Acte X1Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Bienvenue

 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Je déteste les méchants [pv Trascer]
Invité a écrit :
Lun 1 Sep 2014 - 17:57
Je n'étais plus certaine de mes projets. Devais-je continuer de jouer à l'observatrice objective et neutre dans mon coin ? J'eus pourtant maintes fois l'occasion de goûter à leurs vices, de les regarder meurtrir autrui, d'appréhender le mal-être qu'ils répandaient, de m'habituer à leur malveillance. Cette dernière partie était la plus effrayante pour moi, les bains de sang, les cadavres mutilés, la colère et la tristesse que je lisais à chaque ligne, tout cela était devenu un quotidien dans ma lecture. Je posais ma main sur mon cœur, je le sentais battre intrépidement, serré douloureusement au milieu de cette peur qui me tourmentait depuis quelques jours. Ce monde... Non, ses habitants se poursuivaient les uns après les autres, cherchant ce qu'ils appelaient « justice » alors qu'ils ne faisaient qu'obéir à ce qu'ils n'osaient pas révéler : la « vengeance ». Après cette réflexion, je me demandais s'il s'agissait réellement d'un cycle et non pas d'un phénomène provoqué par la honte que l'on ressentait face à la réalité. En d'autres terme, et si c'était dans notre nature, de combattre tous ceux qui s'opposaient à nos ambitions ? Cela ne me surprendrait pas qu'un groupe de d'êtres supérieurs et égoïstes soient responsable de ce désastre. N'est-ce pas, Mudora ?

Sans alléger mes craintes, mon livre restait muet depuis l'évènement publique. Qu'avais-je perdu de si précieux dans ce lieu désolé pour ne plus mériter de lire ses histoires ? Ou pire, qu'avais-je obtenu à ce moment pour qu'il me tourne le dos ? Suis-je vraiment différente de la demoiselle que j'étais ? Je méditais sur mes paroles quelques secondes, le temps que je me rendais compte de ce que je racontais. Étais-je sincèrement consciente de ce qui traversait mon esprit ? J'avais changé, c'était indiscutable en tous point, et c'était de sa faute. Seulement et uniquement de sa faute. J'avais refusé de vivre plus longtemps, c'était pour ça que j'avais rejoint l'ombre d'une antique bibliothèque. M'y cacher était ma préoccupation principale, y vivre était ensuite devenue mon objectif, puis observer le monde, ma raison d'être. À présent... Je n'étais plus très sûre... J'avais juste envie de rentrer et de ne rien faire... Mais en même temps, était-ce raisonnable ? Pourquoi devais-je me poser toutes ces questions maintenant ? Il fallait que je me change les idées, les récents évènements m'avaient apparemment beaucoup bouleversé.

Mais pour aller où ? J'avais déjà vu ce monde, cependant il me reste étranger. Je connaissais cette image, pourtant il ne m'est pas familier. Il était vrai que je n'étais pas née dans cet univers. Mon pays, le château dans lequel j'étais enfermée, ma famille qui m'avait abandonné, les nobles qui profitaient de mon don, cette vie, bien que misérable, faisait partie de mon être. La rejeter serait idiot, mais la chérir me rendrait dépressive. J'avais vécu pitoyablement avant de connaître Nintendo World, j'avais pleins d'amis et d'ennemis que je ne savais pas reconnaître dans la masse. Désormais, tout le monde me paraissait non pas terne, mais noir. Ils avaient beau sourire, je connaissais leur sombre passé et les ténèbres qu'ils dissimulaient derrière un soit-disant grand cœur. Les pages restaient vierges tandis que je restais là, assise à attendre que le temps s'écoule.
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Lun 1 Sep 2014 - 20:54
Il est parfois difficile de ce dire réellement quand les choses tournent mal, et quand d'autres ne sont pas spécialement les mieux... à assister. Surtout lorsque l'on est hélas supposé être celui qui détruira le monde et le reconstruira pour en faire un avenir, un futur meilleur. Mais lorsque les machinations sont en plan, lorsque les invitations ont été remercier par la présence, lorsque les affrontements ont été terminé et enfin lorsque personne d'autre n'a plus la force ou le pouvoir de vous retenir il est toujours si simple de s'abandonner à tant d'activité qui peuvent alors mener à la simple détente. Mais par dessus tout, il y avait une chose qu'appréciait le plus possible l'Indivisible, le simple fait de se poser dans un endroit merveilleux, tranquille qui arbore alors un paysage sensationnel. C'est en ayant laisser toute activités sur le carreaux, alors que la fin était proche, que le dénouement final allait sans aucun bientôt s'organiser, que le Détenteur du Chaos Universel avait tout simplement décider de se reposer dans la région des Plaines de Shinshu. De temps d'endroits, rare sont ceux qui avaient alors reçu autant de compliment d'un point de vue de la simple beauté de l'environnement, et c'est pour cela qu'il devait y aller. Une simple après-midi, une simple soirée ou matinée en fonction de la position de l'astre solaire suffirait alors au repos du guerrier qui était las de tout ce qu'il se passait dans les quatre coins. Les nouvelles de ces généraux étaient souvent mauvaise, et il n'avait plus eu d'informations des autres, ceux à qui il avait donner le pouvoir... Et le reste. Et bien entendu, il avait dût laisser Yuko, cette dernière ayant souhaiter rester pour faire divers occupations et qui avait dans un sens amplement réussis à se défaire du Grand Destructeur.

Mais le moment n'était pas à réfléchir aux machinations, tout du moins, pas sur le moment. Un puissant portail du Chaos s'ouvrit pour laisser place au démon mille fois millénaire, Trascer. Ce dernier n'avait pas décider de s'habiller de manière militaire pour une légère période de détente et avait donc opter pour des vêtements presque civique. Une chemise mauve pour aller avec les yeux, comme à l'accoutumer, un pantalon bouffant de la même couleur et des chausses noirs argenté. A la ceinture l'indémodable Painsaw, arme phare et emblématique du Seigneur de Guerre qui avait crée la deuxième serrure de son cœur pour avoir l'occasion de posséder une tel œuvre d'art, et une telle œuvre de destruction. Alors qu'il sortit de la machination Chaotique sur un lieux qu'il pensait être désert, il vit, non loin de la une présence. Bien, ces pouvoirs de détections à longue, voir même très longue porté faisaient légèrement défaut à moment et ce n'était pas un réel défaut. Le guerrier se demanda un instant si il devait ou non changer d'endroit pour quelque chose de plus calme. Mais après tout... Si cette personne était la, elle aussi, et si elle avait échappé un tant soi peu à la détection, cela aurait été idiot de ne pas au moins en apprendre plus sur cette personne. De toute façon, dans un moment où l'univers est sur le point de connaitre la plus puissante et terrible des modifications, il n'existe aucune personne qui ne mérite pas que l'on s'intéresse à elle, car tous sont important dans la création de monde. Car si lui, Stip, Squall, Gozen, Yuko et tant d'autre personne était devenu des Héros au sens renommé, il en existait des milliers d'autres qui soit était inconnu de l'histoire, soit inconnu à la pensé de l'Indivisible. Et chaque personne méritait aussi d'être dans l'histoire, ou tout du moins, d'y assister.

C'était donc décidé, le démon s'approcha donc de la personne. N'ayant pas pût réellement savoir qui était cette personne, il réfléchit que le meilleur moyen de porter un vrai regard sur l'inconnue serait au moment où Trascer serait le plus proche. Ainsi, lorsque le Némésis de la mort fût seulement qu'à deux pas de la jeune demoiselle, il porta son œil mauve inquisitoriale sur cette personne qui était alors inconnue. Cette personne n'avait en effet à première vue qu'un aire innocent de la jeunesse des humains mais pourtant... Il était difficile de réellement savoir ce qui l'entourait, ce qu'elle était au vue de ce qui pouvait transparaitre du Warp. Elle était châtain avec une coupe de cheveux mi-long pour une fille qui allait jusqu'au niveau des épaules. Un visage enfantin mais qui pourtant au vue de ce à quoi elle pensait et de son vécu donnait une impression de sagesse et de grandeur. Quittant ces épaules alors que ces cheveux y finissaient, une large cape verte s'écoulant sur le dos et recouvrant en grande parti ce dernier ainsi qu'une partie des côtés de la jeune personne. Accompagnant la cape, une robe aussi noir que la tristesse et la déprime émotionnel qui se reflète dans le Warp habillant alors la frêle silhouette de la jeune fille. Ornant de ça, et la les bras, la tête ou d'autre partie du corps divers artefacts, bijoux ou autre décorations magnifique sculpté dans divers matériaux dont un qui pouvait facilement se remarquer : L'or, tout simplement. Mais le plus important de tout, ce qui dégageait une légère... Et si infime présence, le livre qui était maintenant par la jeune demoiselle intrigante.

Toussotant, si jamais sa présence n'avait pas été remarqué, le démon essaya de faire le plus beau sourire possible à la gente demoiselle, tout en faisant la plus belle révérence possible comme l'exigeait les règles de politesse chez les Seigneurs Démons. Une fois cela fait, il s'avança quelque peu, assez proche de l'inconnue tout en laissant une marge de distance pour ne pas inquiéter ou ne pas donner une intention de danger, menace ou qu'importe. L'Indivisible préféra s'assoir sur l'herbe, contemplant un moment ce dernier et les alentours. Un lieux réellement magnifique, si ce n'était magique. De toute part d'où la vision était possible on pouvait y voir plaines, collines, parterre de fleurs et d'immenses cerisier recouvrant tout dans une harmonie et une atmosphère magnifique. Divers insectes, ou quelques animaux qui se dessinaient dans les arbres, les cieux, les aires ou sur la terre, voir même pouvait modifier le sol de ci de la. On aurait presque pût croire que la présence de la jeune fille avait été totalement oublier par le démon vue les quelques minutes qu'il mit sans rien dire. Mais la encore, il se tourna une nouvelle fois vers la jeune fille, son plus beau sourire dessinant son visage alors que les quelques voix des Dieux continuaient leur fanfaronnade dans la tête du Démon. D'une voix douce sortit tout simplement :


"Je me suis pas présenté, et veuillez m'excuser. Je me nomme Trascer, Seigneur du Chaos Universel et ancien Premier des Généraux de l'Empire démoniaque, à votre service, demoiselle. Puis-je savoir à qui ais-je l'honneur qui a ainsi eu l'idée de profiter d'un endroit aussi magnifique?"

Et, sur la fin de ces paroles il fit un signe de main et de tête typique et chevaleresque.
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Lun 1 Sep 2014 - 21:57
Que pouvais-je dire, ou même faire ? J'étais en présence d'un antagoniste dont l'aura m'oppressait au plus haut point. Je ne le connaissais que de nom, démon dont j'ignorais l'histoire mais qui, je le sentais, ne tardera pas à changer la mienne sous peu. Qu'allait-il faire ? Qu'était-il capable de me faire ? La terreur écrasait mes cordes vocales et ligotait solidement mon corps de toutes parts. J'étais tétanisée. Trascer, un personnage impressionnant mais vis à vis duquel je ne pouvais m'empêcher de craindre de tout mon être. J'avais eu ce que je voulais auprès de Maiden, mais ce n'était pas pour ensuite faire la rencontre d'une entité rivalisant avec Gozen. Je ne voulais pas mourir bien que ma vie n'était pas enviable, j'aurais pu vivre bien mieux si le cœur y était, cependant j'avais peur du monde qui m'entourait, me résignant à m'éclipser dans la bibliothèque qui me servait de foyer afin de mener à bien des projets sans valeurs ni avenirs. Cette vie me suffisait ? C'était peu, c'était négligeable, pourtant c'était mon quotidien, je m'y étais accoutumée sans vraiment y réfléchir plus sereinement. Je ne voulais pas mourir, pas parce que je désirais m'accrocher à cette vie, ni à cause d'une quelconque ambition qui me servait de cause, mais parce que j'avais peur de mourir.

Je le voyais, je l'observais marcher dans ma direction, je n'avais pas besoin de mon livre ouvert pour lire ses intentions, il comptait m'approcher dès qu'il sera à portée. Devrais-je fuir ? Devrais-je l'ignorer ? Quoique fus ma réponse, mes jambes refusaient de se mouvoir. J'étais clouée au sol, attendant statufiée que le sort s'abatte sur moi. Il fallait que je cours, que j'échappe à cette situation qui signait indubitablement ma fin. Non, impossible de partir, même si je le voulais il était capable de me rattraper sans problème. J'étais donc fichue ? Bonne à rien que j'étais, je commençais à lister les personnes auxquels je manquerai après ce moment fatidique, et à ma grande déception elle était légère, voire vide. C'était à ce moment que je me rendis compte que je n'avais aucun ami vers lequel me tourner. Mon isolation m'a coûté toutes les relations que j'avais partagé avec tout le monde. Cependant, pouvais-je réellement parler de « relation » ? Je les connaissais à peine, c'était réciproque, et nous faisions que sourire quand nous nous croisions du regard. Nous n'étions que des camarades, le genre de camarades avec lequel on partage un verre, qu'on pleure une journée, puis qu'on oublie rapidement, le remplaçant du jour au lendemain par des nouveaux venus. Je n'avais même pas de dernière volonté à exaucer quand viendra le moment.

J'aurais dû pleurer, mais rien ne vint, l'épouvante étouffait mes poumons tant que je respirais faiblement. Je n'arrivais même pas à pleurer, peut-être que ma conscience m'en empêchait, me faisant jouer le rôle d'un personnage taciturne qu'on préférait en général éviter. J'implorais la pitié du premier dieu qui m'entendrait, priant pour mon sauvetage et, si je pouvais me le permettre, dans le pire des cas, pour le repos de ma pauvre âme. C'était assez sarcastique sur le coup, moi, pitoyable être vivant, je cherchais une récompense en échange du rôle de martyr. Avais-je accepter de mourir finalement, ou bien mon objectivité m'avait fait me préparer au funèbre scénario ? L'attente devenait insoutenable pour ma frêle personnalité, mes yeux fixait lugubrement le sol, patientant sans un bruit ni une émotion l'heure.

Que disait-il ? Se présentait-il ? Pourquoi faire, s'il comptait m'éliminer, qu'il le fasse tout de suite et maintenant ! Je ne voulais pas finir en jouet pour un autre méchant de l'histoire ! Je ne voulais plus vivre enfermée dans une chambre à attendre qu'on vienne me chercher pour exécuter des tâches impardonnables envers ceux que j'appréciais même si je savais qu'ils ne me connaissent pas, ou peut-être même qu'ils ne m'appréciaient pas au fond. Que valais-je à leurs yeux ? Que leur procurait ma présence à leurs côtés ? Qu'étais-je sinon une simple lectrice qui restait derrière son livre pendant que héros et méchants s'affrontaient ? À quoi bon insister de toutes manières ? Une légère fraîcheur envahit mon cœur. Je me sentais abandonné l'idée de me débattre. Il n'avait qu'à m'emporter, je n'avais plus rien à faire dans un univers aussi cruel que stupide. C'est alors que je l'entendit me demander de me présenter, souhaitant découvrir la source de mon idée de profiter d'un endroit aussi magnifique. Que pouvais-je répondre ? Aucun son ne sortait sinon péniblement de ma gorge, cette dernière étranglée de frayeur.

-J... J...

Non, peu importe comment, je n'y parvenais pas. Je restais plantée là, imitant une muette qui cherchait à s'user la voix. J'avais peur, je n'avais pas envie de mourir, mais en même temps je m'en fichais éperdument. Ma vie comme ma mort n'a jamais rien changé au cours des choses, si jamais je disparaissais, autant que... Je ne savais plus quoi penser... Je ne savais plus quoi penser de cette rencontre. Mes yeux fixaient toujours le sol, imperturbables mais tremblants. Que me voulait-il ? Qu'allait-il me faire ? Cette boule dans mon ventre allait finir par me tuer si je ne me calmais pas dans les trente prochaines secondes, mais comment rester calme à côté de quelqu'un que je voyais comme un monstre sanguinaire ? Impossible, n'est-ce pas ?
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mar 2 Sep 2014 - 2:09
Humpf, la jeune fille semblait réellement terrorisé par le Grand Destructeur, à tel point que cette dernière, et ça se voyait, avait ce que l'on pouvait simplement nommer la tremblote. Ainsi, c'est comme ça que l'on voyait le démon, même dans des habits aussi simples? Peut-être que cette jeune fille n'avait tout simplement jamais vue quelqu'un de l'apparence du Démon? Ou bien que Painsaw l'effrayait réellement? Il faut dire en effet qu'une tel arme, épée tronçonneuse il faut le rappeler, dégageait une puissante énergie chaotique ce qui pouvait aprioris rendre dans un état quelque peu proche de la terreur n'importe qui. Et si ce n'était pas ça? Quelque chose de plus profond? La jeune fille était peut-être une connaissance que Trascer ne connaissait tout simplement pas à l'époque où il brulait les villages pour en faire des conquêtes durant la Grande Révolte? Impossible, personne autre que Lui, Stip et de rares élus pouvaient vivre aussi vieux, ou vivre encore tout simplement vu les ravages qui ont été commis. Bien, quoi d'autre pouvait être à l'origine de tels soucis? Des pancartes l'indiquant comme un monstre par les héros? Il ressemblait à une légende locale ou une légende terrifiante pour la jeune fille? Ou bien il ressemblait à un ancien monstre du passé de la demoiselle? Tant de question qui paraissait sans réponse alors que la charmante demoiselle au cheveux châtain avait quelque peu essayer de répondre sans même avoir réellement pût terminer sa phrase, voir même tout simplement son mots. Malgré tout, elle semblait réellement mal en point, pas niveau blessure ou dégâts physique mais réellement sur le plan mental à un tel niveau que l'on pensait presque qu'elle allait s'évanouir.

Quelque peu perturber par cela, le démon fit une action afin d'essayer de.... "Calmer" l'atmosphère et surtout essayer de ne pas perturber encore plus la jeune fille. D'une main sans force il retira son arme de sa ceinture, sans la dégainer, toujours dans le fourreau spéciale et adapter à l'arme légendaire avant de la jeter un peu plus loin, le plus éloigné possible de la demoiselle bien entendu. Après son action, le Démon décida de ramener ces genoux au niveau de son menton, tout en l'entourant avec ces bras. Toussotant quelque peu il commença à parler à la fille au livre.


"Je ne vous veux aucunement de mal, ne vous en faites pas. Je ne suis pas le monstre que vous pensait surement voir devant vous, ou que vous avez peut-être déjà connu. Si je vous ais déjà fais du mal, à vous, à vos amis que ce soit actuellement, dans le passé ou même dans une vie antérieur à tel point que vous vous souvenez encore de mois en ce jour sachez que je m'en excuse réellement, et si je le pouvais je ferais tout pour réparer ce que je vous ai commis, avec loyauté et bravoure. Prenez cela comme une dette qu'un Démon vous fait, enfin, si vous pensez que nous avons une valeur, ce qui est le cas. Tout du moins, ce qui était le cas... Soupir ... Et si jamais je ne rentre pas dans cette catégorie là et que c'est seulement mon apparence qui vous fais peur alors... Et bien ma foi, souhaiterez vous écouter mon histoire? L'histoire une âme torturé, l'histoire d'un démon qui a autant détruit que crée, l'histoire d'une personne qui souhaites mieux?"

Dans un sens, et même sans l'accord de la demoiselle, Trascer souhaitais réellement parler de son histoire, bien qu'il l'avait déjà répété quelques fois, que ce soit par exemple à Yuko dans une certaine mesure ou bien à une autre connaissance, il n'arrivait pas à s'empêcher de parler de son passé. Pour qu'on le regarde avec plus de pitié? Que l'on rejoigne plus facilement son camps? Aucun des deux. Il voulait transposer l'histoire comme ça c'était passer sur lui. A un tel niveau qu'il ne mentait jamais de ce qui c'était réellement dérouler. Après, détaillait-il tout ce qu'il se passait? Impossible, on ne pouvait se souvenir d'un milliard d'année de connaissance qu'a accumulé la vie et nous sommes ainsi obliger de la résumé en bribes divers qui retenait le plus important. La lourde tâche qu'avait Trascer, malgré le faite qu'il avait tout donner à Executor comme information. Bien souvent ce son les vainqueurs qui écrivent l'histoire, et jamais, ô grand jamais le Démon n'a réussit à récrire ceux qui l'avait lancer dans la boue tête la première avec dédain, acharnement et haine. Et pourtant ils étaient si nombreux... Stip, Spike, Link, et tant d'autre héros qui s'étaient si souvent liguer contre lui pour quoi? Anéantir un Seigneur du mal ce qui était logique. Mais la? Ils étaient tous allier pour... Empêcher la reconstruction de l'Univers en quelque chose de mieux.

"Comme je vous l'ai dis, je me prénomme Trascer, Seigneur de la famille Cimeterienne, fils d'un puissant noble et d'une duchesse qui se nommèrent respectivement Doresius et Eldiana. J'ai été élevé en tant que premier de la famille pour devenir le nouveau leader et cela dans le plus parfais des états d'esprits : Celui du Chef absolu. Je me suis entrainé dur pour devenir le plus fort à tel point qu'en prenant enfin position sur mon trône je fus rapidement découvert et enrôler dans l'armée démoniaque de Stip, notre Empereur à tous, à l'époque. J'ai rapidement grimpé les échelons au point de devenir le Premier des Généraux de l'armée. Un grand honneur et un grand privilège que je n'ai jamais regretter. J'ai pût ainsi perfectionner ma compétence à l'arme, un peu à la magie avec Stip, au point qu'au fur et à mesure des décennies nous étions devenu réellement des amis, peut-être même des frères? J'étais son épée, et lui la main qui me guidait avec force pour que je puisse décapiter la tête à ces ennemis avec fierté et bravoure. Puis vint la terrible trahison..."

Le démon se coupa un instant, soupirant dans un léger moment de tristesse à ce terrible souvenir.

"J'ai été... trainé, injurié et rétrograde en tant que moins que rien pour une trahison et divers choses que je n'avais jamais faites! Un coup de Stip sans aucun doute pensant que je le surpasserais un jour, et je n'avais jamais crue cela capable de sa part, briser une amitié comme cela en un claquement de doigts... Mais malgré tout, j'ai été enrôler pour devenir le leader de la révolution et j'ai accepté. J'ai tué, pillé, et combattu avec ardeur mon ancien ami qui m'avait trahis pour devenir son pire ennemis, son Nemesis. J'ai ensuite chercher un moyen de le surpasser niveau armement car j'étais presque devenu son rivale à l'arme de corps à corps en étant devenu le Maitre d'arme de son armée. J'ai entendu parler de Painsaw, l'épée légendaire forgé par Igsnor au centre de l'Oeil du Chaos, au centre du Warp. J'y suis allé accompagné de toute ma famille et mes plus proches amis à travers le territoire des Démons pour rejoindre le lieux de l'Immaterium... Et j'ai ainsi tout perdu... Absolument tous ceux que j'aimais. Pour quoi? Un sentiment de vengeance stupide? Oui, sans aucun doute. Je me demande encore ce qui se serait passer si j'avais discuter avec mon vieil amis au lieux de me révolter comme un jeune adolescent abrutit... Mais dans tout les cas, j'ai obtenu l'arme légendaire, au pris de ceux qui m'accompagnait. Un bien grand sacrifice et une bien grande perte, n'est ce pas? Vous pouvez penser que je suis un idiot, je ne vous en voudrais pas, vous auriez raison."

Il ne prêtait que très peu attention à la jeune femme, juste à ces mouvements et à son état. Si cette dernière venait à s'enfuir, s'assoir prêt de lui ou continuait à rester immobile dans la terreur. Mais si jamais elle devait réellement venir à se sentir mal il serait tout de même la pour l'aider un tant sois peu car si elle était comme ça c'était à cause de lui, n'est ce pas? Malgré tout le démon reprit quelque temps après.

"Vint la guerre, la recherche des territoires et des combats. J'y ai recruté mon premier et plus fidèle général, Sorceress que j'ai sauver de l’exécution sur sa planète natal alors qu'elle allait être décapiter pour magie! Haha, quel idée stupide. J'en suis venu à l'apprécier et l'ai recruter car elle me semblait prometteuse et me devait une dette de vie qu'elle ma ô combien rembourser depuis des générations de guerre. Guerre que j'ai perdu d'ailleurs. J'ai sombré dans l'alcool et la tristesse mais a été remit sur pieds par une idée magnifique : La création d'une machine si puissante, couplant Chaos et mécanique scientifique que rien ne pourrait m'arrêter! J'ai donc voler les sept émeraude du Chaos et fait appelle aux meilleurs scientifique pour créer Executor, mon second plus fidèle générale. Il m'a aider à vaincre tant de fois l'adversité et pourtant, malgré sa force, son intelligence et son indépendance il est resté avec moi, pour me protéger et me soutenir... J'ai aussi un troisième générale, l'Empereur Slivoide que j'ai récupéré en tant que bébé alors que ce dernier était dans l’œuf. Il me prend pour son père sans aucun doute, et je l'aime énormément. Le nombre de fois où ces derniers se sont sacrifier pour moi... Haha,ce serait même une autre histoire jeune fille. Mais c'est celle de ma tragédie que l'on parle non? Tragédie qui reprit peu de temps après, car malgré leurs forces je perdais et dût chercher la puissance du Chaos Universel, celle des Dieux Noirs même, celle de Khorne, Nurgle, Tzeentch et Slaanesh. Si bien que je suis retourner dans l'Oeil du Chaos, seul cette fois-ci. J'ai combattu les gardiens du temple, accomplis les épreuves de forces de Khorne, de magie et d'intelligence de Tzeentch, de la survie de Nurgle et accepté d'être mis à nu par Slaanesh. Mais pourtant j'ai accomplis la pire des choses en abandonnant la plus merveilleuse des demoiselles à l'éternité de tourments de Nurgle..."

Une légère larme vint à couler sur la joue du Démon, n'ayant toujours pas accepter cette folie.


"J'ai tué, j'ai génocidé mais jamais par plaisir. J'ai combattu, pillé mais jamais... Non, jamais je n'aurais dût être en droit de condamner pour l'éternité une personne au supplice du Dieu de la mort et de la Maladie... Pour quoi encore? Toujours la même stupide vengeance que j'essaye maintenant d'oublier un minimum. J'ai condamner à jamais cette personne. Par ma faute. Sacrifié un amour, pour quoi? Pour une stupide querelle déjà vieille de plusieurs millions d'années! Ma vie est celle d'un comte de fée, sauf que l'on remplacerait le Héros principal par un idiot qui vivrait un enfer, et les fées par des démons qui me hanteraient à jamais. M'empêchant de mourir éternellement. M'empêchant de... De vivre avec paix pour les crimes que j'ai commis et qui ne mérite nul pardon. Mais j'essaye d'obtenir ce pardon. J'essaye de tout faire pour créer un nouvel univers! Plein d'avenir! Plein de rêve! Que personne ne puisse plus jamais subir ce que j'ai ressentis, que personne ne puisse plus jamais connaitre la vengeance, la mort, la tristesse ou le sacrifice car il n'y aura plus de méchants, de gentils, de justiciers ou d'éradicateur, car nous serions tous neutre, et qu'il n'y aura aucune raison, de nous entre tuer, mais seulement de vivre en harmonie. Je souhaites un monde, qui ne me regardera pas en tant que Seigneur du Chaos, génocidaire et démoniaque. Mais en tant que simple démon qui cherche la rédemption, et la paix intérieur...."

Un soupir, encore une fois s'échappa de la bouche entre ouverte du démon qui venait de fermer les yeux. Il releva un peu sa tête pour se tourner vers la jeune fille.

"Que pensez vous de moi maintenant, suis-je encore digne de votre peur? Ou est ce que j'ai réussis à vous convaincre que je n'étais la que par pur repos? Je vous ai fais une promesse, celle de ne pas vous faire du mal, et même de me faire pardonner si je vous en ai déjà fais. Venez vous assoir si vous le désirez, jeune demoiselle."

Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Mar 2 Sep 2014 - 10:31
C'était donc ça, son histoire ? Un drame traîné dans la boue et le sang depuis des millénaires, entachant l'âme de l'immortel de milles et uns malheurs dont j'ignorais jusqu'à présent leur véracité. Je ne disais pas mieux le connaître après l'avoir écouté, mais je ne pouvais mépriser la disparition de ma peur. En réalité, j'avais toujours peur de ce démon, il restait capable de se tourner vers l'obscurité qu'offraient les dieux du Chaos enfouis en lui, pourtant j'étais en tous points capable de ressentir l'authenticité de son récit. Il ne m'avait pas menti, c'était une qualité rare chez un être malfaisant venant de ce monde. En revanche, j'étais encore énormément bouleversée par mon expérience avec le marionnettiste. Comment pouvais-je faire confiance à un monstre qui cachait son jeu derrière un livre ouvert de mensonges et d'illusions ? Alors pourquoi ne ressentais-je pas cette même aura chez Trascer ? Pourquoi m'avait-il confié la vérité ? Était-il conscient de mon identité, de mon rôle, était-ce parce que j'étais une chroniqueuse qu'il en avait pris la décision ? Peut-être pas, car lui et moi étions pareils sur un même point : nous avions besoin de parler. C'était étrange de toutes manières, de me sentir inspirée par un antagoniste, surtout qu'il s'agissait de s'ouvrir à une personne. Mais qu'avais-je de beau à partager ? Mon histoire n'était pas aussi longue ni passionnante que la sienne. Je sursauta sur le coup. Venais-je de qualifier l'histoire du Destructeur de « passionnante » ?

Après tout ce temps, il m'était ridicule d'affirmer que j'étais toujours la même jeune demoiselle, naïve et souriante à tous les recoins du monde. Certes, j'avais changé, mais pour devenir quoi ? Quel genre de personne pouvait comparer le passé d'un démon à un conte « passionnant » ? Ô Mudora, qu'étais-je devenu ? Depuis quand avais-je réappris à apprécier la compagnie d'autrui ? Et pourquoi fallait-il que cette personne soit le méchant de l'histoire ? Je serrais mon livre contre moi, son contact me permettait de rester forte, du moins d'apparence, puisque je ne croyais pas survivre une rencontre aussi unique et horrible. J'avais beau penser ainsi, cette boule au ventre qui m'empoisonnait n'était plus là. Était-ce parce que Trascer avait jeté son épée, ou qu'il s'était assis à même le sol pour me narrer son histoire ? Que pouvais-je dire, ou même faire ? Je ne pouvais cacher que sa mésaventure m'a laissé... Étrange. Je n'avais pas de mots pour le décrire car je ne savais pas qu'un ennemi au monde portait un si lourd fardeau aussi longtemps, s'attelant à la tâche chronophage qu'était de se faire pardonner. Était-ce seulement possible, ça ?

Je réfléchissais un instant, n'avait-il pas proposer de créer un nouveau monde exempt de la vengeance ? Un objectif louable, mais j'avais du mal à imaginer une telle chose possible. Je fus interrompu par un souvenir, celui de Roy ou de Gozen ayant créé une dimension temporairement avant d'y enfermer son adversaire pour ensuite détruire cette même dimension. Le doute de l'irréalisable s'était évaporé en moi. Je m'interrompis moi-même quelques secondes. À quoi pensais-je ? J'aurais dû songer à fuir ce démon plutôt qu'à l'écouter. Tentait-il de me rallier à sa cause ? Je n'étais même plus sûre de ma place maintenant. Il m'invita à m'asseoir, je m'exécutais sans broncher. Je conservais une certaine distance. Malgré son histoire et son comportement, j'étais toujours effrayée par sa personne, car envers et contre tout il restait... Trascer, le Destructeur, pas vrai ? Je restais donc là, silencieuse et discrète, me préparant à tous les scénarios qui me traversaient l'esprit.
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mar 2 Sep 2014 - 15:17
La jeune fille n'avait pour l'instant pas encore ouvert une seul fois la bouche pour une tentative de discussion. Si quelqu'un d'autre aurait pût prendre cela mal d'une façon ou d'une autre, pour le destructeur ce n'était pas grand chose si ce n'est une vrais peur qui ne pouvait aucunement se résorber d'un coup d'un seul surtout si elle avait commencer avec autant de violence. Si il fallait faire quelque chose ce serait de, tout simplement, attendre tranquillement et faire tout ce qui était possible pour le démon d'être le plus agréable, et surtout le plus bavard possible pour le moment. En plus d'aider peut-être la jeune fille à retrouver un état de confiance et à parler un peu, cela permettait au Démon de réellement mettre sur le tapis son passé, ces sentiments, ce qu'il espérait ou voyait du monde. Mais déjà il y avait une grande progression puisque la fille au livre c'était assise. Non pas proche du démon cela étant normal lorsque l'on a été de base effrayé par la personne. D'ailleurs cela fit sourire le démon. Il avait donc au moins réussit à faire passer quelque chose avec son histoire, qu'est ce que ça avait été? Et bien il ne le saura soit jamais soit dans un moment que les aléas du temps savent magnifiquement bien caché au reste des mortels. Le démon se retourna quelque peu vers la jeune fille, détendant ces jambes pour s'assoir réellement et plus tranquillement qu'avec les genoux touchant le menton tout en cherchant un contacte visuel pour continuer son récit à la jeune fille.

"Je dois malgré tout vous admettre que je ne vous ai bien entendu pas tout comté. Il est difficile de raconter toute une vie qui s'étale sur tellement de génération que même l'évolution de l'histoire n'aurait pût prévoir ce qui arriverait après la création des Anges et des Démons ou même ce que l'histoire avait prévu pour justement amené à une tel création. J'ai oublié, hélas tant de chose, ou alors elles restent si... Abstraite. Il y a une chose après tout dont bon nombre de mortel ont peur j'imagine, qu'ils soient Humains, Démons voir même des Anges lorsque le pacte de l'immortalité fut brisé il y a de cela longtemps pour les grandes races que je combattais. Celles d'être oublié, celle de n'avoir été qu'un fragment de sable dans la roue du temps. Et moi, j'ai oublié tant d'hommes qui ont servit sous mes ordres... Quel tristesse n'est ce pas que de ce dire, qu'après tout une vie on peu alors être oublié? Je suis persuadé que même moi, si je venais à disparaitre réellement de cette univers une bonne fois pour toute par ma mort, je laisserais quoi? Plané la terreur de mon retour un maigre temps sur tout les mondes que j'ai connu alors que cela fait bien longtemps que je ne suis plus le conquérant assoiffé de sang que j'étais, avant de disparaitre dans... L'oublie. L'immortalité est une chance, quand ce n'est pas un fardeau imposé. Je ne sais pas ce que je devrais réellement mérité. La colère des gens? Leurs pardons? La rédemption ou la corruption du Chaos pour mes actes? Celui d'accomplir mon ultime objectif de recréer un nouveau monde ou de mourir? Voir d'obtenir la rédemption et de ne plus appartenir aux Dieux du Chaos..."

Le démon resta alors un moment songeur à penser à tout ce qu'il avait dit alors que son regard se détourna de la jeune fille. Tout d'abord il espérait ne pas avoir inquiété ou fait peur à la jeune demoiselle en parlant d'autant de chose qui généralement finissait par l'oublie et la mort. ça aurait été quelque peu gênant pour le démon qui faisait tout depuis le début pour se montrer poli, courtois mais surtout amicale envers la jeune demoiselle afin de lui prouver qu'il n'avait aucune envie de lui faire du mal. Mais malgré tout, pendant un court instant il ne ressentit plus rien autour de lui. Il ne ressentait plus la présence de la jeune fille. Ni celle des animaux de la plaine ou des insectes. Plus le vent qui soufflait ou le doux parfums des fleurs venant avec la brise. Il entendait son cœur battre dans un déclic très irrégulier à trois coups cassé. Les trois serrures qu'il avait lui même imposé à sa machination de vie. Trahison, Sacrifice et la Vengeance. Tik Tak Clock. Ce dernier fit légèrement sursauté Trascer, lui faisant reprendre conscience qu'il était avec quelqu'un et non tout seul.

"Excusez moi... J'étais un peu perdu dans mes pensées.... Dans tout les cas, j'ai pût prendre la place de Leader actuel des choses je penses pour essayer de recréer ce nouveau monde comme j'essaye malgré tout de ne plus être une machination de la vengeance et de la corruption. J'ai rallié nombre de personnes pour m'aider, méchants comme gentils. Enfin, je trouve ces noms un peu... Amusant? Ridicule? Difficile à dire, mais je ne les trouves en aucun cas adapté sur le simple faite que... Nous n'avons aucune différences n'est ce pas? Nous pouvons nous traité de tueur, de personnes sans cœur, de conquérants et de ceux qui asservissons nations et autre duché. Mais que fait un héros lorsqu'il affronte le mal? Ne tue t'il pas? Ne retire t'il pas les terres des autres pour s'en approprier et enfin n'achève t'il pas lui aussi l'âme de noble, enfants et femme sous la simple idéologie de la "Justice"? Par quel droit la notre serait-elle différente? Car nous détruirions le monde beaucoup pensent par nos vils actions. Mais quand on regarde plus profondément, un Justicier n'est t'il pas aussi dangereux qu'un criminel si le premier ce mets à tuer? Ô, bien entendu je ne dis pas que nous sommes des personnes dignes de confiance car bon nombre de crapule ne le sont pas, mais partez du sentier de la lumière et vous verrez que peu de Héros vous aideras simplement à reprendre le droit chemin et chercherons plutôt directement l'affrontement à vous éliminer directement. En ce qui me concerne, pour moi... Je ne suis rien de tout ça. Je ne suis plus un héros de légendes que les Démons pouvaient chanter en cœur lors de beuverie, et j'essaye de m'extirper de ma légende du Grand Destructeur. Je crois en mon simple rêve de rédemption, et d'un nouveau monde. Car je crois qu'un autre échec me serait... Fatal. Non sur le plan physique... Mais psychique."

Soupira alors le démon sur ce dernier mots. Il avait tout de même peur d'échoué si prêt du but à cause de divers héros qui pourraient venir s'interposer à lui. Mais il avait surtout peur de ne pas atteindre la Rédemption et de finir une bonne fois pour toute dans les griffes des Démons du Chaos et ainsi... Non, il ne fallait pas y penser tout simplement. Cela n'arrivera jamais. Mais la peur c'était tout de même installé dans le grand démon qui eu un léger picotement de froid traversant la colonne vertébrale. C'est à ce moment la qu'il reporta son regard sur la jeune fille, avec un large sourire.


"Je ne cherche pas réellement à vous convaincre de penser que je suis un Chevalier blanc des temps modernes. Pour commencer car aussi bien ma coloration vestimentaire ainsi que mes pouvoirs en sont totalement contraire, mais surtout car c'est faux. Mais je cherche plus que tout rétablir l'histoire que bon nombre cherche à entacher lorsque l'on prononce mon nom, et surtout que l'on cherche à transformer en cauchemar, lorsque cela concerne "Trascer, l'Indivisible" alors que je ne suis qu'une créature que les Créateurs ou que sais-je encore ont décider de tester dans une situation que l'on pourrait même dire... De profondément pathétique n'est ce pas? Ha, dans tout les cas, je suis content de vous avoir parlé, jeune demoiselle. Cela fait souvent du bien de ce confier malgré tout à certaines personnes. Mais sachez que je ne vous en voudrais aucunement si vous restez muette. Mais j'aimerais réellement, si vous le souhaitez, en apprendre plus sur vous."

Sur ces derniers mots, il finit par un léger sourire.
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Mar 2 Sep 2014 - 20:11
Je l'écoutais sans penser à autre chose. Son histoire m'intéressait de plus en plus, son point de vue m'intriguait à force de l'entendre déblatérer sur des sujets que je pensais banals. Pensait-il réellement que son existence avait si peu de valeur ? Que l'on pouvait oublier un personnage, certes vil et malsain, mais en même temps si important pour ce chapitre ? Que représentais-je dans ce cas, comparée à lui ? Je commençais à songer qu'il avait choisi le mauvais rôle, qu'il avait toutes ces chances, qu'il avait le droit d'aller au bout de ses rêves. C'était mon avis sur Trascer, je ne le voyais plus de la même manière à présent. Mon esprit s'échauffait sur une simple idée : qu'est-ce que la justice ? Un masque plus doré et joli que celui de la vengeance, rien de plus. Une réalité dont beaucoup trop d'intelligents citoyens profitent aveuglément, incapables de se rendre compte qu'ils ne sont pas si différents de ces monstres qu'ils massacraient à tour de bras. Au final, tuer était-il vraiment le meilleur moyen ? Et moi alors ? Ne désirais-je pas assassiner Sebastian Maiden pour les crimes qu'il a commis envers ma personne ? J'étais une victime de cette guerre, oui. Cela me donnait-il légitimement le droit de faire justice ? Avais-je honnêtement le droit de me venger ? Face à cette question, je baissais la tête, me sentant honteusement ridiculisée.

A
u fond, même moi j'avais une part d'ombre, n'est-ce pas ? Il m'était impensable de le nier, ce côté sombre de mon caractère était né en même temps que je fus téléportée dans ce monde. Bien que je jouais le rôle de chroniqueuse, étais-je éligible pour devenir une héroïne ? La réponse me paraissait claire. Le terme de « méchant » me paraissait désuet tandis que celui de « gentil » semblait rouillé. N'était-ce donc que nos actions qui symbolisaient notre allégeance ? Suffisait-il d'accomplir une quête pour devenir le protagoniste et d'habiter un château maléfique pour devenir l'antagoniste ? J'étais naïve de penser comme ça, pas vrai ? Si c'était aussi simple, tout le monde vivrait au milieu de fleurs, de chants et de vins. Dans ses longues tirades, je ne souhaitais que savoir pourquoi il s'obstinait à s'accrocher à ses idéaux alors qu'il avait les capacités de changer le monde. Pourquoi continuer à craindre l'échec et à se cacher derrière un semblant de chemin vers la rédemption ?

P
ourquoi te comparais-tu à un chevalier blanc ? Pourquoi voulais-tu à tout prix être pardonné pour des crimes dont je n'étais même pas consciente ? Que cherchais-tu à accomplir, car je doutais que le pardon te libérerais de ton tourment. J'ignorais comment devenir immortel, mais l'idée de mettre un terme à la vie d'un immortel m'était tout simplement saugrenue. Non, pas simplement d'un non-tuable, mais de Trascer. J'ignore comment, mais j'avais de l'estime pour toi désormais. Je te savais mauvais de nature, et pourtant tu cherchais à changer cette image. J'aurais aimé te féliciter pour cet acte louable et inspirant, cependant ça n'aurait pas convenu à la situation, ni même au dialogue que tu menais. Également, j'étais empêchée par ma propre conscience. Avais-tu foi aux habitants de Nintendo World ? J'avais écouté ton histoire, et bien que j'étais persuadée de n'avoir pas compris la totalité des faits, quelque chose au fond de moi me convainquait que tout cela glissait sur ton armure imperméable. Alors que je fixais le sol, l'air pensive, je te laissais finir sur ton envie de me connaître et ton léger sourire afin de rompre cette monotone atmosphère qui planait au-dessus de nous deux.

-Tu es bien vide...
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mar 2 Sep 2014 - 20:55

Vide... Oui. C'est un mot qui peu amplement convenir à l'état actuel du démon. Et même, était-ce réellement que celui actuel? Lorsque même la vengeance que l'on souhaitait plus que tout il y a de cela même pas mille ans c'était transformé en une simple paix qui commençait à s'instaurer pour redevenir de l'amitié? Et puis, si l'on continuait encore plus loin dans le sentier, que pouvait-il réellement ressentir, avoir ou même gouter encore à la vie? Que ressentait-il réellement dans cette vie qui lui avait pourtant tout pris plusieurs fois et même plus que cela, anéantit. L'espoir de la rédemption ou de voir un nouveau monde se former? Ce n'était pas non plus ce qui alimentait son âme plus que ça. L'amour qu'il entretenait pour Yuko? En y réfléchissant bien ce dernier était encore plus quelque chose dans un seul sens qui allait du démon vers la jeune et délicate impératrice que le démon désirait, en plus de protéger avoir prêt de lui dans cette agréable sentiment qu'on lui avait si souvent narrer lorsque les deux parties le son et sont liés : L'amour unis. Mais cet amour et cet espoir étaient-il réellement les deux sentiments qui pouvaient ainsi alimenter un corps et le rendre vivant? Non. Il y avait quelque chose de plus fort qui anéantissait chaque instant le démon, à chaque fois qu'il ressassait le passé, et seul les Dieux savaient qu'il le faisait trop souvent lorsque par miracle il arrivait à s'endormir. Se souvenir des pires moments de sa vie et être effrayer de se dire que, peut-être notre futur ne sera pas plus différent que notre passé, et qu'ainsi échec après échec l'histoire est faite pour se répéter inlassablement jusqu'à nous emporter réellement dans le sablier du temps lorsque nous ne sommes plus amusant dans la tapisserie de l'univers et des cycles.

Le démon se referma de nouveau sur lui même, abaissant sa tête, et la coinçant entre ces genoux qu'il venait quelque peu de relever afin de se cacher un moment, pendant que le démon respirait de plus en plus lentement afin de calmer son rythme cardiaque. Cet élan de désespoir qui commençait à planer sur lui allait créer un immense mal de crâne, car c'est toujours dans ces moments la, ainsi que dans le royaume des rêves que les Dieux Noirs se mettaient à attaquer pour essayer de prendre possession du démon et en faire une simple marionnette. Oui... En y réfléchissant bien, n'était ce pas ce qu'ils cherchaient? Une enveloppe vide qui servirait avec merveille les intérêts des Dieux du Chaos Universel tel un gentil animal de compagnie obéissant aux ordres avec fermeté et docilité. Et c'était Trascer qui tissait lui même sa toile vers le moment où il ne posséderait même plus son propre corps, et cela dans l’intérêt de ceux qui l'ont rendu plus fort. Triste fin en y pensant, effroyable en y songeant, et catastrophique si cela devait arriver avant la fin de son nouveau monde. Le démon se fit légèrement balancer par le vent, d'avant en arrière jusqu'à tomber un peu lourdement sur le dos. Il en profita pour pour s'allonger réellement alors que l'herbe caressait avec douceur l’entièreté du démon à travers les fines couches de tissues. Oui. Il savait pourquoi il se battait, pour la rédemption, pour créer un nouveau monde, mais surtout pour une autre chose qui après tout... Gangrenait l'univers même et qu'il souhaitait par dessus tout éradiquer.


"Oui, tu as sans aucun doute raison jeune demoiselle. Voilà surement bien longtemps que je ne suis plus ce que j'étais que ce soit dans les sentiments, les buts ou toute autre chose. Mais je crois réellement à ce nouveau monde. Je crois réellement en ma rédemption. Pour la simple et bonne raison que je suis sans aucun doute fautif d'une si grande partie des maux et problèmes qui ont gangrené l'Univers, car j'ai empêché les Dieux du Chaos de réellement mourir par Stip et que je permets alors encore leurs reflets à travers le Warp et donc, par ceci permettre le mal. Je souhaites réellement arriver à mes fins même si je dois y passer pour toujours. Car d'une part je sais très bien que ma mort arrangerait énormément de chose lorsque le passage de l'ancien monde au nouveau arrivera, mais aussi car si par ma mort final je pouvais emporter le Chaos Universel, alors il ne restera finalement que l'originel et je suis persuadé que mon rêve se réalisera.... Même si pour cela je ne dois jamais le voir arriver de mes propres yeux. Car, je suis persuadé que ceux qui m'ont suivit saurons ce que j'ai fais, qu'ils écrieront l'histoire de la manière la plus avéré qu'il soit! Je ne souhaites pas passer pour un martyr, un héros ou encore même un Seigneur de la gentillesse si jamais je concrétisais un Univers qui serait la perfection incarné. Car même si nous sommes tous gris, je reste l'une des créatures qui a fait les plus grandes douleurs de notre univers et qui possède en lui... Le pouvoir de personnes qui sont réellement aussi sombre que les ténèbres dans ce que l'on ne pourrait même pas appeler "Cœur". Nous vivons tous et mourrons tous théoriquement. Et malgré tout je sais que la mienne a amplement que trop duré comme enveloppe non pas physique mais psychique. Mon rêve le plus absolu serait que je réussisse à atteindre mes trois chemins. Créer ce nouveau monde en réussissant la rédemption, tout en pouvant enfin gouter au repos éternel. Cela fait martyr je l'admets, ou même trop stupide voir poétique. Mais que souhaitez vous donc? Même pour tout ce que j'ai fais, n'ai-je pas le droit à une deuxième chance si c'est pour créer un monde qui ne sera pas comme l'ancien, aussi triste, fourbe, destructeur et perfide? Ou le chaos et la corruption n'existera pas? Ou brisage de vie, de vengeance et autre n'existerons pas? Ne puis-je espérer la rédemption en accomplissant les actes les plus difficiles possibles? Mais bien entendu, personne ne me considérera ou ne m'aidera pour la simple et bonne raison que l'on croira que je souhaites créer un monde aussi noir que ce que les gens pensent être de mon cœurs vide, enfermé et anéantit. Rares sont mes alliées, rares sont ceux qui malgré tout me soutiendrons. Et encore plus rare sera ceux qui donnerons un aspect véritable à l'histoire. Car je sais pertinemment que si j'échoue, les héros le feront à leurs sauces... Pour leur gloire éphémère qu'ils souhaitent simplement espérer être éternel. Mais l'éternité... Est le pire des fardeaux."

Dans un dernier soupire le Démon se positionna un peu mieux sur le sol avant de terminer.


"Merci réellement de m'écouter, ce que vous faites est dignes des plus belles louanges de permettre ainsi à une âme en peine de se confesser ou de se consoler par sa propre voix à l'écoute d'une inconnu. Nous ne nous connaissons pas et malgré tout vous êtes resté à m'écouter alors que je vous ai révélé mon identité et mon passé. Sachez que malgré tout cela représente beaucoup, même pour un démon comme moi. Encore merci, Demoiselle sans Nom."

Le démon fit un léger sourire vers le ciel, ces yeux fermés afin d'écouter simplement le doux murmure du vent sur l'herbe.
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Mer 3 Sep 2014 - 11:03
Je t’avais fait cette remarque car pour une personne que je pensais foncièrement mauvaise, tu révélais posséder un esprit relativement fragile. Pour quelqu’un que j’avais classé parmi les pires ennemis de l’histoire, tu m’avais assuré être rempli de tristesse, de regrets et de cette volonté de gagner ta rédemption. Tu désirais tant te faire pardonner pour tes actions passées, chose que je pouvais concevoir, malheureusement j’avais peu d’espoir en ta réussite. Bien que tu semblais faire confiance aux habitants de ce monde, les imaginant chaque soir se recueillir auprès de toi dans le but d’accepter tes excuses, moi je ne nourrissais pas une foi aussi forte. Je craignais déjà auparavant leur désir, pour certains constant, de poursuivre le chemin obscur du mal, grâce à tes propos j’avais désormais peur de ce qu’ils pouvaient faire au nom du bien. Doucement fatiguée, j’ouvris mon livre afin de lire les nouvelles lignes qui s’étaient écrites. Je voyais Link menacer ceux qui l’entouraient. Je voyais Flandre insulter et attaquer haineusement. La liste était longue et je n’avais pas envie de connaître la suite. Je ne soupirais pas de lassitude, cette vision m’offrant des spectacles n’affichant que colère m’était devenue familière. Je m’étais, à ma grande et longue affliction, habituée à ces scènes.
 
Je continuais de l’écouter, il commença à me parler de ses alliés, les qualifiant de rares, d’instables, de douteux. Puis il enchaîna avec les héros et leur insatiable désir de satisfaire leur gloire éphémère avant de terminer sur l’éternité comparée à un fardeau. L’immortalité n’était sans doute pas enviable de ton point de vue, mais une vie courte n’était pas plus tentante. J’ignorais combien de temps je serai encore de ce monde. J’ignorais combien d’années je verrai défiler, combien de souvenirs de garderai jusqu’à la fin. Il y avait cinq minutes je croyais que c’en était fini de moi, et me voilà à discuter avec l’Indivisible comme si nous étions de vieilles connaissances. J’imagine que, dit comme ça, ça pouvait paraître incroyable, pourtant c’était la vérité, aussi choquante soit-elle. Cependant, je ne suis pas une « Demoiselle sans Nom ». Il était vrai que la seule sonorité qui me servait d’identité était mon titre, mais ce surnom me gênait tout particulièrement. On ne m’a pas donné de prénom dans mon ancien univers, j’ai dû m’en inventer un ici que j’ai d’ailleurs oublié depuis le temps. Certes, je n’étais pas grand-chose, mais j’avais au moins souhaité qu’on sache qui je suis. Je suis…
 
-Je ne suis pas une « Demoiselle sans Nom », je suis la Chroniqueuse.
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mer 3 Sep 2014 - 14:11
La jeune fille continuait à être songeuse malgré tout sans grande réaction pendant le discours de Trascer. Malgré tout elle eu un mouvement peu anodin pour quelqu'un qui écoutait une histoire ou tout simplement la plainte voir encore les excuses ou les remords d'un Guerrier mille fois millénaire. Cette dernière à un moment ouvrit son livre afin d'observer et lire quelque chose que Trascer ne pouvait pas apercevoir à cause de la distance mais aussi de la position qu'il avait décidé de prendre. Ceci se passant durant son discours il n'en fit guère attention, préférant malgré tout continuer son récit. Mais malgré tout elle réagissait et c'était vraiment quelque chose que l'Indivisible appréciait plus que tout car elle avait l'aire d'avoir dépasser le cap de de terreur qui lui avait bloquer toute envie de parler où de se mouvoir au début de la discussion. Tout d'abord elle c'était assise et la voilà après regardant aux travers de son "grimoire" qui renfermait des secrets inavouable ou insondable que le démon ne souhaitait pas connaitre pour le moment. Il était déjà trop occupé à parler à ce moment la, et puis chacun à le droit à ces petits secrets n'est ce pas?

Lorsqu'il eu finit de raconter rêves, désires et envies, le Némésis de la mort eu de nouveau la joie et le plaisir d'entendre la voix de la Demoiselle. Cette dernière, à défaut de souligner qu'elle n'avait sans aucun doute soit pas apprécier le surnom de "Sans Nom" soit préférait être nommé se décrivit comme "La Chroniqueuse". Un nom, ou surnom si l'on souhait être pointilleux, particulièrement intéressant, entouré de mystère pour mais qui malgré tout semblait renfermé un immense savoir ou une grande vérité. L'un dans l'autre ou voir même dans la généralité de tout cela, il avait aimé et était touché de savoir que la jeune fille commençait à lui parler quelque peu. Tout d'abord en faisant part d'un état puis maintenant en se décrivant par l'usage de ce titre qui semblait réellement important. Le démon sourit de nouveau avant d'ouvrir les yeux. Fermant son âme à la nature il se décala légèrement pour avoir une grande vue sur la Demoiselle au livre.


"Et bien, enchantée, Chroniqueuse. Voilà une appellation que je considère comme de grande renommée. Il est rare que les gens se présentent avec un nom aussi important, et je suis heureux, et peut-être même plus que cela, que de connaitre ce par quoi tout être vivant de cette univers ayant une once de bon sens et d'intelligence peuvent ainsi s'interpeller et ainsi échanger. Croyez moi bien que si jamais le titre que je vous ai donnée afin de vous qualifier vous ai blessé, je m'en excuse mille fois. Il est vrais que nous cherchons tous à avoir une identité propre car nous sommes tous différent malgré parfois des liens et des façons de penser si proches... Et je n'avais aucunement le droit de vous priver d'une tel existence par un titre que, j'admets être non pas stupide mais pas à employer comme cela. J'espère que vous accepterez mes excuses les plus véridiques, Demoiselle Chroniqueuse."

Le démon aurait bien souhaiter accompagner révérence à ces paroles, mais ainsi allongé il ne pût que faire un simple et léger signe de tête afin de s'excuser aussi par la gestuelle.

"Je suis soulagé de savoir que... Et bien que vous ayez dépasser ce stade de peur au tout début de cette rencontre et que petit à petit vous décidiez de vous "libérer" et de discuter ou faire part de votre état d'âmes ou de vous décrire. Il est toujours bon de connaitre un peu les gens avec qui nous discutons soit pour tisser un lien de connaissance, de connivence ou même plus fort lorsque les situations l'exiges. Mais actuellement je suis, et serait, extrêmement fier d'engager une discutions avec vous et d'en connaitre plus sur votre personne si vous me permettez d'accéder à ces connaissances. Sachez aussi d'avance que je n'en tiendrais pas rigueur si vous voulez refuser ou si vous souhaiter me questionner ou toute autre chose."

Soupirant, le démon se repositionna, les yeux fermer en attendant la jeune demoiselle alors qu'une pensé traversa son esprit.

~Après tout, ne sommes nous pas tous libres? Sauf de rares personnes comme moi qui avons décider de sacrifier notre liberté pour des choses si stupides...~
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Mer 3 Sep 2014 - 15:28
Il souhaitait me connaître davantage. À vrai dire, je ne me connaissais pas bien moi-même à cette époque. Que pouvais-je raconter d'extraordinaire ? Que je restais cloîtrée dans une bibliothèque poussiéreuse et en ruine rien que pour m'adonner à l'oiseuse tâche que d'observer le monde ? Pour être franche, je n'étais personne sinon une simple observatrice qui s'éternisait dans son propre rôle oisif. Chétive et inutile, je persistais à m’asseoir sur une chaise, laissant le temps s’écouler sans rien faire, ouvrant mon livre et lisant à longueur de journée. Dans ces moments-là, je ne me questionnais pas, je ne me remettais pas en cause, je ne cherchais pas à savoir si j’étais dans le tort ou non. Pour moi, ça n’avait de toutes manières aucune importance. Étrangement, ça n’était pas seulement le « Sans Nom » qui m’avait dérangé, mais le « Demoiselle » me semblait être de trop également. Ce n’était pas moi. Je continuais de l’écouter, plus attentivement qu’avant. Oui, j’avais moins peur, malgré toute son histoire, je ne pouvais toujours pas ignorer qu’il détenait une puissance phénoménale et qu’il a été la cible de nombreux surnoms qui n’inspiraient pas le respect. J’avais un peu de mal à appréhender la façon dont on peut être fier d’engager une discussion avec quelqu’un, mais comme il me paraissait cordial je m’interdis de le contredire.
 
En revanche, je n’étais pas d’accord. Je n’étais pas libre. Je n’avais pas choisi de devenir un prophète même falsifié aux yeux des nobles et de ma famille. Si j’étais née sans ce don, peut-être aurais-je vécu une vie normale et heureuse comme les autres jeunes filles de mon âge. Malheureusement, j’étais douée d’un pouvoir inné, un cadeau du destin dont on ne se sépare jamais. Mudora ne faisait que posséder une affinité avec moi, c’était la raison pour laquelle je pouvais lire ses histoires et réagir à mes pensées. Je suis la Chroniqueuse, mais en étais-je satisfaite ? Je vivais loin des autres de peur qu’ils profitent de moi. En même temps, avais-je cherché à fuir cette capacité ? Bien sûr que non, je ne pouvais m’en séparer, alors j’avais appris à vivre avec. Je pris conscience que je comprenais ce sentiment d’être attaché à un fardeau, ou plutôt un atout dont on a compris les cuisants défauts. Je n’étais plus très sûre de moi-même à cet instant. Méprisais-je à ce point ma propre existence ? Exécrais-je tant le fait d’imaginer que quelqu’un ou quelque chose tourne mal ? Cela faisait partie de la vie pourtant. Ou, pour être précises, de cette vie actuellement.
 
-C’est faux. Ce rôle de chroniqueuse ne m’a pas été donné par plaisir ou par l’héritage, il m’a été donné car je suis faite pour ce rôle.
 
Pour la première fois depuis notre rencontre je me tournai vers Trascer, croisant son regard afin de donner plus de poids à mes mots. Je pus enfin distinguer ses traits, son visages, son apparence, la couleur de ses yeux et le regard qu’il me lançait. Était-ce un être comme lui qui cherchait à détruire ce monde dans le but de le reconstruire ? Je me le représentais aisément sur le champ de bataille, affrontant une horde de héros défendant leur foyer. J’ignore comment ou même pourquoi, mais, dorénavant, je le regardais comme si je regardais n’importe quel autre personne : comme un acteur dans ce roman à l’échelle mondiale. Je le voyais en vrai, je ressentais de ce fait l’aura qu’il dégageait, l’impression qu’il me donnait, l’idée concrète de son image que je façonnais dans ma mémoire.
 
-Je ne suis pas une « Demoiselle »…
 
Avant de terminer ma phrase, je levai mon livre dans la direction du Destructeur, lui dévoilant les paragraphes qui s’écrivaient aussi vite qu’on pouvait les lire, révélant le passage où Bowser offrait ses croissants pour calmer le jeu de Link. Je présumais qu’il allait être surpris, voire hébété de voir un vieux grimoire lui raconter un tel scénario. Il avait le droit de ne pas me croire, mais je ne doutais pas qu'il avait le droit de le savoir.

-Je suis une Chroniqueuse.
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mer 3 Sep 2014 - 16:09
Après un moment, La Chroniqueuse reprit la discussion, elle avait en effet décider de dévoiler un peu plus d'elle même. Pour quelqu'un surement de normalement constitué et faisant partie du "lambda" Humain, peut-être qu'il n'aurait pas remarquer autant. Mais lorsque l'on était de base habitué à observer, rencontrer, s'allier et affronter d'innombrable personne on apprenait aussi quelque choses d'autres : Reconnaitre les gens exceptionnel. Et la, cette jeune fille en était bel et bien une, une perle rare même. Elle expliqua tout d'abord que le démon se trompait, puisqu'en effet ce n'était pas une question de flambeaux qui permit à la jeune fille d'obtenir un si lourd fardeaux mais si imposante perspective. Puisqu'encore une fois le destin avait décider de se mêler de la vie des mortels afin de leur faire comprendre que chacun avait une part à jouer sur l'immense échiquier de la vie, sur l'immense toile dessiner et tisser de l'univers ou encore sur l'infinie bouquin sur lequel on pouvait écrire l'histoire du vivant et du pensant. En plus d'apporter ces propos, la jeune fille venait de faire pour la première fois depuis la discussion un "pas" en avant en ce qui concerne un dialogue plus ferme, si l'on puis dire puisque, en effet elle s'était retourner vers l'Indivisible afin d'observer de regard à regard. Le démon appréciait souvent ces moments de total "déshabillement" typique de chacun souhaitant en connaitre plus sur les autres par leurs traits, ou encore juste observer des détails ou d'autre choses intéressante. Le Némésis de la mort ne broncha pas et laissa son regard, certes avec fermeté mais aussi douceur, pointé vers les yeux de la Chroniqueuse, se laissant aller à la description qu'elle pouvait alors bien faire, et la laisser aller à ses pensées pendant qu'il resterait immobile jusqu'à la reprise de la discussion.

Discussion qui reprit bien vite puisqu'elle "sermonna" quelque peu le démon en ajoutant qu'elle n'était pas une Demoiselle avant de montrer finalement un secret que le Démon ne pensait surement jamais voir de sa vie mais qui était ô combien merveilleux. Surpris de voir que le livre pouvait ainsi retracer certains moments d'une vie, même si ici le moment était fort peu pertinent et fort peu intéressant à souligner puisque c'était une histoire de croissant et que ça concernait deux protagonistes que le démon ne pouvait que très peu apprécier, le démon resta totalement surpris et abasourdit, sa lèvre inférieur s'étant décoller de celle du haut en un léger espace pour signaler non pas réellement une stupeur mais un niveau de surprise gargantuesque. Encore plus lorsque la jeune fille termina sa phrase sur son titre, celle de Chroniqueuse. Le démon laissa quelque minutes passer dans le silence total, ayant bien entendu refermer sa bouche, et de nouveau fermer ces yeux en se positionnant allongé sur le sol comme il l'avait fait précédemment pour réfléchir quelque peu à ce que venait de montrer et de dire la demoiselle. Un tel livre qui pouvait ainsi retracer tant de chose, tant de savoir, tant de magnifiques moments et surtout tant de secrets. Quelques voix signalèrent la puissance d'un tel objet sous une possession peu conventionnel et surtout démoniaque, mais le démon s'extirpa des paroles des Dieux du Chaos avec aisance avant de commencer à rire. Non d'un rire fort et rauque ou violent, mais léger, et avec douceur. Le démon se releva difficilement en proie à ce moment de bonheur avant d'ouvrir les yeux, de regarder directement dans l'iris même de la jeune fille pour s’interrompre avec le plus doux et le plus merveilleux sourire possible.


"Ô toi que le destin à décider d'affubler un tel rôle dans le Royaume des mortels, que la vie à ainsi permit d'obtenir un objet voir un artefact aussi puissant, je dirais même sans aucun doute vous tellement votre rôle en ce monde est important, jeune fille. Vous dites ne pas l'avoir hérité ni qu'on ai souhaité vous le donner par plaisir, mais bel et bien vous avez reçu ce pouvoir! Un pouvoir extraordinaire! Et si seulement Slaanesh arrêtait avec ces tentatives de corruption pour seulement examiner la magnifique personne que j'ai devant moi il serait jaloux de voir qu'il ai un concurrent à la détention des secrets ou des histoires de ce monde! Jeune fille..."

Le démon se rapprocha avant de poser un genoux à terre, le plus proche possible de la Chroniqueuse, un sourire toujours attrayant envers elle et toujours son regard qui la fixait droit dans l'âme même.

"Vous êtes bien plus qu'une Chroniqueuse ma chère, vous êtes largement plus précieux que ça à mes yeux. Vous êtes une des rares personnes qui puissiez retranscrire la vérité en ce monde des actes de chacun par l'écrit de votre livre mais aussi par l'aventure qu'il peu ainsi en découler. Si j'avais été un stratège j'aurais dit que vous seriez une pièce maitresse. Un roi la plus merveilleuse des bibliothèques. Si j'avais été un idiot j'aurais essayé de m'approprier quelque chose que je ne saurais maitriser. Mais vous êtes plus, largement plus que tout ça encore! Vous êtes quelqu'un que je pense croire, et souhaite considérer comme sincère, comme la source de la vérité la plus pure, et sans aucun doute la personne qui pourrait le plus changer les mentalités dans le nouveau monde que je souhaites créer ou qui serait capable, si à l'avenir je venais à échouer les tournants et aboutissant de cette aventure, de cette guerre et surement la personne qui me traineras le moins dans la boue pour les générations qui viendront. Jeune Chroniqueuse, il est rare que je pose genoux à terre devant quelqu'un hormis Ma Dame, mais pour moi vous êtes réellement une lumière sur un avenir incertain, ainsi que la plus magnifique des éclats de ce passé inconnu de tous. Votre livre, votre rôle et vous... Vous rendent bien plus que cela, et même si vous vous appelez Chroniqueuse, que vous êtes LA Chroniqueuse, vous êtes aussi Celle-qui-retrace-l'histoire. Tel le Faucon qui mena Le Guerrier au front, vous êtes celles qui permettez à la vérité d'arriver au sein de la société."

Tout ce temps il continuait à regarder avec le même sourire et le même regard la jeune fille, en qui il venait de trouver une personne de valeur, et sans aucun doute un personnage important de l'univers.
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Mer 3 Sep 2014 - 17:14
Quelque part au fond de moi, cela me laissait une drôle de sensation que d’entendre quelqu’un définir ma propre valeur. Je ne m’étais jamais franchement posée la question de ce que cela impliquait d’être une chroniqueuse. Une pièce maîtresse, la plus merveilleuse des bibliothèques, quelque chose que l’on ne sait pas maîtriser. Il me disait être une source de vérité, une personne capable de changer le monde et celle qui pouvait transmettre la vraie histoire. Il s’était même mis à genoux devant moi. Le fait de voir l’Indivisible dans cette position me mettait mal à l’aise. Il n’y avait pas si longtemps je le craignais plus que la mort, après notre échange il s’était abaissé à mon niveau pour me consoler avec milles louanges à mon nom. J’étais stupéfaite, déconcertée, abasourdie. Que pouvais-je répondre face à cette description ? Je restais muette le temps qu’il finisse, et même après qu’il eut fini. Mes yeux s’étaient décollés des siens, rivés sur mon livre que j’avais ramené vers moi, blottit entre mes bras.

-Ce monde que vous imaginez…

Il était dans le faux, je n’étais pas aussi exceptionnelle. Je n’avais aucun pouvoir, aucune autorité, aucune possibilité me permettant d’agir à ma guise. J’étais faible, impuissante, ganache. Rien ne m’accordait la liberté de corriger les erreurs des autres, aucune force concédait à m’abrétier. J’étais seule, isolée, dissociée. Cependant, je ne cherchais pas à garder l’espoir qu’un jour cette opportunité se présente à moi. Comment aurais-je pu la saisir et la conserver jusqu’au bout ? Je ne le pouvais tout simplement pas. Pourtant, si l’on m’offrait l’occasion de penser à un monde meilleur, devrais-je partager mon avis ou m’en priver ? Rester dans l’ombre m’avait presque rendue insensible, peut-être était-il temps de me rendre compte que ce monde n’était pas si noir que je le croyais ?

-Y croyez-vous ?
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mer 3 Sep 2014 - 20:21
La jeune fille avait consciemment conserver le silence après la fin du léger discours du Démon au sujet de la grande importance qu'avait La Chroniqueuse dans la roue du temps. Cette dernière avait alors décider de quitter le regard de l'Indivisible pour ainsi observer le livre qu'elle maintenant alors encore entre ces bras. C'est au bout d'un léger moment qu'elle reprit alors, demandant, dans une phrase entre coupé d'un silence et sans aucun doute d'un temps de réflexion, si le démon croyait vraiment en la possibilité de créer un nouveau monde. De créer ce monde qu'il rêvait, qu'il imaginait et qu'il souhaitait plus que tout voir apparaitre un jour lorsque la dernière des tours de la Destruction s’élèvera alors pour amener à la fin de l'ancien monde, pour qu'apparaisse le nouveau. Ce nouveau qui sera sublime, somptueux et bien entendu dont toute les mauvaises choses de l'ancien ne seront que souvenir et écrit sur divers libres ou que cauchemar dans les songes des gens qui passeront de l'un à l'autre. Oui, il y croyait, et oui il espérait plus que tout au monde que ça arrive au même titre que sa rédemption. Dans un ultime sourire, tout en se relevant avec énergie pour ensuite tourner le dos vers La Chroniqueuse, les bras tendu de chaque côté comme pour s'élargir les bras du démons se couplèrent alors à l'horizon alors que le crépuscule était en train d'arriver. Des dernières lueurs du soleils firent alors parler le démon.

"Oui, j'y crois. Et je fais plus qu'y croire. J'agis. Peut-être pas dans la violence qui devrait imposer une tel chose, mais dans mes agissements. J'essaye de faire ouvrir les yeux aux gens de ce monde sur l'importance de ce nouvel univers qui ne sera pas sous le joug du Chaos, de la vengeance et des Justiciers. Je tisse des liens, recrée des amitiés et me renforce petit à petit lors du moment final. Je crois tellement à ce rêve, à ce nouveau monde que je serais prêt à me sacrifier pour que les autres puissent l'atteindre et qu'ils n'aient plus besoin d'en rêver ou de suivre un songe ou tout autre chose. Ce n'est pas une croyance, c'est une véracité, de par mes actes. J'ai fais venir les tours par l'énergie de l'agonie et celles des héros. J'ai donné pouvoirs et envies à tant de gens qui le méritaient ou non pour une aide ou simplement parce qu'ils étaient d'une importance capitale. Non pas comme des pions, mais comme ceux qui seront le plus à mener le monde vers son nouveau chemin lorsqu'il sera de nouveau pur. Je n'ai peut-être pas choisis les plus purs, mais j'ai souvent choisis les plus responsables mais aussi ceux qui comprenaient, le vrais changement à venir. J'agirais bientôt, pour une ultime fois. Lorsque le combat final aura lieux, lorsque la dernière Tours sera la, j'en prendrais le contrôle et je mettrais toute mes forces dans ce combat. Mes dernières limites mais aussi et surtout, toute la vie que j'ai, que j'ai créer et qui se sacrifieront avec moi pour créer ce nouveau monde. Sorceress, Executor et Slivoide. Nous dépenserons tous notre énergie absolu et notre dernier souffle pour que je puisse permettre le début de la reconstruction. Chère Chroniqueuse, mon imaginaire ne le sera bientôt plus, car j'en vois la réalité à travers mes rêves, mes actes et par les yeux de ceux qui m'accompagnent et m'observe."

Puis, le démon rabattit ses bras le long de son corps avant de soupirer pour se retourner vers la jeune demoiselle, son visage n'affichait plus une mine de joie, mais plutôt celle de quelqu'un qui allait annoncer quelque chose d'important, voir peut-être de grave.

"J'ai peut-être été le Démon le plus sanguinaire de l'histoire, mais je tiens à te proposer quelque chose dont théoriquement je ne devrais pas avoir le droit. Personne n'a le droit de modifier l'avenir de quelqu'un, et encore moins d'une Chroniqueuse je pense. Mais,j'ai besoin de vous. Je souhaiterais vous avoir à mes côtés. Pour observer, retranscrire avec liberté et bienveillance les évènements qui arriveront, de par la plus belle des scènes. Si vous souhaitez je pourrais vous assurer protection ou soutient si jamais vous êtes en danger... Car hélas je pense bien qu'il y en aura. Je vous propose cela mais notez bien que je ne vous veux aucunement de mal, ne vous oblige à rien et encore moins souhaites vous savoir en danger. Mais vous serez tel mon bras armée, la plus magnifique des parades à l'assaut de la "Justice" contre moi et mon avenir. Accepterez vous, quoi que cela en coute, de vous ranger aux côtés du Grand Destructeur, de l'Indivisible... Trascer? Quand dites vous, chère Chroniqueuse?"
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Invité a écrit :
Mer 3 Sep 2014 - 21:24
Sauver ce monde de la haine par la destruction, c’était ainsi que je l’avais compris. J’avais envie d’y croire moi aussi. J’avais envie de penser que c’était possible de se débarrasser de tous ces parasites qui hantent le tréfonds de nos âmes. L’objectif me paraissait aussi impressionnant qu’inatteignable à mes yeux, mais peut-être que Trascer ainsi que ses généraux étaient capables d’y arriver, mais un détail continuait de me déranger. Leur sacrifice en échange d’un monde libre, c’était cette idée qui m’importunait. Était-il d’accord avec ça ? Je ne pouvais pas lui poser cette question. Pas maintenant. Mes yeux fixaient toujours mon livre pendant que mon regard l’observait avec intérêt. J’avais confiance en son potentiel et son ambition, c’était ce qui m’avait poussé à me relever, dirigeant mon visage vers le démon. Je ne me souviens pas avoir affiché un sourire à ce moment, peut-être étais-je trop mise à plat par la scène, ou bien que sa vue me laissait encore une trace sur ma conscience. Dans tous les cas, je ne pouvais plus me permettre de rester inactive. Pas après ce que j’ai vécu durant l’exécution publique de Maiden. Pas après ses longs discours, certes charmeur, mais dont j’en percevais la vérité. Il était véridique que le terme de « Justice » était abusé par n’importe qui qui voulait en profiter, sans doute était-il temps que tout le monde en prenne conscience.
 
J’avais ce pouvoir d’après Trascer, ce pouvoir de transmettre le savoir, le vrai, l’authentique, et non quelques bribes déformées pour satisfaire des hauts placés qui ne désiraient qu’en profiter. J’avais le pouvoir d’apporter l’argument qui abattait le mensonge, celui de déceler les secrets les plus enfouis et de percer les mystères les plus profonds. Je n’aimais pas l’idée de combattre et cela me mettait mal à l’aise de l’entendre me comparer à son bras armés, cependant, et j’en étais consciente, l’affrontement sera sûrement nécessaire lorsque les mots n’ont plus assez de force pour traverser l’esprit des autres. Je fermais les yeux un instant, le temps de prendre conscience d’absolument tout ce dont j’étais capable d’imaginer que cela impliquerait. Trahison, ennemi, tuer. J’aurais dû être étonnée de lister ces termes aussi facilement, mais il faut dire qu’avoir été témoin de tant de tragédies m’a irréversiblement marqué. Je me savais loin d’être prête à agir, pourtant je m’y préparais silencieusement. Je m’y préparais, en attendant que l’ultime moment arrive. Rouvrant les yeux, je conclus notre notre discussion sur une dernière phrase, changeant ainsi mon avenir de la manière la plus abrupte qui soit.
 
-J’accepte.
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Trascer a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mer 3 Sep 2014 - 22:03
De nouveau le silence fit place peu de temps après que le Démon eu finit son discours, et surtout la requête en quoi il avait souhaitait que la jeune fille devienne une alliée, une coéquipière mais aussi et surtout celle qui retranscrira la vérité dans le futur. La Chroniqueuse garda dans un premier temps un aire songeur mais aussi comme une fascination et intérêt son bouquin pendant quelques temps qui furent malgré tout assez court. Cela tout juste avant de se relever pour ensuite observer le démon encore une fois. Si il y avait bien certaine chose que l'Indivisible pensait au sujet de cette charmante demoiselle c'était sans aucun doute le principale faite que, comme son nom l'indiquait, elle semblait donner une idée, une note ou surement des mots ou des descriptions à bons nombres de choses qui se passaient dans son esprit ou dans la situation actuel. Ce qui pouvait laisser plus d'une personne songeuse lorsque l'on assistait à l'analyse qu’exerçait une personne. Le démon quand à lui attendit seulement la réponse de la jeune fille qui fut, et par bonheur, une acceptation pour rejoindre le camps de la Recréation de l'Univers. Alors que de nouveau le large sourire s'afficha sur le visage de Trascer, ce dernier fit un pas en avant avant de rester quelque peu immobile. Il ne savait pas spécialement comment il devait réagir et acclamer la jeune fille. Une acclamation militaire ne convenait pas comme une tape amicale sur l'épaule. Une tendre accolade non plus ni tout ce qui pouvait se rapprocher de ce genre de chose, si bien que l'Indivisible toussota un peu avant de poser mains sur les épaules de la jeune fille, s'approchant quelque peu de cette dernière.

"Je vous fais donc, jeune Chroniqueuse, l'une des personnes les plus importantes à mes yeux, et fait donc de vous l'un des plus important pilier de notre futur, et le futur de tous. Je souhaiterais faire plus que vous donner simplement un titre, en tant que commandante de mon "armée", mais les seuls optiques qui me viennent à l'esprit sont dangereuse. C'est pour cela que la seul marque importante que je puisse faire pour vous, est toute mon affection, et le devoir que j'aurais de vous protéger et de vous aider le plus possible. Car, vous comme moi, sommes maintenant lier pour la fin du scénario qui est en train de ce tisser, et peut-être plus, si vous désirez rester une... Coéquipière de ce que je représente."

Puis le démon retira ces mains de la jeune fille avant de lui sourire une nouvelle fois pour ce déplacer un peu plus loin sur la plaine. En effet, depuis le début il n'avait pas toucher à Painsaw qui attendait avec patience sur le sol, déchargeant par moment de légers éclaires du Chaos pour sans aucun doute l'utilisation d'un surplus d'énergie qui risquerait d'ennuyer plus qu'autre chose. Une fois l'épée en main, il la remit dans son fourreau, observant cette fois ci la lune qui commençait à s'élever dans le ciel à la place du soleil, déclinant.

"Je vous remercie encore une fois, sincèrement et réellement de tout ce que mon coeur peu vous offrir d'avoir ainsi accepté de devenir une alliée de poids pour moi. Que vous soyez une guerrière ou non. Une magicienne ou non. Une assassin ou que sais-je encore. Vous êtes une Chroniqueuse, et vous êtes devenu quelqu'un d'important aujourd'hui sur l'immense toile du destin. Et je suis heureux d'avoir fait votre connaissance en ces jours sombres annonçant malgré tout un futur, et un renouveau."

Le démon se sentit un moment gêné, il souhaitait proposer quelque chose à cette jeune demoiselle qui avait ainsi décider de lier sa vie à celle du rêve du Démon, et ce, avec tout de même dignité et force.

"J'ai... Une petite question à vous soumettre Chroniqueuse. J'aimerais vous donner une certaine source de pouvoir, une grande source même. Une quantité non négligeable provenant d'un des êtres les plus puissants possibles. Mais... Ceci ne sera pas dangereux mais demandera un long moment ainsi qu'une certaine force physique et une bonne volonté et je ne peu hélas pas le faire là. Si vous me faites confiances, et me suivez dans mon prochain déplacement, je ferais de vous quelqu'un qui pourra amplement se défendre contre bon nombre de brute et truand."

Le démon sortit Painsaw, activant l'énergie du Chaos de cette dernière afin de dessiner un portail du Chaos assez imposant, en effet, ce dernier allait emmener le duo assez loin, et il fallait donc une assez grande énergie pour tout faire fonctionner correctement.

"Si vous voulez bien me suivre, Chroniqueuse. Par contre, faite attention, ça fait toujours étrange de traverser pour la première fois un tel portail."

Puis, sans plus tarder le démon traversa le portail, faisant disparaitre son enveloppe corporel et son âme à des années lumière de la.

Suite > Nébuleuse Métroid, Marais de la tortue - Le pouvoir des Secrets! [Pv : La Chroniqueuse]
Pièces Pièces : 43089
Nombre de messages : 330
Age : 22
Localisation : Souhaite accomplir son rêve
Réplique/Citation : "I am a prince of the Warp here to recreate this land!"
Date d'inscription : 26/05/2012
Liens : Amis : (Igsnor, âme de Painsaw)
Empereur : Stip
Généraux : Sorceress
Compagnons : Axem Red


Voir le profil de l'utilisateur


Un Seigneur du mal doit avoir de jolies rangs! Comment reconstruire l'univers si l'on a pas le charisme qui le permet?




Codes couleurs :

Trascer : --------
Khorne : --------
Nurgle : --------
Slaanesh : -------
Tzeentch : --------
Je déteste les méchants [pv Trascer]
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les chants de la forêt
» [Perso] BIONICLE : Préférez-vous les méchants, les gentils ou les neutres ?
» T-MOLDING ou Chants queue de sapin ...
» HRP la charte gentils/méchants... vos avis ?
» Classements des 20 plus grands méchants de jeux videos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum