Acte X1Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Bienvenue

 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Ce qui nous tue nous rend plus fort [Pv Ghirahim & Hwoarang]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Flare a écrit :
avatar
Furie
Lun 19 Jan 2015 - 0:06
Rappel du premier message :

Hwoarang s'excusa, prétendant qu'il disait n'importe quoi quand il était crevé. J'eus tout de même du mal à le croire. On ne fait pas une telle déclaration rien qu'en étant un peu fatigué. Mais ça me fit quand même quelque chose de l'entendre dire ça. C'était une connerie, de tomber amoureux de moi ? Cela me refroidit un peu. Je lui tournai donc le dos alors qu'il me conseillait de me reposer et qu'il m'annonçait aller prendre l'air pendant ce temps-là. Je hochai la tête et il sortit. Je me laissai tomber sur le lit, prisonnière de mes pensées. Je ne voulais pas être trahie et blessée à nouveau. Je ne voulais pas que mes espoirs sont réduits en miettes à nouveau. Toutefois, si j'oubliais mes craintes, est-ce que j'avais envie d'être avec lui ? Je devais bien me l'avouer, sa déclaration m'avait fait tellement plaisir...

Je ne réussis même pas à dormir une heure complète. Si bien que je me levai et me mit en tête de retrouver le rouquin. Mon frère était à la porte de la chambre et me questionna sur ce qu'il s'était passé. Je lui répondis en débitant le mensonge que je m'étais encore disputée avec Hwoarang. Lorsque nous traversâmes le couloir, je remarquai un trou dans le mur. J'étais pratiquement sûre que ce n'était pas là quand nous étions arrivés. Était-ce lui qui avait fait ça ? S'il m'aimait réellement, il était peu probable que ma réaction lui ait convenu. Il devait être blessé.

Je commençai donc à le chercher en ville, criant son nom de temps à autre. Mais je le trouvai pas. Après tout, il m'avait dit être de retour dans une heure ou deux. Il s'était peut-être enfoncé dans la ville. Puis, je remarquai qu'Heat fixait un point précis. Il devait l'avoir vu quelque part ! Je suivis son regard, plissant les yeux. Ma surprise fut totale. Cheveux blancs, oreilles pointues. C'était Ghirahim. J'avais manqué ma chance à la fausse exécution de Maiden, mais j'en avais une autre désormais. Je ne pouvais pas la rater.

« Hé. T'es certaine que tu veux faire ça ? », me demanda mon frère, devinant mes intentions.

Je hochai la tête. Il mit sa main sur mon épaule, et je compris qu'il était avec moi. J'avais les dents et les poings serrés. Les traits déformés par la rage. Ce jour-là, il n'avait pas seulement tué une personne. Pas seulement moi. Mais ma mère aussi. Ma colère en était donc multipliée par deux. Je montai discrètement sur un toit, suivant ma cible. Quand je jugeai le moment opportun, je sautai et tombai sur lui, le frappant au visage et le plaquant au sol de toutes mes forces. Un cratère se forma sous nous et je le secouai jusqu'à ce qu'il ouvre les yeux et reprenne ses esprits.

« TU TE SOUVIENS DE MOI ? »


Spoiler:
 
Pièces Pièces : 4430
Nombre de messages : 1193
Age : 21
Localisation : Là où on a besoin de moi
Réplique/Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.
Date d'inscription : 24/09/2011
Liens : Petit ami : Hwoarang
Proches : Squall, Heat
Alliés : Link, Kirby Bros, Merwen, Faust
Ennemis : Axem, Ghirahim


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur




Message
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Flare a écrit :
Furie
Jeu 5 Mar 2015 - 1:09
Le jet manqua sa cible, se dirigeant plutôt vers le cou du monstre. Malgré tout, il réussit à le transpercer profondément. Je le constatai en voyant du sang s'en échapper et commencer à flotter dans l'eau. Eau qui, d'ailleurs, avait pris un teint noir à cause de l'encre. Même moi j'avais un peu de mal à y voir clair. Si bien que je ne vis le coup de Ghirahim venir qu'au dernier moment. C'était trop tard, je ne pouvais pas esquiver. Je ressentis une vive douleur à ma queue de poisson, puis mon corps se heurta contre un bâtiment où la lame se planta. D'ailleurs, d'où venait-elle ? Je baissai les yeux. Mon épée d'encre ! Je ne m'étais même pas rendue compte que je l'avais échappé et qu'il l'avait récupéré. Un mélange d'encre et de sang commença alors à se déverser de ma blessure.

Comme j'étais immobilisée, je ne pus pas empêcher mon ennemi de sortir hors de l'eau. Il se posa sur un château, ouvrant une faille dans la terre à l'aide d'un énorme laser. L'océan que j'avais créé disparut aussi vite qu'il était apparut. Je repris donc mon apparence normale et poussai un cri, la gravité étant maintenant de retour et m'attirant vers le bas. Alors que je tentai de retirer l'épée de ma cuisse, la bête parvint à récupérer son pendentif avec sa langue. Le rouquin se jeta aussitôt sur lui, enchaînant une série de coups de pieds, mais ratant son dernier. Quand sa jambe frappa l'hylien, elle cassa. Je l'entendis. Je vis Hwoarang tomber. L'instant d'après, sa chaire était pleine de cristaux et le sang coulait à flot.  Je paniquai, puis je réussis à me défaire de la lame.

Je fis une chute plutôt impressionnante avant d'embrasser le sol. L'un de mes bras se brisa. Quand je levai les yeux, Ghirahim était redevenu un simple elfe et balbutiait quelque chose que je n'entendis pas. Trop loin et trop étourdie, sans doute. Trop rongée par l'inquiétude, la peur. Il partit. J'avais échoué. Tout à coup, mon frère sembla venir de nulle part et m'aida à me lever. Je partis à la course et il me suivit.

« HWOARANG !! »

Les larmes s'étaient mises à couler. Je m'agenouilla à côté du blessé. Quel ne fut pas mon soulagement quand je réalisai qu'il était toujours vivant. Il avait les yeux ouverts et il respirait. Mais combien de temps cela allait-il durer ? Je voyais bien qu'il était dans un état critique. Je pris une grande respiration et je m'exclamai, tout en essuyant mon visage trempé :

« Tiens le coup. Je... je vais te soigner.
- Tu es sûre d'avoir assez d'énergie ?, répliqua mon frère.
-  Oui. Pas le choix. »

Tout d'abord, je demandai à Heat d'enlever tous les cristaux du corps de Hwoarang. Ensuite, micro en main, je chantai, l'autre main posée sur son torse. Étant la main de mon bras cassé, je souffrais beaucoup de cette position et je ne pouvais m'empêcher de me plaindre en gémissant. Une lumière blanche émana soudainement. Les plaies sur son torse se refermèrent. Mais lorsque je voulus passer à son visage, la lumière s'éteignit et je m'effondrai. Mon frère eut une exclamation, puis sembla réfléchir à toute vitesse.

« Je suis le moins blessé d'entre nous. Je vais chercher de l'aide. »

Il se mit sur pieds, non sans difficulté, et partit comme une flèche. Je soupirai et je me remis à pleurer en silence. Je ne craignais pas pour ma vie, je savais que j'allais m'en sortir. J'étais juste amochée. Hwoarang, lui, par contre, était plus qu'amoché. Et il n'avait pas dit un mot depuis tout à l'heure. Je tournai la tête vers lui et lui prit la main. Je la serrai fort, mais pas trop. Je ne voulais pas la lui éclater. Une pensée traversa mon esprit. « Je l'aime ».

« Crève pas s'il te plaît. »

Sur ces mots, je lui lâchai la main et je m'assis de nouveau. Je n'allais pas attendre et ne rien faire en attendant que des secours arrivent. Je repris mon micro, recommençai à chanter, ma main à quelques centimètres du visage du rouquin. Ça prit un peu plus de temps, cette fois. La lumière clignotait, mon corps laissant difficilement passer la magie.

« Ce que tu m'as dis tout à l'heure, c'était vraiment une connerie ? »

C'était sorti tout seul.
Nombre de messages : 1193
Date d'inscription : 24/09/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Hwoarang a écrit :
Koopatrouille
Sam 7 Mar 2015 - 12:40
Hwoarang connut cette poignée de seconde ou il savait qu'il était vulnérable, et que Ghirahim ne se génerait pas pour le tuer. Il ne pouvait rien faire, juste attendre cette peine de mort qui lui était infligé. La vengeance fut en effet terrible : une multitude de cristaux sortirent de nul part et transpercèrent Hwoarang qui se retrouva cloué au sol pour de bon. Il n'avait plus aucune force, et même en y mettant toute sa volonté, il n'arrivait pas à bouger le moindre membre. Allait-il mourir encore ? Aurait-il une autre chance de ressusciter cette fois-ci ou était-ce définitivement la fin pour lui ? Les questions qu'il se posaient disparurent peu a peu de sa tête alors qu'il perdait connaissance. Il luttait comme il pouvait pour rester vivant, mais la moindre inspiration était d'une telle souffrance pour lui. Tout commençait à devenir flou autour de lui, il ne vit par Ghirahim quitter la cité, non sans y infliger encore des dégâts. Alors qu'il commençait à sombrer, il distingua 2 silhouettes qui s'approchaient de lui.

Flare !..

Il n'arrivais plus a bien comprendre les sons autour de lui, mais il entendait qu'ils étaient plutôt paniqués par son état. Heat lui retira les cristaux de son corps, ce qui le fit souffrir terriblement, mais il ne put crier, la douleur resta alors enfoui en lui sans qu'il ne puisse l’extérioriser, ce qui était d'autant plus douloureux. Heat s'en alla chercher de l'aide, et Flare entreprit de le soigner. Curieusement, il commençait à se sentir mieux, et il avait de moins en moins mal. Il commençait même à reprendre connaissance. Il entendit alors que Flare utilisait sa magie sur lui pour le sauver, mais cela semblait l'affecter. Au bout d'un moment, elle n'avait plus assez d'énérgie pour soigner son visage. Elle s'arrêta un moment et lui prit la main. Il aurait voulu lui dire de le laisser comme il était, mais il n'arrivait pas à sortir emettre de sons. Au bout d'un moment, elle finit par lui lâcher la main et reprit son incantation. Il la voyait souffrir en essayant de le sauver, il ne voulait pas qu'elle se sacrifie pour lui, surtout pas ! Si il survivait en la tuant, cela n'en vaudrait pas la peine. Elle lui demanda alors si ce qu'il lui avait dit plus tôt était une connerie. Se sentant un peu mieux pour parler il reussit à emettre une phrase avec une voix deformée par le manque d'air.


Des conneries j'en dit beaucoup, mais ca c'était loin d'en être une...


Il remarqua alors que sa magie devenait de plus en plus faible. Il ne supporta pas plus longtemps de devoir survivre à ses dépends. Il rassembla le peu de force qu'il avait récupéré pour bouger son bras et lui attraper le poignet. Mais il n'avait pas assez de force pour exercer une pression suffisante pour la faire arrêter.

Arrêtes ca ! Ca va aller, j'ai connu pire !


Il avait tenté encore une fois d'utiliser son sens de l'humour pour détendre l'ambiance grave que son etat avait instauré. Mais bien evidemment, il avait du mal a rendre cette vanne assez convaicante pour ca.


Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Flare a écrit :
avatar
Furie
Mer 11 Mar 2015 - 0:43
Je n'étais pas certaine s'il allait me répondre. Peut-être n'avait-il pas assez de force pour cela, d'autant plus que la question que je lui posais était sans importance au vue de la situation que nous vivions. Pourtant, il finit par ouvrir la bouche et me donna une réponse. Je sentis mes joues chauffer. Alors c'était vrai ? J'avais peine à y croire. À notre première rencontre, on ne pouvait pas se voir en peinture, et voilà qu'on était tombés amoureux l'un de l'autre. Moi qui croyait que mon type était du genre courageux chevalier, voilà que je craquais pour un motard ! C'était bien ainsi, tout compte fait. Roy m'était apparu comme un prince avant de me jeter. Hwoarang était si différent de lui. Et ça me plaisait ! Je me laissais aller à ces pensées alors que je continuais d'administrer des soins au rouquin. Quand, tout à coup, il m'attrapa le poignet.

Je sursautai un peu. Il me pria d'arrêter, prétendant qu'il avait connu pire. Ce qui fit naître un demi-sourire au coin de mes lèvres. Puis, j'empoignai sa main doucement et la reposai par terre.

« Arrête ça toi-même. Ne t'inquiète pas pour moi ! Je suis juste affaiblie », dis-je en faisant de nouveau appel à ma magie, tremblante.

Je passai à son bras droit et ensuite à celui de gauche. Les plaies ne se refermaient pas totalement, mais au moins son sang ne s'écoulait plus, ou presque. Finalement, ce fut le tour de ses jambes. Je n'avais presque plus de magie et je commençais à voir flou, si bien que ça m'étourdissait. Mon chant se faisait de plus en plus faible. Je finis par m'effondrer encore. Tout mon corps me causait souffrance ! Heureusement que je n'avais pas perdu beaucoup de sang. Mon protection d'encre n'avait été brisé qu'à mes épaules et à ma cuisse, car les blessures à ces endroits étaient assez profondes.

« On n'a plus qu'à attendre les secours. Est-ce que... est-ce que ça va ? », lui demandai-je en regardant le sang éparpillé autour de lui.
Pièces Pièces : 4430
Nombre de messages : 1193
Age : 21
Localisation : Là où on a besoin de moi
Réplique/Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.
Date d'inscription : 24/09/2011
Liens : Petit ami : Hwoarang
Proches : Squall, Heat
Alliés : Link, Kirby Bros, Merwen, Faust
Ennemis : Axem, Ghirahim


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Hwoarang a écrit :
avatar
Koopatrouille
Jeu 12 Mar 2015 - 19:24
Flare se montrait plus insistante que lui, mais en même temps, il n'avait pas la force de l'en empêcher. Toutefois, elle semblait savoir ce qu'elle faisait. Il remarqua par ailleurs que la réponse à sa question semblait la réjouir. Ca voulait dire quoi ? Il l'avait envoyé balader tout a l'heure et maintenant elle était contente de ce qu'il éprouvait pour elle ? Avait il au moins la même personne en face de lui ? Bien sur que oui, mais décidemment, il ne la comprenait définitivement pas !

Il retrouva peu a peu l'usage de ses membres, il pu même tourner la tête de gauche a droite pour voir la marre de sang qui l'entourait.



Dingue ! C'est à moi tous ca ? Ca fait beaucoup !


Encore une fois il avait tenté ce trait d'humour pour la rassurer, étant donné que c'était son caractére habituel, elle se rendrait compte qu'il allait vraiment bien, et elle s"inquiéterait moins. Mais bon, faire une blague sur une énorme quantité de sang perdu n'était peut être pas la meilleure idée pour ca. Il continuait a retrouver ses forces et essaya de s'asseoir. Cela lui demanda un effort assez dur mais il finit par y parvenir. Il avait failli frôler la catastrophe, mais la magie de Flare l'avait sauvé juste à temps, et elle semblait aller bien, même si l'utilisation de ses pouvoirs l'avaient fait s'effondrer encore une fois. Elle lui dit ensuite que les secours ne tarderaient pas a arriver, et lui demandait comment il allait maintenant.

Ca va , je vais mieux merci. Qu'ils prennent leurs temps !


Il lui était tellement reconnaissant de lui avoir sauvé la vie, il ne se sentait pas vraiment l'envie de mourir une deuxiéme fois. Il la regarda un moment, puis décida d'ignorer sa douleur et l'embrassa.



Pièces Pièces : 11041
Nombre de messages : 338
Age : 24
Localisation : Pas la !
Date d'inscription : 17/01/2013
Liens : Petite amie : Flare
Amis : Linkfan, , Luciole, Capricorn, Angelique
Ennemis : Trascer, Baltagnar, Dollmaster


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


[center]
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Flare a écrit :
avatar
Furie
Ven 20 Mar 2015 - 0:25
Hwoarang venait-il de faire une blague sur tout le sang qu'il avait perdu ou avais-je halluciné ? Non, c'était vraiment arrivé. Décidément, il ne cessait de m'étonner ! Être capable de plaisanter dans un tel état... c'était un art. Je souris presque. Et j'insiste sur le mot presque. Parce que je me faisais un sang d'encre pour lui, sans jeu de mots. Même s'il semblait aller mieux grâce à ma magie de guérison. Je ne savais pas trop quoi penser. L'avais-je sauvé ? Ou était-il encore en danger ? Je mordis ma lèvre inférieure, inquiète, me disant que je devrais songer à étudier la médecine. Mes yeux s'agrandirent en voyant que mon coéquipier tentait de s'asseoir. Il y arriva, mais je ne pensais pas que c'était une bonne idée. Je n'eus pas le temps de répliquer puisqu'il répondit à ma question, déclarant qu'il allait bien et que les secours pouvaient prendre leur temps.

Comment pouvait-il dire une chose pareille alors que j'étais morte de peur ? Bon. Il avait vraiment l'air d'avoir été remis sur pieds. Je soufflai un peu, me calmant. Ce faisant, je fermai les yeux, et quand je les rouvris, Hwoarang était très près de mon visage. Je me sentis rougir alors qu'il posait ses lèvres sur les miennes. Mon cœur battait la chamade. Oui, c'est totalement quétaine, mais bon voilà ! Lorsqu'on se sépara, je le fixai, étonnée. D'accord, j'étais parfaitement au courant qu'il était amoureux de moi, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il m'embrasse comme ça, d'un coup. Je m'assis à mon tour avec un grand sourire.

« Tu aurais au moins pu attendre que je me déclare ! »

Je m'approchai de lui, passant mes bras autour de son cou, le serrant contre moi, et l'embrassai encore. Je laissai durer le baiser pendant une dizaine de secondes. Puis, j'éloignai mon visage du sien et m'exclamai :

« Je suis désolée pour tout à l'heure... mais je viens à peine de réaliser que je t'aime. »



[Hrp Kirby Bros : C'est chou :>
Flare : Merci xD ?]
Pièces Pièces : 4430
Nombre de messages : 1193
Age : 21
Localisation : Là où on a besoin de moi
Réplique/Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.
Date d'inscription : 24/09/2011
Liens : Petit ami : Hwoarang
Proches : Squall, Heat
Alliés : Link, Kirby Bros, Merwen, Faust
Ennemis : Axem, Ghirahim


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Hwoarang a écrit :
avatar
Koopatrouille
Mar 24 Mar 2015 - 19:44
Flare fut surprise par le fait que Hwoarang l'ait embrassé, mais au moins elle n'avait pas l'air de l'avoir mal pris. Elle lui reprocha tout de même son impertinence, et lui dit qu'il aurait pu au moins attendre qu'elle se déclare. Il sourit d'un air amusé et répondit

Je sais pas si t'as remarqué, mais réfléchir avant d'agir ca m'arrive trés rarement !


Aprés quoi ce fut elle qui l'embrassa. Il oublia tous ce qu'il venait de se passer pendant un instant, il ne pensait même plus aux débris qui les entourait, ni aux douleurs qui lui restaient, il n'y avait plus que lui et elle. Lui qui croyait il y a encore moins d'une heure qu'il avait grillé toutes ses chances avec elle, il se sentit heureux comme il l'avait rarement été. Il avait eu raison de persister finalement, au moins pour une fois sa patience aura porté ses fruits. Elle lui annonça ensuite qu'elle était désolé pour tout à l'heure, et qu'elle ne réalisait que maintenant qu'elle l'aimait aussi. Il chercha quelque chose de drôle à répondre, mais pour une fois il laissa son humour de côté et se contenta de lui dire:

Je sais. Je t 'aime aussi


Il l'embrassa encore une fois, puis la prit dans ses bras. Il oublia tout, et ne fit même plus attention à ce qui se passait autour de lui. Il ne remarqua même pas les secours qui s'approchaient d'eux.
Pièces Pièces : 11041
Nombre de messages : 338
Age : 24
Localisation : Pas la !
Date d'inscription : 17/01/2013
Liens : Petite amie : Flare
Amis : Linkfan, , Luciole, Capricorn, Angelique
Ennemis : Trascer, Baltagnar, Dollmaster


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


[center]
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Flare a écrit :
avatar
Furie
Ven 3 Avr 2015 - 2:28
À ma remarque, Hwoarang sourit et déclara que, il ne savait si je l'avais remarqué, mais ça lui arrivait très rarement de réfléchir avant d'agir. Je laissai un petit rire s'échapper de mes lèvres. Il faudrait être aveugle pour ne pas l'avoir constaté ! Puis, après que je l'ai embrassé et que je me sois confessée à lui, il sembla réfléchir à sa réponse pendant quelques secondes. Finalement, il se contenta qu'il le savait et qu'il m'aimait aussi. Il le savait..? Parlait-il du « je suis désolée » ou du fait que j'étais amoureuse de lui ? Je n'eus pas le temps de le questionner à ce sujet puisqu'il me prit aussitôt dans ses bras pour m'embrasser encore. Bon bah, tant pis ! On s'embrassa un moment, jusqu'à ce que j'entende des bruits de pas et la voix de mon frère.

Je me retournai alors qu'Heat se rapprochait, accompagné d'un homme et d'une femme. En arrivant près de nous, il nous dévisagea tour à tour, nous signifiant clairement qu'il nous avait vu.

« Voilà, c'est eux. Ils sont pas mal amochés. Quoi qu'ils ont l'air d'aller mieux, tout d'un coup » déclara-t-il avec un demi-sourire.

Hwoarang et moi nous levâmes, suivant les deux personnes qui avaient accepté de nous venir en aide. Nous nous installâmes dans une petite maison, la leur apparemment puisqu'il y avait des photos d'eux sur les murs. La femme examina mes épaules en grimaçant. Elle désinfecta les plaies, ce qui me fit hurler de douleur, puis passa à ma blessure à la cuisse après les avoir bandés. Elle répéta les mêmes actions avec une grande douceur. L'homme, lui, était sur le cas de Hwoarang. Quant à mon frère, il s'occupa de lui par lui-même, car moins blessé que nous l'étions. Finalement, quand nous fûmes tous remis sur pieds, ils nous offrirent de la nourriture.

Pendant que je mangeais, la femme me posa de multiples questions sur ce qui s'était produit. Notamment sur l'inondation. Elle fut surprise et un peu consternée d'apprendre que c'était moi qui l'avait déclenché. Je lui expliquai que c'était la meilleure solution que j'avais trouvé pour ralentir le monstre et prendre l'avantage. Elle hocha la tête, moyennement convaincue. Je devais avouer que sur le coup, je n'avais pas pensé au conséquence de mes gestes... J'avais causé beaucoup de dégâts à la cité.

D'ailleurs, des gardes finirent par débarquer. Ils m'accusèrent, avec raison, de l'état de la ville. Ils me demandèrent si j'avais de quoi payer les réparations.

« Malheureusement, je ne suis pas souvent payée pour ce que je fais. Vous savez, sauver des gens, toussa. »

Ils froncèrent les sourcils, me saisirent par les bras et s'exclamèrent qu'ils devaient m'arrêter. Je leur expliquai que je connaissais le roi et que j'aimerais m'expliquer avec lui, mais ils ne m'écoutèrent pas. Je me défis donc de leur poigne et ouvrit une faille avec mon pinceau. Tout en remerciant le couple pour leur gentillesse, je dis à Heat et à Hwoarang de me suivre dans le portail. Ce dernier nous téléporta dans le château d'Hyrule. Une fois de l'autre côté, je pris une feuille et j'écrivis la note suivante :


Je m'excuse pour tous les dégâts causés à votre cité à cause de mon affrontement. Je vous rembourserai quand je serai une chanteuse riche et célèbre.
Amicalement, Flare.


Ensuite, je la lançai à travers le portail pour que les gardes la reçoivent. J'ignorais s'il allait vraiment la transmettre au roi, mais bon. Je regardai les garçons avec une mine dépitée.

« J'y ai été trop fort. Merde. J'espère que Sa Majesté ne m'en voudra pas trop.
- Euh... t'aurais peut-être pas dû mettre un sarcasme aussi flagrant dans ton message, répondit Heat, qui avait observé ce que j'écrivais par-dessus mon épaule. Sinon... j'avais raison hein ? Il t'a vraiment fait une déclaration ! Hahah, vous faites bien la paire : deux idiots.
- Dire que quand j'étais petite je rêvais d'avoir un grand frère ou une grande soeur, dis-je en soupirant. Bon. Quoi qu'il en soit, je n'abandonnerais pas si facilement. Empruntons le même portail que Ghirahim et retrouvons-le. »

Je pivotai vers le portail, qui était toujours ouvert. Et je me précipitai à l'intérieur.
Pièces Pièces : 4430
Nombre de messages : 1193
Age : 21
Localisation : Là où on a besoin de moi
Réplique/Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.
Date d'inscription : 24/09/2011
Liens : Petit ami : Hwoarang
Proches : Squall, Heat
Alliés : Link, Kirby Bros, Merwen, Faust
Ennemis : Axem, Ghirahim


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Contenu sponsorisé a écrit :
Ce qui nous tue nous rend plus fort [Pv Ghirahim & Hwoarang]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum