Acte X11Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Ultra-Contraintes
HorunaRAS00:00:00
Neo-ChampignonRAS00:00:00
Neo-TelliusUltra-Nuit Eternelle00:00:00
NipponRAS00:00:00
Sphère OcéaniqueRAS00:00:00
Bienvenue

 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

「 悪魔を憐れむ歌 」 Sympathy For The Devil. | PV Trascer
Nier J.K. Weiss a écrit :
avatar
Femme Fatale
Lun 25 Avr 2016 - 17:53
"I'm a woman of wealth and taste
I've been around for a long, long years
Stole many a man's soul and faith"


Marche, marche, plus vite, ne laisse pas le froid te saisir, milady.
Les affaires n'attendent pas, tu sais ce qu'on dit, le hasard fait des merveilles.
Ce monde est ton terrain de jeu, ouvre ta porte aux nouveaux clients.
Donne leur le pouvoir, Grimoire Weiss.



Un panneau, là bas.  A deux minutes de marche. Peu lisible, mais toujours utile. - "Pics Polaires".

Ou quelque chose d'approximativement similaire. Peu importe.

La neige tombait à gros flocons. Caressant le sol à sa chute, elle créait sur ses proies de pierre et de végétaux un épais cocon de glace. Un cocon vraisemblablement destructible par le feu - feu que personne ici ne semblait avoir en sa possession. Seule une grenouille, arrivée sur les lieux probablement par miracle, continuait de croasser près d'un lac gelé. Le temps semblait simplement s'être arrêté.
Comme dans les contes de fées merveilleux de son enfance, cette place était d'un blanc immaculé, à peine souillé par ses pas, lents et assurés, dont les empreintes dans le sol se retrouvaient aussitôt recouvertes d'un flot étoiles blanches et pailletées. Nier vagabondait. Cachée sous sa cape militaire, le visage à demi masqué par une écharpe d'un rouge écarlate. Ses cheveux blancs se mêlaient à la pureté de ce nouveau paysage, flottant dans l'air, guidés par l'autorité du vent. Les poings serrés, ses deux mains étaient emmitouflées dans des gants de cuir, protégés de la température extérieure.
Elle cessa de marcher un instant, admirant de ses yeux avides de nouveautés ces montagnes enneigées qui semblaient en tous points l'émerveiller. Ce village lui avait vraiment l'air tout droit sorti d'un vieux conte de fées ...

Impressionnant.

Détournant son regard vers l'une des bretelles de son sac à dos, elle s'empara de celui-ci pour en sortir un paquet de cigares, piochant dans le tas. Un briquet en main, elle peina un peu à l'allumer. Mais la chaleur des flammes eurent raison de la fraicheur de l'air.
Un flot de fumée s'échappa d'entre ses lèvres. Il était temps de reprendre sa marche.

La femme s'en alla vers la sortie de droite. Celle qui menait au cœur du village.
Son chemin, bien qu'un tant soit peu marqué par les apparitions répétées de loups sauvages, fut plutôt rapide. Bravant la neige, éjectant les canidés enragés de sa route, le lieutenant s'enfonça dans les profondeurs de la montagne, en quête d'un signe de vie. Les seuls Gorons qu'elle avait eu le privilège de croiser étaient plus congelés que les lacs eux-mêmes. C'était à se demander quel genre de désastre avait eu lieu avant que cet endroit ne devienne ce qu'il est aujourd'hui.

Vraiment impressionnant.

Nier se perdait dans ses pensées, bien qu'essayant de se concentrer sur ses sens, pour rester à l'affut du moindre bruit qui par chance pourrait être celui d'un être humain.
Son manque de contact commençait à se faire sévèrement ressentir. Elle qui s'était habituée au bavardage marchand de sa clientèle, le silence mortuaire de la montagne ne tardait pas à lui taper réellement sur les nerfs.
Au point de pourfendre le calme (insupportable) de ces lieux.


« On arrête de jouer à cache-cache maintenant ! Vous avez les couilles trop gelées pour vous montrer ?! Allez les cocos, on s'bouge le cul, j'ai pas que ça à faire ! »


Un soupir souffla la fin de son impatience un brin trop marquée.

Pas un signe.
Pas un bruit.

Mordillant son cigare à demi éteint par le froid, elle prit son courage à deux main et continua son périple, pénétrant au sein du village Goron.
Pièces Pièces : 4805
Nombre de messages : 19
Localisation : My balls, your face.²
Réplique/Citation : Weapons are used by soldiers on the battlefield. If you have never used them yourself, you have no idea what you're selling.
Date d'inscription : 22/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Elohith a écrit :
avatar
Chaos Universel
Lun 25 Avr 2016 - 22:17
"Du calme Arkalok, doucement!"

Le Seigneur du Mal comprenait bien que son destrier avait quelques soucis pour galoper sur le sol recouvert de neige. D'ailleurs, les gros flocons ainsi que le vent glaciale qui soufflait en continue sur le duo démoniaques. Trascer ne souhaitait pas spécialement fatigué son cheval, surtout que ce dernier s'était, tout comme lui, que trop peu reposé depuis leurs départ de Thédas, délicieux Duché dont l'Indivisible était le théorique possesseurs depuis ses trente bougies (Ce qui en soit donnait la une terre vieille de plus d'un milliard d'années, imaginez donc le tas gigantesque de cadavre et de squelette pourrissant dans les profondeurs de la terre! De quoi facilement remplir tellement de cimetière qui ferait l'orgasme de n'importe quel nécromancien heureux de voir une horde de morts vivants débouler sur le monde!). Ainsi, un tel voyage accompagné d'une telle météo n'aidait en rien ni la motivation du cheval, ni même l'envie du Prince de la famille Cimeteri de continuer sur une telle route. Malgré cela, il fallait motiver le gentil canasson mangeur de viande fraiche humaine pour qu'ils puissent ensemble arriver à un village. Il avait entendu parler, rumeurs ou vérité, d'un village Goron non loin d'ici.
Ah, les Gorons! Créature mythique des terres d'Hyrules ou de Termina! De grands guerriers aussi solide que la roche avec une force dans les poings capable de briser les pierres à mains nue! D'ailleurs, pierres que ces derniers mangent sans aucun soucis comme un homme mangerait de la viande. De valeureux combattants, réellement! L'ancien détenteur des Quatre Morts en avait combattu qu'en de très rares occasions et avait toujours apprécier ses affrontements avec de tels monstres de la nature. Peut-être les vieilles rancunes étaient effacés et qu'ils coopéreraient alors? Bon, il ne faudrait peut-être pas forcément compter la dessus, mais plutôt sur le faite de la nouvelle apparence du démon dans une armure flambant neuf dans un noir de jais tellement sombre que la lumière en était absorbé, mais aussi d'un rouge volcanique flamboyant qui serait capable de bruler toute personne la touchant. Contraste amusant entre les deux couleurs mais ô combien stylé. Et si il y avait bien trois choses que Trascer adorait dans ses équipements c'était bien : Être résistant, mortel mais surtout, surtout, avoir la classe pour des poses de combats.

Supprimons l'image d'une chorégraphie de danse avec Sorceress, l'ultime combattant continuait son chemin à travers la neige qui continuait de s'écraser avec force sur le sol, et ainsi, continuant d'augmenter la taille du tapis glaciale qui s’amoncelait sous les sabots du destrier. Rapidement, un panneau indiquant un village goron non loin fut percevable au loin. La bonne vision du Maitre d'arme, bien qu'obscurcit par le froid et les flocons n'avait pas empêcher de remarquer cela si bien que le Seigneur du Mal redoubla de vigueur. Mais bien vite, une autre chose se dessina dans le froid hivernale des Pics Polaire maudite! Une forme.... Mouvante? De dos, l'on aurait dit un être humain, dans une drôle de combinaison militaire hivernale portant un couvre chef du même acabit il semblerait. Heureux d’apercevoir quelque chose, enfin quelqu'un, de vivant, surtout que les dernières créatures ayant donné signe de vie étant un Dragon élémentaire ainsi qu'un Dodongo géant, voir un humanoide ne ferait que du bien à Trascer! Ralentissant l'allure de son canasson Arkalok afin qu'ils arrivent en tout facilité et sans effrayer la personne. Une fois à hauteur, et par un léger saut acrobatique, le Guerrier millénaire tomba à quelques mètres de l'ombre, encore un peu caché par la pseudo nuit apporté par autant de nuages et de neiges.


"Hola voyageur, je vous pris d'excuser mon intrusion alors que vous marchiez seul dans la tempête, mais..."

Alors qu'il s'approchait lentement, mains ganté hors de toute armes, le Manieur de Painsaw remarque que son vis à vis était... Oui, une femme! Borgne certes, mais une femme tout de même. Si il fallait la décrire rapidement on pourrait dire que s'alliant à son jolie minois se trouvait aussi une paire d'argument des plus solides et des plus convaincants. Ainsi qu'une stature solide et droite digne des plus grands. Une charmante vue, pleine de "chaleur" emplissait déjà un peu plus la vision du démon alors que le reste autours de lui ne symbolisait alors que le froid. Faisant de suite une révérence afin de saluer la dame et ainsi réparer son impolitesse.

"J'ai remarqué que vous étiez seule dans ce désert de glace. Cela ne doit pas être forcément évident pour vous ainsi et je remarque que nous allons dans la même directions! Si je puis me présenter.... Trascer de la maison démoniaque Cimeterie! Maitre d'arme de la maison Impériale des démons et premier général, Duc de Thédas, Ancien détenteur des Quatre Dieux Universelle, Porteur de la légendaire Painsaw et tant d'autres titres ô combien inutiles... Dans tout les cas, si vous le souhaitez, j'aimerais vous apporter mon aide via mon destrier pour vous portez au village Goron tout d'abord, ma destination de repos. Si votre route se termine avant je me ferais une joie d'abord de vous y accompagner, sinon, en fonction de votre route nous pourrons voir cela une fois au chaud, qu'en pensez vous, Mademoiselle.... Sans impolitesse, de ma part, aurais-je l'infime chance de connaitre mon interlocutrice?"

Dans un signe de galanterie, le guerrier fit encore une fois une révérence de politesse tout en restant attentif à la moindre parole pouvant sortir de la bouche de la jeune femme.
Pièces Pièces : 45889
Nombre de messages : 360
Age : 23
Localisation : Dans son tube de soin
Réplique/Citation : "Pardon?"
Date d'inscription : 26/05/2012

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Nier J.K. Weiss a écrit :
avatar
Femme Fatale
Mar 26 Avr 2016 - 0:40

"Pleased to meet you
Hope you guess my name
But what's puzzling you
Is the nature of my game!"




Quelques minutes de silence vinrent s'éteindre aux côtés de Nier, jusque là restée immobile sur le chemin du village. L'absence de réponse l'avait vraisemblablement calmée. Plus encore. La marchande affichait un air ... déconfit. Complètement déconcerté.

L'air du pays commençait à envahir ses jambes qu'elle sentait s'engourdir à chacun de ses mouvements.

Que deux Gorons retrouvés sur le chemin soient congelés comme du porc salé par le froid est une chose, mais qu'il n'y ait réellement personne dans ces montagnes en est une autre. Il y avait forcément un refuge dans lequel le reste de cette tribu pouvait rester confinée en toute sécurité lorsque le temps représentait un tel danger. Sinon comment parviendraient t-ils à survivre dans de telles conditions ?
Son œil découvert scrutaient furtivement le paysage. Celui-là semblaient bien distinguer des formes rondes et larges au bout de la route, mais le vent glacial lui faisait office de barrage, soufflant sur l'image approximative capturée par sa pupille au point de l'en rendre indescriptible.
La femme fit rouler son cigare entre ses deux doigts, avant de le laisser tomber à terre sans crier gare. Baissant la tête vers le sol, elle fixa sa friandise gâchée se noyer sous l'épaisseur des flocons glacés. Sa voix irritée laissa échapper un grognement légèrement décontenancé.

Il y a forcément quelqu'un qui traîne dans les parages. Hein.

Mademoiselle Grimoire canalisait son agacement avec difficulté.
Son couvre-chef se faisait envahir par les cristaux de neige, tombant par dizaine, se chevauchant les uns sur les autres, couvrant la casquette d'un fin tapis cotonneux. Elle se remit à marcher, prudemment cette fois, relevant la tête face au vent. Son œil ambré luttait contre les bourrasques, se fermant lorsque ces dernières fouettaient la moitié de son visage que l'écharpe n'avait pas pour possibilité de couvrir. Avec une vision aussi trouble, arriver à destination allait s'avérer plus compliqué qu'elle n'avait pu le penser sur les quelques heures qui précédaient son arrivée.
Ainsi, ses pas mesurés la faisaient avancer doucement, mais sûrement. Sûrement, avant qu'elle ne vienne se heurter à une surface chaude, chaude et mouvante. Semblable au corps d'un animal bien vivant.
Sa main glissa, tâtant cette chose si familière à ses sens.

Un cheval. C'est un cheval. Il y a forcément quelqu'un. Même en plein désert.

La bête releva la tête à son contact, respirant brusquement, faisant reculer la femme sur deux mètres. Son œil à la couleur capricieuse scruta le noble animal, avant de réagir à ce qui semblait s'apparenter à son cavalier. C'était un homme. Un homme imposant. Un homme en armure. Que dire de plus. Un chevalier, probablement. Ou un démon.
Nier lança à son égard un regard parfaitement nonchalant, rehaussant son cache œil de la main droite. Ledit cavalier pris la peine de l'approcher, de l'observer, surtout. Enfin il se décida à parler. Ou plutôt devrais-je dire la saluer, avec toute la galanterie du monde.

Un homme galant ...
A sa plus grande indifférence.

Elle était seule, effectivement. Oui. Elle était seule. Pousser une gueulante à 1200m d'altitude était plus efficace qu'elle ne le pensait.

Weiss daigna afficher un sourire soulagé, avant de le dépasser, prenant les devants sur le chemin. Finalement, elle haussa le ton à son tour. Son sourire dit "soulagé" esquissa un air fourbe et satisfait.





« Nier, Juri, Katharine Weiss. Marchande d'armes. »

Son regard fixa la courbette de monsieur, l'air légèrement amusé.

« Monsieur le grand guerrier fait preuve de politesse, mais sans vouloir te manquer de respect, c'est pas que j'm'en fous un peu, mais je cherche juste le refuge des Gorons pour y rester cette nuit. Ces gros cailloux souriants et musclés n'ont pas besoin de sniper; avec un temps aussi merdique que le leur, autant rester enfermé dans une grotte jusqu'au printemps ... Je ne pourrais pas faire de chiffre d'affaires par ici.

A moins qu'un type comme toi ait besoin de mes services, bien entendu.
Toi et ton poney vous allez me guider chez eux, et on discutera de ça au chaud. Et bien entendu ne me dis pas "oui mademoiselle", fais le simplement. Tu seras gentil. »

Son sourire de vipère largement dessiné sous son visage resta dissimulé sous son écharpe de laine.
Autant le suivre. On se les gèle par ici. Et ce type aura, par chance, une raison valable de lui faire vendre son arsenal de guerre.


Pièces Pièces : 4805
Nombre de messages : 19
Localisation : My balls, your face.²
Réplique/Citation : Weapons are used by soldiers on the battlefield. If you have never used them yourself, you have no idea what you're selling.
Date d'inscription : 22/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Elohith a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mar 26 Avr 2016 - 2:17
Eh bien! Si Trascer s'attendait à une telle réponse, il fallait bien avouer qu'il était plutôt... Surpris. On aurait pût parler de stupéfaction si le Démon avait été rester toute sa vie nobliaux, mais il ne fallait pas oublier que lors de sa jeunesse de Général d'honneur de l'armée démoniaque, le polisson fréquentait souvent les bordel et autre coins à filles de petites vertues de la capitale de l'Empire avec, justement, son Empereur... Stip. Il était donc plus ou moins habitué à un langage, pas vraiment plus rustre, mais plutôt directe! Ainsi donc, cette charmante demoiselle se nommait Nier Juri Katharine Weiss. Et plus précisément, une marchande d'arme. Il fallait l'avouer, se genre de personne représentant la guilde marchande de l'armement était plus rare, si ce n'est inexistant dans la majorité des contrés en ce qui concerne la version libre service et globe trotteur! Il pourrait probablement en tirer profit... Enfin, tout du moins une sorte d'arrangement commercial.
Ainsi elle souhaitait elle aussi rejoindre la grotte des Gorons? Prétextant donc de base ne pouvant pas vendre d'armes à des machines de force et de muscle que représentait les créatures de roches, ce qui en soit était vrai et logique, elle souhaitait seulement être au chaud un moment via l'aide du Maitre d'Arme et du gentil poney destructeur. Léger sourire en coin après la dernière phrase de Nier qui donnait un aire d'autorité à la chose, l'homme en armure se propulsa donc sur le canasson après avoir tourné vite fait le dos à la charmante militaire. Laissant claquer rapidement le lien qui l'unissait à son ami animal pour que ce dernier bouge délicatement ses pattes afin d'en retirer le maximum de neige. L'avatar du Chaos se tourna alors vers la jeune mortel qui se trouvait encore un peu loin.


"Bien, puisque vous y mettez tant de votre charme afin que je vous aides, je vous en prie, la place à l'arrière de mon cheval est parfaitement grande pour que vous puissiez vous y installer. J'imagine que si vous avez parlée de Sniper, vous savez ce qu'est un Tank! Monter un poney ne devrait pas vous demander beaucoup d'effort de plus. Si vous voulez bien prendre la peine, direction Cavernes des Gorons pour une bonne période au chaud!"

Attendant que la jeune fille monte sur le cheval via une pirouette acrobatique des plus respectables, si Trascer l'avait pu il aurait probablement sortit un panneau avec marqué 9/10, ce dernier repensa un instant à la proposition marchande que cette dernier venait de lui faire. Peut-être indirectement et sans même savoir que le possesseur de Painsaw serait extrêmement intéressé par cela! Lorsqu'il reçu le signal de Weiss, signal qui sortie le démon de ses pensées, il fit claqué son fouet suffisamment fort pour que Arkalok s'élança au galop.

"Accrochez vous! Mon cher Poney n'aime pas trop avoir de la compagnie humaine sur son dos! Il souhaitera donc sûrement vous faire chuter en espérant votre mort. Mais une femme de votre acabit telle que vous ne devrait pas avoir de soucis. Au pire, accrochez vous à moi."

La course endiablé du destrier démoniaque se calma de temps à autre sur des pentes glissantes ou des routes de petite tailles entouré de neige ou de vide. Traversant d'autres gorons frigorifié jusqu'à arrive à de hautes falaises reliées par des ponts. Ralentissant alors le canasson pour passer sans encombre, l'Indivisible tourna légèrement sa tête vers sa nouvelle compagnonne!


"D'ailleurs, profitons de ce petit moment d'arrêt pour parler rapidement affaire. Je pense en parler d'avantage quand l'on sera au chaud, jeune demoiselle, mais ce serait, si possible pour une cargaisons importante d'armes dans mon Duché de prédilections. Je vous payerais grassement bien entendu soyez certaines, je suis un démon d'honneur."

La marche du cheval devint un trot, puis un galops alors qu'il traversa ilots de falaise à ilots. Rapidement le tout fût dépasser avant de rentrer de nouveau dans un cadre neigeux violent, puis finalement... De hautes montagnes gelée dans lesquelles se trouvaient divers portes ou gorons en positions de gardes frigorifié mais pas encore glacé. Calmant vite fait son fidèle compagnon de route pour éviter que ce dernier ne se rejette avec fougue sur les pistes en galopant, et risquant de blesser les habitants de se village, Trascer se tourna et hua un guerrier de roche au loin.

"Gorons! Je recherche un gite ou un hôtel qui pourrait m'accueillir moi, Mademoiselle et mon destrier! J'ai suffisamment d'argent pour cela.
-Continuer tout droit, il y a normalement le refuge de repos des Gorons...
"

Il ne se passe que peu de temps après sa phrase pour que le Goron devienne un glaçon et soit directement transporté par ses confrères dans un autre, probablement pour le réchauffer et ainsi lui permettre de continuer à vivre une vie paisible dans un froid qui semblait éternelle, destructeur, mortel et surtout pas mal démoralisant. Jetant un coup d'oeil derrière lui, il remarqua que la jeune militaire était encore la, confortablement installé sur le poney faisant l'on ne savait quoi. Sourire en coin, le démon avança donc jusqu'à arrivé à une entrée.... Gelé. Soupirant, il pointa son épée, face à lui, puis via un rituel d'incantation propulsa une puissante boule de feu qui dégela l'entrée et les quelques mètres de glaces aux alentours.

"Au moins comme cela l'on pourra enfin se reposer, Mi lady."

Rentrant à l'intérieur, une puissante aura de chaleur envoutante recouvrit finalement le corps du démons. Enfin! Joie et bonheur que de quitter un aire vicié par le froid et les ténèbres pour rejoindre la chaleur de la lumière. Se propulsant sur le sol en ayant préalablement retiré ce qui maintenant ses pieds à son cheval de guerre, le possesseur de Painsaw se tourna alors vers Neir. Il hésita un moment pour l'aider à descendre, mais finalement il voulait voir la jeune fille en action pour descendre d'un cheval! Et puis, il n'y avait aucune honte de profiter de la vue qui s'offrait alors sur une si jolie borgne! Puis sait-on jamais, il risquerait un coup de poing pour trop de bonté chevaleresque si il voulait l'aidé. Bien qu'un oeil gonflé et rouge via des pupilles améthyste soit jolie, ce n'était pas spécialement agréable pour le porteur, soit ici Trascer. Il profita à moitié de la vue mais profita surtout pour arrangé le lieux, donner un coin à son destrier démoniaque, mais aussi pour ce qui pourrait servir de couche séparé aux deux seuls habitants non gorons du bâtiment caillouteux. Une fois Weiss sur le sol, et la préparation du coins de repos terminé, le démon se tourna alors vers sa camarade d'un soire.

"Ainsi, comme j'ai souligné durant notre traversé, j'aurais peut-êtres besoin de vos services. Voyez vous, j'ai donc un Duché que j'ai du abandonné dans la direction pour affaire urgentes ailleurs. Mais je crains hélas quelques soulèvements mais aussi divers problèmes qui pourrait être occasionné par des créatures quelques peu... dérangeantes. Je suis prêt à vous fournir dix milles pièces d'or pour ce contrat afin d'une grande livraisons pour mes troupes. Cela devrait je pense être amplement suffisant. Si vous souhaitez plus de pièces d'or, l'on pourra réorganiser le contrat dans un autre sens. Cela vous convient, Miss Weiss?"

Alors qu'il parlait, le Démon avait retiré son casque, qu'il avait posé sur le sac à objets de son cheval, ainsi que divers partie lourde et encombrante de son armure laissant alors des vêtements de nobles plus simples d'une couleur noire / grises. La cape toujours accroché à son cou bien entendu. Le seigneur de l'ancien Universel gardait néanmoins tout son regard sur la jeune marchande d'armes avec un sourire plutôt lambda, restant ainsi courtois et polis comme il avait l'habitude dans ce genre de protocole de marchandise, même si il savait très bien qu'en face de lui il avait une personne qui se fichait probablement de certains protocoles sociales. Mais une fois son petit discours terminé, le maitre d'arme s'installa tranquillement sur le paillasson qu'il avait fabriqué, rajoutant un drap de soie rendant le tout confortable.

"J'espère pouvoir faire affaire avec vous."
Pièces Pièces : 45889
Nombre de messages : 360
Age : 23
Localisation : Dans son tube de soin
Réplique/Citation : "Pardon?"
Date d'inscription : 26/05/2012

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Contenu sponsorisé a écrit :
「 悪魔を憐れむ歌 」 Sympathy For The Devil. | PV Trascer
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum