Contexte

Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.

À propos de Next Wave

Depuis 2007, Next Wave (NW) est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers évènements. Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

Staff:

MonTexte

Derniers sujets

Top-Sites:

Partenaires:


Partagez
Aller en bas

Aria Arkaÿlis a écrit:

Aria Arkaÿlis
Joueur Novice
le Mar 17 Mai 2016 - 23:08
Les ronces s'étendaient par delà la grande plaine du domaine du Péril, une mystérieuse lande fleurie inaccessible au commun des mortels. Tandis que les roses fleurissaient au contact des rayons du soleil, un fin voile de la forme d'un dôme entourait un des pics de la montagne pour faire oublier à toute personne indigne d'entrevoir la beauté des lieux son existence même par le biais d'un filtre psychique né d'une magie si antique qu'elle n'aurait pu être écrite sur un parchemin.

Désormais intime avec ce lieu qu'elle avait crée puis reconstruit, l'ancienne Déesse de la nature, la déchue Viridi, coulait des jours paisibles dans ce domaine fait de verre et de plante. Bien qu'elle trouvait le temps long, qu'elle n'avait pour seuls échos du monde matériel que ceux émis par ses généraux en mission sur Nintendo World, Viridi était et restait satisfaite de sa condition actuelle. Elle ne pensait plus vouloir se mêler aux hommes d'une quelconque façon, pour l'éternité. Une éternité somme toute plutôt courte, car c'est lors d'un beau matin que son majordome et général principal, Solaris, lui souffla l'annonce d'un événement sans précédent ...


La tasse de thé de la déesse tomba par terre et se brisa au centre d'un monticule de roche flottante où n'était disposée qu'une petite table faite de racines nouées. Elle venait de sentir son énergie éparse au loin. Elle n'aurait jamais crû le revoir et s'empêcha de verser une larme. Elle devait l'attendre dignement et mener à bien sa nouvelle mission :



- Squall ... murmura-t-elle, les poings serrés.
Pièces Pièces : 15903
Nombre de messages : 65
Age : 38
Date d'inscription : 02/08/2013
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Squall Leonheart a écrit:

Squall Leonheart
M5
le Mer 18 Mai 2016 - 2:04
Les empreintes gravées dans l'esprit et le cœur du jeune garçon commencent à s'estomper, une bourrasque souffle durant ce long voyage faisant disparaitre peu à peu sa conviction, ses forces et surtout cette volonté qui ne tient qu'à un seul fil. Le voyageur se demandait sans cesse combien de temps demain attendra au bout de son sentier, les jours agonisant ne fanent jamais, comme si ces derniers étaient sans fin.

Il traversait les horizons, les contrées, différents paysages, mais pourtant son périple ne semblait avoir de fin, continuant encore et encore dans une voie qui semblait éternelle, mais pourtant la seule chose qu'il pensait réellement sans fin ne l'était pas. Lentement ses doux souvenirs, ses sentiments d'amour et de joie disparaissaient.

Même l'amour, qu'il pensait, détournant les sentiments de tristesse semblait lui aussi peu à peu inaudible.

Les souvenirs éclatants de son amour, sont noyés par plus de moments solitaires laissant finalement qu'une empreinte, celle qui suivait depuis maintenant des jours, des semaines, lui même s'en souvenait plus seul le sentiment aride le guidait jusqu'à maintenant, il n'avait pas besoin de toute ces notions.

Mais maintenant qu'il disparaissait peu à peu...

Qui était-il vraiment ? Maintenant que son but ne semblait plus avoir de sens.

Maintenant que son existence n'avait plus aucun sens. L'homme se sentait disparaitre, perdu et complétement vide son corps et son cœur semblait absent ressentent un simple trou béant au niveau de son torse, mais pourtant il ressentait toujours cette douleur qui lui faisait comprendre qu'il était encore vivant, que tout cela n'était pas un rêve, toutes ces choses qu'il vivait depuis peu n'étaient pas le produit de son imagination.

Cette douleur qui le poussait à partir, prendre la route afin d'avoir une vie sans regret, n'était qu'au final un appel de détresse, un objectif inatteignable pour ne pas avoir à disparaitre et devenir l'ombre de lui même, car sans cette chose qu'il poursuivait sans fin, il n'était plus rien ni même Yun ou Bien Squall, car il n'avait plus aucune autre raison d'exister.

Combien de fois les couleurs des saisons ont-elles changées ?
Les paysages qui défilent semblent tourbillonner devant moi.
Même si je suis désespéré, je ne perdrais pas mon but de vue.
Ce schéma irréalisable peut brûler, mais je m'agripperai à ma vérité.

Même si mes innombrables blessures sont ravivés.
Juste pour un moment de douceur, je laisserais mon âme se faire prendre.
Ma mémoire est pleine de tristesse, mais tu es la et tu adoucis cette douleur.
Ce n'est pas grave si cela reste un rêve.

J'arrive en courant à toute allure, précipitamment.
Les pulsations de mon cœur font vivre cette douleur.
Qui fait écho et répète en criant qu'il n'est plus de temps de rester planter là.

Combien de fois les couleurs des saisons ont-elles changées ?

Je t'atteindrai sûrement dans peu de temps.
Les rayons du soleil illuminent vivement le chemin vers toi.

Viridi


L'homme arrivait au bout de son chemin, s’effondrant lentement tendis que les mouvements mécaniques de sont corps comme toute machine devenaient obsolètes, les kilomètres qu'il pouvait traverser fut un temps furent maintenant de simple mètre tant la force lui manquait et même sa conviction, ses idées, ses pensées étaient elles aussi absente, faisant de lui une véritable machine. Les mécanismes de sont corps n'étaient qu'une science occulte, le fait qu'il soit en vie tout simplement, cela fonctionnait sous aucun principe, aucun fondement, son corps exécutait encore et encore les mêmes mouvements, même s'il n'avait plus les énergies nécessaire.

Peu importe la puissance et la conception des machines, toutes ces dernières ont une fin et même cette étrange personne ayant traverser les mondes afin de simplement vivre, ses derniers instant arrivaient, son corps s'effondrait lentement tombant finalement à genoux, s'agrippant à ce qui lui faisait face.

Mes yeux s'ouvrent et se ferment comme une lente destruction jusqu'à la mort.
Ma conscience perd de sa clarté. Elle n'est pas grand chose, mais je la lègue au printemps suivant.

L'amour de ma vie, à glacer mon cœur lentement.
Il se brise dans mes bras, faisant comprendre que l'abime de mes rêves n'est qu'une illusion.


Il s'aggripa encore plus fort levant lentement son visage en direction de ce qui le retenait.

Mon corps est sur cette terre et sa vie est dans mon cosmos
Nous ne serons plus jamais près l'un de l'autre

Je l'ai compris


Il marqua une courte-pause.

Je ne sais même plus qui je suis.
Ou bien même pourquoi je vie.

Je n'arrive plus à vivre.


Une nouvelle pause tendis que ce dernier leva complètement le visage en direction de son interlocutrice.

Je ne veux plus être seul.. Viridi.
Pièces Pièces : 67257
Nombre de messages : 267
Age : 23
Localisation : Le monde normal
Réplique/Citation : Alors comme ça tu pense être un Dieu ? Il n'en est rien. Tu n'es qu'un parasite dévoré par la jalousie et l'appetence qui convoite la vie sacrée des autres tu te nourris d'eux, de leurs souvenirs, d'amours et de deuils, de naissances et de morts, de joies et chagrins.
Date d'inscription : 31/12/2012
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Aria Arkaÿlis a écrit:

Aria Arkaÿlis
Joueur Novice
le Jeu 19 Mai 2016 - 16:07
Le vent se leva, emportant avec lui les pétales des roses disposés ça et là dans l'immense jardin naturel du domaine. De nombreux autres pétales multicolores suivirent le mouvement et provoquèrent un tourbillon odorant dans le ciel bleu et sans nuages, illuminés par les rayons du soleil d'été. Face à ce Squall qui n'était plus lui-même, ou peut-être l'était-il dans un sens, Viridi approcha d'un pas et put entrevoir la tristesse le rongeant. Elle savait de quoi ce ressentiment était fait ... la colère, la perdition, le désir de vengeance.

Ce ne fut pas ce qui étonna l'ancienne déesse au premier regard. Non. Il y eut avant toute chose la profondeur du regard de Squall et l'intonation de sa voix. Elle ne pouvait se résoudre à songer autre chose que la probabilité, non, l'assurance, qu'un autre être parlait à la place de l'ange déchu. Prenant la main du jeune homme, Viridi la serra doucement et colla son front contre le sien, lui transmettant un peu de son énergie pour le calmer et lui rendre des forces. Elle put alors sentir la dualité des âmes se battant en lui. Ses yeux s'ouvrirent un peu plus. Le travail n'avait pas été mal fait mais ... sans aucune douceur. Il n'était pas étonnant que Squall se retrouve ainsi piégé en lui-même, son "Créateur" ne lui avait pas laissé d'autre choix.


- Gozen ... murmura-t-elle en ressentant son énergie dans la liaison des deux âmes.


Viridi détourna le regard quelques secondes et lui souffla "Personne n'est destiné à être seul, "Sen-Mithrarin", et tu en es la preuve vivante."


Seule Viridi savait qu'un Sen-Mithrarin signifiait une "Âme de poussière", un être complexe crée à partir de la mort de deux âmes opposées et ressuscité en un seul corps aux souvenirs morcelés et à l'esprit meurtri. Un être né pour la guerre ou pour la paix, en une occasion spéciale et rarissime. L'ancienne déesse n'eut le courage d'expliquer clairement à Squall que son existence même était compromise, tout comme elle ne put dire à Yun que la sienne était un artifice. Ses premiers gestes penchèrent en direction d'une motivation certaine à rétablir l'ordre dans l'esprit de son ami.


- Il te faut, d'une façon ou d'une autre, réussir à rencontrer ton Créateur. La Tour des Souvenirs, ce qu'il en reste du moins, sera ton seul refuge.
Pièces Pièces : 15903
Nombre de messages : 65
Age : 38
Date d'inscription : 02/08/2013
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Squall Leonheart a écrit:

Squall Leonheart
M5
le Jeu 19 Mai 2016 - 17:25
Réputation du message : 100% (1 vote)
Les pulsation battent profondément.

Froidement à l'intérieur du crâne du jeune garçon, faisant lentement disparaitre les notions se trouvant autour de lui et cela sans même qu'il ne puisse s'en rendre compte, encore une fois son esprit était en proie à cette étrange sensation cette chose qui lui faisait simplement perdre le contrôle de ce qu'il était. Les doux battement de cœur du jeune homme formaient une nouvelle fois une boucle infini, raisonnant en échos entre eux encore et encore. Les notions primaires comme le temps, les profondeurs, simplement le reste du monde et la vie s'estompait lentement berçant l'esprit du jeune garçon par ces percussions incessante. Ainsi le bourdonnement du sang traversant ses veines n'était que la seule indication de temps, ce bruit continue ainsi que les rebonds emportaient le peu de raison lui restant, les sensations lui faisant défauts, il était devenus une nouvelle fois qu'une coquille vide sans âme.

Yun n'existait plus maintenant, une simple coquille vide, mais qui rapidement semblait avoir un nouvel hôte une personne bien plus présente en ce corps qui semblait le siens affichant maintenant un nouveau regard n'ayant rien avoir avec celui de l’apprenti. Un regard bien plus profond, bien plus puissant et surtout noble affichant une véritable confiance en lui et surtout une assurance sans nom. Il affichait les yeux d'un homme se déposant lentement dans le regard de la déesse lui faisant face, cette dernière pouvait ressentir toute la force émanant de ce dernier et surtout l'origine de celui-si.

Une voix toute aussi puissante semblant omnipotente, traversent les contrées jouissant en même temps de toutes les qualités de son regard ce dernier vint à prendre la parole oubliant totalement l'existence de Yun gisant dans cette inconscience au plus profond de son être.

Eh bien..Bonjour Viridi.




Les battements du cœur du Dieu étaient devenus beaucoup plus rapide, annonçant une anomalie dans le corps de ce dernier dévoilant une puissance nouvelle provenant du plus profond de son esprit et surtout de son être lui même déchirant lentement les entrailles du corps et surtout cette étrange illusion retenant l'âme du jeune garçon au plus profond de lui même lui permettant ainsi de prendre le contrôle du corps comme il le souhaitait. Le flux du sang dans les veines de la mort devenait beaucoup plus important contractant les muscles de ce dernier augmentant la taille des vaisseaux sanguins à leurs maximums jurent de rompre dans les secondes qui viennent.

Pourtant ce dernier affichait toujours un sourire sur son visage en observant la déesse qui lui faisait toujours face même durant cet étrange processus.

Mais rapidement les muscles du visage de l'homme ressentaient eux aussi une forte pression changent lentement de forme affichant un visage en colère, se transforment en un visage hurlant avec une puissance sans nom, libérant un puissant cris provenant du plus profond du Dieu céleste ayant oser prendre le contrôle de ce corps qui ne lui appartenait pas, tout en accompagnant ce cris de force, une puissance sans nom l'accompagna s'échappant du corps du Dieu qui cédait lentement au contrôle du jeune garçon affichant une puissance nouvelle.

JE NE SUIS PAS UNE MARIONNETTE !

JE SUIS LE SEUL MAITRE DE MON CORPS !

ET TOUT CECI M'APPARTIENT !


Le voyageur poussait un énorme hurlement de rage provenant du plus profond de son âme tout en démontrant toute la force dont il pouvait faire preuve libérant ainsi un flot d’énergie en constante expansion à la puissance sans nom grandissant encore et encore accompagnant son cris de rage montrant sa dominance sur la personne qui partageait son corps, rapidement ce dernier dépassa la puissance potentiel du Dieu qui logeait en son corps tendis que tout l'environnement autour fondait littéralement sous l'avancer de sa puissance hors-normes.

Les cheveux du garçon flottait dans les airs changeant d'une couleur à une autre traversant les couleurs de l'arc en ciel comme son vielle ami, qui était maintenant devenus celui qui cherchait à détruire continuant sur cette parfaite expansion ce dernier affichait les six couleurs de l'arc en ciel jusqu'à que ces dernières s’effacent dans un noir profond et spatial semblant infinis et sans fin disparaissant en l'espace d'un instant.

Ce dernier levant le visage au cieux exprima toute sa puissance et sa détermination, en poussant un hurlement démontrant toute sa puissance.

JE SUIS HEART YUN SEONG ET JAMAIS JE NE SERAIS TOI !


Son puissant hurlement résonna au travers les contrées démontrant la dominance du garçon sur ce dernier, mais tout cela n'était d'une courte durée, toute sa puissance et son énergie disparus aussi rapidement qu'elle avait fait surface tendis que ce dernier s'effondrait sur les ruines du sol après un effort aussi colossal.
Pièces Pièces : 67257
Nombre de messages : 267
Age : 23
Localisation : Le monde normal
Réplique/Citation : Alors comme ça tu pense être un Dieu ? Il n'en est rien. Tu n'es qu'un parasite dévoré par la jalousie et l'appetence qui convoite la vie sacrée des autres tu te nourris d'eux, de leurs souvenirs, d'amours et de deuils, de naissances et de morts, de joies et chagrins.
Date d'inscription : 31/12/2012
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Aria Arkaÿlis a écrit:

Aria Arkaÿlis
Joueur Novice
le Sam 21 Mai 2016 - 14:28
Réputation du message : 100% (1 vote)


Elle l'observa faire. Il y avait dans les yeux du jeune homme cette dualité si présente qu'elle en devenait presque effrayante. L'ancienne déesse savait pertinemment qu'elle ne serait pas capable de l'arrêter si quelque chose devait se produire. Elle ne pourrait qu'être la spectatrice de sa destruction, et peut-être de celle du monde. Elle tenta d'approcher d'un pas mais fut automatiquement repoussé par la signature énergétique du choc des deux âmes conflictuelles, provoquant la mort des fleurs, du ciel, du soleil. La pulsion arc-en-ciel, puis spatiale, de Squall et Yun mélangés, provoqua un chaos déraisonnable qui engloutit toute la plaine, faisant fuir les animaux, s'ils ne se faisaient pas tuer. De par sa seule présence, mais Viridi l'avait su dès le début, Squall avait rompu la quiétude paradisiaque de ce domaine inaccessible aux mortels jusqu'à lors.

S'évertuant à approcher malgré la surcharge énergétique qui la repoussait et la blessait, Viridi se démena, luttant contre une puissance qu'elle avait rarement entrevue auparavant. Il y avait chez Squall une peine assez grande pour briser le noyau de la planète en deux. Elle ne pensait pas être capable de le calmer, mais se doutait pertinemment de la meilleure chose à faire. En l'état actuel des choses, une fusion des âmes était tout simplement impossible. La résonance était proche du zéro pointé. Elle n'avait pas le pouvoir de forger des âmes, seulement celui de les intégrer ou les dissocier, et concernant ces deux âmes, elles étaient bien trop éloignées l'une de l'autre pour devenir harmoniques.

La déesse déchue ferma les yeux et rattrapa Squall lorsque celui-ci s'effondra de fatigue, et l'allongea sur un confortable lit de feuille, s'agenouillant à ses côtés et l'observant. Elle savait où se situaient les vestiges de la tour des souvenirs et se décida à préparer le voyage du jeune homme. Elle devait réfléchir à beaucoup de paramètres et n'avait que peu de temps? Le soleil se coucha face au corps endormi de Squall, tandis que Viridi avait pénétré au sein de son château depuis maintenant plusieurs heures.
Pièces Pièces : 15903
Nombre de messages : 65
Age : 38
Date d'inscription : 02/08/2013
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Squall Leonheart a écrit:

Squall Leonheart
M5
le Mar 24 Mai 2016 - 0:53
L'homme affichait un sourire satisfait observant les dons de l'âme partageant son corps, cette dernière n'avait jamais fait preuve du moindre entrainement pourtant elle était capable de faire surgir cette puissance effleurant les limites que lui même n'avait jamais réussi à franchir cela le fait sourire au plus haut point. Qui pensais qu'une simple fissions des souvenirs était capable de crée une personne aussi puissante et aussi différente que ce qu'il avait été lui même auparavant, cela faisait maintenant un certain temps que le corps ne lui appartenait plus et donc n'avait subit aucun entrainement ce dernier, Yun avait une véritable puissance innée, car il n'était plus le même homme et le corps outre une puissance brute importait peu, la faiblesse d'un corps se compense par la maitrise et la puissance, mais c'est bien l'âme et le cœur d'une personne qui fait de cette dernière une véritable force de la nature ou non.

Il n'aura sans doute jamais l'occasion de le savoir, mais Squall aurait pus être beaucoup plus puissant qu'il ne l'imagine et cela d'une façon innée et non par la force de son travail et de tout ces atrocités qu'il nommait entrainement poussant son corps aux extrêmes. La puissance et la force qui habitait l'âme et le cœur de Squall sous la possession de Yun était quelque chose d'extra ordinaire ce dernier ne se battent pas pour une réel valeur, mais simplement pour faire comprendre au monde qu'il est en vie. Voila comment les événements d'une vie change un homme, Squall ayant vécut une vie de soldat et d'entrainement le poussant toujours à devenir plus fort encore et encore fit disparaitre son véritable potentiel en perdant cette chose de vue.

Cette chose que Yun à eut l'occasion de vivre par lui même, une vie normal, des sentiments et de l'amour, qui aurait cru qu'une vie paisible et surtout loin des combats aurait pus crée un guerrier possédant des dons aussi vénérable dépassant même son doppelgänger lui même Dieu. Il est très amusant de voir les différences entre deux même personne, mais tout deux ayant pus vivre dans des environnements différents. En tout cas une chose est sur, Yun ne se laissera pas faire disparaitre aussi facilement, cette séparation à crée une nouvelle âme, ce n'est plus une question de corps ou bien de souvenir, par sa puissance et surtout sa volonté de vivre Yun est devenu une personne à part entière et non pas qu'un simple amnésique.

L'avenir allait être intéressant, maintenant que deux combattants s'élançait dans une guerre pour un précieux trésor.

La vie.

Après l'agitation crée par le jeune homme une douce palpitation pouvait se faire entendre dans le ciel redevenu d'un bleu agréable au regard rappelant celui du voyageur, ce ciel d'un coup de vent fit disparaitre la tension de l'endroit et tout ce qui venait de s'y produire et cela comme s'il ne s'était jamais rien produit. Lentement l'environnement appelait le monde et le rassurait dégagent cette douce ambiance démontrant qu'il n'y avait plus rien à craindre, que tout allait bien, c'était bien cela le pouvoir de la nature. Peu importe ce qui arrivait cette dernière reprenait toujours possession de ses biens, elle ne pouvait être vaincue même par le plus puissant des guerriers.

L'extrémité du ciel oscillait faiblement, démontrant tout de même le passage marquant du jeune garçon, libérant une douce brise réveillant ce dernier d'un profond sommeil qu'il avait bien mériter après tout les efforts qu'il avait du mettre en place pour ce rendre dans cet endroit et simplement survivre à tout ce qu'il avait pus subir en voyagent dans ce monde, ce dernier semblait avoir vécu tout de même des choses qu'il n'arriverait sans doute jamais à expliquer, mais une chose était vraiment cette fois il c'était endormis sur une victoire, le sourire sur les lèvres.

Lentement ce dernier s’éveillait observant les environs ne se souvenant pas vraiment de tout ce qui c'était produit et cela depuis un certain moment maintenant, il affichait un simple sourire satisfait d'avoir pus dormir durant un bon moment et surtout de pouvoir jouir d'une force nouvelle qui venait de ce sommeil réparateur. Les souvenirs du voyage, et du désespoir le poussant à une force monstre eurent disparut, certes il se souvenait de la raison de sa présence, mais non du chemin qu'il avait du faire et de ses derniers mots concernant sa cause. Cela était vraiment surprenant, comment avait-il pus perdre des souvenirs aussi marquant, et cette puissance qui ferait pâlir être divins et plus encore.

Affichant un air assez dubitatif ce dernier se releva de cette courte-pause lui offrant pourtant une nouvelle jeunesse, sans le moindre mot ce dernier se m'y en route en direction de la construction se trouvant non loin de l'endroit où il avait refait surface.

La détermination du jeune garçon était tout de même surprenante, il avait même prévenu avant de combattre la personne se trouvant dans son corps, qu'il n'était pas lui même et que ce n'était qu'un simple corps et que sa raison avait disparus depuis un bon moment, cela n'était donc pas qu'une simple métaphore visant à faire comprendre à la déesse la situation dans laquelle il se trouvait, mais cela n'était que la réalité, son corps n'était conduit que par sa détermination, mais lui même ne le savait pas.

Il n'avait aucun souvenir de ce qu'il avait pus faire et surtout comment il avait pus atterrir dans cet endroit, décidément cet homme était plein de surprise.

Lentement, ce dernier évolua dans la demeure de la déesse, partant à sa recherche n'ayant le souvenir de leurs rencontres.

Il y'a quelqu'un ? Je recherche une personne du nom de Viridi
Pièces Pièces : 67257
Nombre de messages : 267
Age : 23
Localisation : Le monde normal
Réplique/Citation : Alors comme ça tu pense être un Dieu ? Il n'en est rien. Tu n'es qu'un parasite dévoré par la jalousie et l'appetence qui convoite la vie sacrée des autres tu te nourris d'eux, de leurs souvenirs, d'amours et de deuils, de naissances et de morts, de joies et chagrins.
Date d'inscription : 31/12/2012
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé a écrit:

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum