement faire connaissance, il me tarde de tous vous connaître, bien…. Commençons…”


****


Le cours s’était plutôt bien déroulé, Alfred avait été très à l’aise pour sa grande surprise. Il avait répondu à des questions et ses élèves avaient l’air réceptifs pour la plupart. C’était agréable à voir. La cloche avait sonné et la classe se vidait pendant qu'Alfred donnait ses recommandations pour le prochain cours, parlait à quelques élèves et rangeait ses propres affaires, le ventre qui commençait à se sentir vide. Il était l’heure du déjeuner après tout, quoi de mieux qu’un bon repas chaud par cette froide journée. Il pleuvait encore lorsque les derniers élèves se préparaient à partir, laissant Alfred relire et tirer ses dossiers tout en se disant qu’il serait peut-être mieux de rester au sec….


****




Pièces Pièces : 836
Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 08/06/2018
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Your place is below me
and no matter how much you try
i'll step on you 10 000 times
Invité soon you'll see,
how the seed of hell grows inside of everyone
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Kat A. Elysia a écrit :
avatar
Feline
Ven 15 Juin 2018 - 18:21
Cyprien et Ako avaient donc accepté la proposition de Orion de s'inscrire dans l'académie... Ako était très enthousiaste, Cyp beaucoup moins. Après, leurs inscriptions, ils avaient reçu leurs tranches horaires des cours... Et malheureusement... Dans cette tranche horaire, il y avait cours de "psychologie"... Oh non, se disait Cyprien dans sa tête... Déjà que Lenny lui faisait assez la moral sur ce point, il avait envie de tout sauf avoir ce type de cours ! De plus, ça serait avec lui que commencerait les cours de demain... Et bah vraiment. Cyp s'imaginait alors comment il allait sécher. Mais cela serait juste impossible, Ako avait l’œil sur lui.

« Ce ne sont que des cours, tu ne vas pas avoir un vrai psy... » rassura Lenny.

« Je m'en fiche ça sera chiant, déjà l'autre dragon chelou semble plus vouloir nous étudier qu'autre chose... si ça trouve c'est une anarque cette Académie ! »

Cyprien mit sa tête dans un oreiller, totalement désespérer d'être à demain. Le garçon se trouvait chez sa petite amie qui nettoyait ses vêtements puants... Les parents de la jeune fille étaient partis pour toute la nuit pour leur boulot, ceci étaient très peu présent, mais c'étaient deux parents en or, enfin, c'est que pensait Cyprien. Pour revenir au cours de psychologie... Cyprien avait "peur" oui, c'était le mot, peur qu'on cherche à savoir qui était arrivé à ses parents, peur qu'on lui demande ce que cela lui fait. Même Ako ignorait encore beaucoup de détails à ce propos, la jeune japonaise voulait en savoir plus, mais c'était impossible, Cyprien était totalement fermé sur le sujet... Et cela la dérangeait, car des fois, elle sentait qu'elle ne le comprenait pas et les choses la dépassaient. La seule personne présente ici qui connaissait toutes les inquiétudes, malaises et angoisses de l'orphelin, c'était Lenny, mais par respect bien sûr, il gardait cela pour lui.

En dehors des cours de psychologie, demain ça serait la première fois que le couple vont en cours ensemble, avant cela, ils étaient dans des écoles différentes. Cela rendait aussi septique le garçon... Avant cela, il allait dans le même établissement que ses quatre meilleurs amis. Il sentait déjà que la présence de Stéphane allait lui manquer. Stéphane sortait toujours la meilleure blague, la meilleure remarque ou encore la meilleure farce en pleins milieu du cours, il savait comment rendre l'école cent fois moins chiante, malheureusement cela lui coûtait de nombreuses heures de colle. Cyprien sentait que les cours seraient bien moins drôles avec Ako... Elle semblait trop sérieuse, cela était dû à la pression que lui faisait subir ses parents... Enfin, il verrait... Au moins, il s'était trouvé un endroit où le garçon espérait décrocher un diplôme, il ne voulait pas devenir chômeur non plus. Bien qu'il ignorait encore ce qu'il ferait de sa vie.


Le lendemain arriva très vite, la soirée avait été assez calme et permis à l'orphelin de se détendre, oublié cette histoire de cours de psychologie, malheureusement en voyant le lycée de loin, Cyp ce souvenu pourquoi il ne voulait pas venir en cours ce matin... Malheureusement, il ne voyait aucune échappatoire et allait devoir subir le cours. Ils étaient à peine arrivés dans le lycée que la femme du secrétaire vient les interpeller.

« Tiens, tu es encore là toi ? J'ai dû mal à croire le fait qu'ils t'ont prit comme élève, tu n'as aucune hygiène de vie... »


Pardon ?! C'était à Cyprien qu'elle s'adressait ?! Qu'est-ce qu'elle avait cette vielle grincheuse à le juger ainsi. Cyprien regardait cette vieille chouette de plus prêt... Elle pourrait devenir très amies avec la gérante de l'Orphelinat, elles étaient toutes deux moches et connes. Malheureusement pour Claire Audrey Swventson, elle avait jeté son venin sur la mauvaise personne et Cyprien n'allait pas hésiter une seule seconde à lui répondre. Ako voulut empêcher cela, mais trop tard.

« On vous a demander l'heure peut-être !? »

« Et, en plus ça n'a aucune éducations... les jeunes de nos jours... Enfin, continue ainsi, et dans trois jours tu te feras virer de l'Académie et on s'en portera pas plus mal ! »

Sérieusement, c'était quoi son problème à celle-là ?! Même Ako la trouvait qu'elle dépassait les bornes. Mais, Cyprien était loin d'être impressionné et sur le remarque de la secrétaire, Cyp se mit à sourire, un petit sourire en coin...

« Ah Ouais ?! Bah c'est dommage car je ne compte pas me faire virer si facilement, donc soyez prête chaque matin, car vous allez la voir passer tout les jours ! »

« Pfff, si tu ne veux pas te faire virer, tu as intérêt de te presser et dégagé de mon bureau, il commence à avoir une étrange odeur... »

« Ouais, vous avez pas tord, vous faites reigné une atmosphère puante autour de vous, j'ai jamais vu ça ! Enfin bref,  faut que je file ! »


Swventson serra les dent, on pouvait les entendre grincer au bout du couloir ! Elle n'avait rien su trouver à redire, cela dit, il était hors de question pour elle de se laisser faire. L'orphelin verrait de quoi elle est capable la prochaine fois qu'ils se rencontreront !!

Le couple arriva à temps en cours, et la leçon que redoutait temps Cyprien pouvait malheureusement commencer...

***

Impression de Cyprien à propos du cours : Wha, que c'est chiant !!!! Et puis c'est quoi encore ce prof ?! Sérieux y a que des animaux dans cette académie ! Un bouc, un dragon, un cochon au secrétariat et maintenant un chien !! Puis, ce prof qu'est-ce qu'il est ennuyant, il parle non stop ! Qu'est-ce que Stéphane me manque sur le coup, lui, il aurait trouvé le moyen de rendre ce cours rasoir un peu plus intéressant. De plus, j'ai faillit m'endormir... Mais bon, j'ai pas d'être recaler car je dors en cours... Pfff, fait chier !

Impression de Ako à propos du cours : WHA !! Ce prof, il est trop chou, j'ai envie de le câliner... Enfin bref, j'aurais jamais cru que l'entrée en matière soit si costaud... Il y a pleins de mots que j'ai malheureusement pas compris... Ce cours me fait peur, et ce prof va si vite en explication... Aïe... aïe, ça va vraiment être plus difficile que mes anciens cours... Déjà que j'avais quelques difficultés...

***

La cloche sonna.

« ENFIIIIIIN !! »


La réaction de Cyprien fut sursauté Ako, il avait limite gueulé... Le garçon s'étira de tout son corps... Il était impatient de quitté ce local. Malheureusement, Ako avait décidé tout autre chose, une fois que les autres élèves étaient partie, la jeune collégienne se dirigea vers le professeur, comme il avait offert une occasion d'aller lui parler, la jeune japonaise avait sauté sur l'occasion. Pfff, Cyprien lui se dirigea vers l'une des fenêtre ouverte et regardait l'extérieur d'un air songeur, comme-ci ce local était devenu une prison et qu'il révait de liberté.

« B-Bonjour professeur, désolé de vous déranger... mais... je... comment dire, j'aimerais voir avec vous quelques termes que vous utilisez dans votre cours, que je n'ai malheureusement pas très bien compris... Désolé de vous ennuyer pour cela... mais ma langue maternelle est le japonais et j'ai encore un peu de difficulté avec la langue parlé ici... »

C'était vraiment gênant pour Ako de demander cela... mais, elle n'avait pas envie de souffrir de difficulté par la suite dû à cela... La japonaise avait écrit sur un bloc note quelques termes utilisé par le prof qu'elle n'avait pas compris. Avant qu'il puisse analysé elle décida de complimenté sincèrement le prof pour son cours instructif.

« Je tenais aussi à vous dire, que votre cours est vraiment intéressant. Vous savez la psychologie est un domaine très intéressant, je suis sûr que cela permettra de mieux comprendre certaines personnes. »

Cyprien, qui n'écoutait pas, avait les oreilles qui siffla en entendant les derniers mots de sa petite amie. Dans le petit couple vivait un terrible dilemme qui créait pas mal de dispute... Cyprien était un garçon plutôt fermé qui n'aimait pas dire ce qui n'allait pas. Et Ako, étant sa petite amie, détestait cette situation d'impuissance, quand elle voyait que celui-ci n'avait pas le moral, mais qu'il refusait CATÉGORIQUEMENT lui dire pourquoi et du coup ça partait en dispute. Ako se sentait souvent mal d'avoir gronder son petit ami alors qu'il n'allait déjà pas bien pour une raison qui lui est totalement étrangère. Du coup, elle cherchait tant bien que mal, un moyen, une solution pour le comprendre. Elle savait déjà que David connaissait lui les soucis qui troublaient l'orphelin, mais ne lui avaient jamais dit un mot. Quand, le couple partait dans des disputes trop grosses, c'est vers lui que Ako se dirigeait, il trouvait souvent les mots justes pour rassurer la japonaise. Lenny aussi savait les tracas qui tourmentait Cyprien, mais comme David, il refusait de dire quoi, ce soit... C'est pour cela que la psychologie intéressait autant la japonaise. Pouvoir mettre le doigt sur ce qui tourmentait son petit ami. Malheureusement, bien qu'il n'écoutât pas Cyprien avait entendu les derniers mots et savaient parfaitement à quoi Ako faisait allusion ! Et, cela l’énerva direct. Combien, mais COMBIEN de fois ?! Lui avait-il dit de pas chercher, de simplement attendre que ça aille mieux !?! Si Cyprien voulait pas en parler, c'est parce qu'il savait que cela ne changerait ABSOLUMENT rien... Ako se sentirait toujours aussi impuissante et devrait attendre que cela lui passe. Alors, pourquoi parler de chose douloureuse si cela ne changerait rien à la situation. Et cela l’énervait qu'elle cherche tant bien que mal à savoir ce qui n'allait pas...

« Tu te fiches de moi là ?! T'es désespérer à ce point là ?! »

Cyprien était en colère... mais son ton restait ferme et froid, qu'il veut dire que c'était une colère froide. Et qui connait Cyprien sait qu'il ne vaut mieux pas le croiser quand il est dans un tel état. Enfin... Ako n'avait non plus peur de son petit-ami, sinon cela ferait un bon moment qu'elle serait plus avec lui. Mais, elle hésitait à répondre... Déjà, car elle ne voulait pas s'exposer devant Alfred qui n'avait absolument rien demandé et surtout parce que, qu'importe qu'elle dirait là, maintenant empirerait tout. Sauf que voilà... Ako avait aussi un fort caractère et rester silencieuse pour elle, c'est montrer qu'elle était en tord... Alors, oui elle répondu après avoir réfléchit un petit moment sur ce qu'elle allait dire.

« Peut-être ?! Vu que tu refuses de me parler simplement, je trouverais un autre moyen, quand tu comprendras que tout ce que je veux c'est pour t'aider. »

« M'aider ?! Et pour cela tu vas demander de l'aide au prof le plus casse-couille de l'univers ! »

Oui, oui Cyprien parlait bien de Alfred d'ailleurs, il lui avait jeter un regard pour bien lui faire comprendre que ses mots s'adressaient à lui. Ako était mal... Elle voulait vraiment pas mêler ce prof à tout ce conflit... Surtout si Cyp commençait à l'insulter... C'était mauvais signe.

« Tu as nullement besoin de l'insulter, si t'es en colère c'est contre moi, pas contre lui ! Laisse-le en dehors de cela !! »

Sérieusement, se disait Ako, pourquoi la situation était ainsi ? Elle qui était impatiente d'avoir les même cours, leçon que son petit-ami, elle avait l'impression c'était la pire des idées...

« Ah, elle est bonne celle-là, mais c'est toi la première à avoir mêler ce gars dans nos soucis ! Puis, je dis la vérité... » il se tourna vers le professeur qui ne savait sûrement plus où se mettre en vu du conflit qu'il voyait « Vous savez votre cours est vraiment relou ! Vous pensez jamais à vous arrêtez de parler ?!!! »

Cyprien n'avait jamais eu pour but de s'acharner sur Alfred... Mais, la situation était tellement partie en cacahuètes que c'était lui qui en payait les frais. Au moins Swventson serait contente, vu le comportement du garçon, il allait vraiment se faire virer et à son premier jours plutôt à son premier cours.
Pièces Pièces : 24425
Nombre de messages : 478
Age : 25
Localisation : Next Wave
Réplique/Citation : Pas de repos pour les braves.
Date d'inscription : 05/01/2016

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Journal RP

Fiche Wanted:
 
Par un jour de pluie...[Pv. Cyprien]
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Arrivé sous une fine pluie de Cyrus
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» Séjour dans le Piémont: des idées?
» morceau du jour
» Arrêté du Jour de Marché

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum