Acte X1Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Bienvenue

 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Dancing with disaster ♪ [PV Gozen]
Galaxy a écrit :
Joueur
Ven 29 Aoû 2014 - 17:24

« Mh ... Regardez moi ce monde, et ces filles qui respirent la joie et la bonne humeur. Les gens sont toujours aussi accueillant par ici ? Dites, vous ne trouvez pas ça effrayant, à la longue ? J'veux dire, être heureux et faire la fête tous les jours, d'une telle manière ... Ahh, est-ce vraiment naturel ? L'atmosphère n'était pas si douce dans ma contrée d'origine, vous savez ... Il y a de quoi être étonné. »

« ... »

   Riku posait son verre à saké sur le comptoir, avant de faire part de son pourboire.

   Depuis combien de temps était-il arrivé ici. Voilà une excellente question qui méritait plus ou moins son attention. Les minutes défilaient, les heures s'écroulaient, ah ... En vain. Sa conscience maintenait son silence. C'est qu'il avait bien croisé une araignée géante entre deux rues, comme ça, sans qu'il ne comprenne réellement pourquoi et en quoi elle pouvait être là. Autant dire qu'il n'avait pas non plus de véritables souvenirs, à savoir si cette monstruosité n'était que bel et bien accompagnée. Dressée, et c'est probable. Mais par qui, par quoi, et bon Dieu, pourquoi ? Avait il vraiment aperçu la silhouette de son maître derrière l'une de ses huit pattes velues, derrière cette tête, ces mandibules, qui claquaient doucement l'une et l'autre, formant divers sons hasardeux ? Était-elle seulement accompagnée par son propriétaire ? ... Était-ce important de se poser la question ?
   C'est alors qu'un grognement retentit dans son esprit. Mademoiselle, était elle irritée par ses propos ? L'homme fit apparaître un large sourire sur son visage. Se levant de son tabouret, il s'empara son katana posé à terre, remontant son cache-œil, puis son foulard rouge, avant de se retourner, saluer le cuisiner, et s'en aller.

   D'une démarche lente et mesurée, le dandy parcourait les alentours du village, un air faussement tranquillisé maquillant sa face. Son œil rouge se baladait d'un individu à l'autre, analysant la silhouette de ces quelques jolies jeunes femmes avançant à quelques mètres devant lui. L'une d'entre elle était plutôt svelte et bien vêtue, celle de droite semblait plus ronde que le reste mais mignonne néanmoins, hmm ... "La troisième au milieu possède de jolies formes", pensait-il, un fin sourire aux lèvres, réveillant sa conscience qui vint faire acte de présence, brisant l'harmonie de sa pensée.


« Prends là. Ta phobie devrait t'y encourager. Et moi je t'y aiderais. Tu la tueras comme je l'imagine. Oh, est-ce cette bâtarde qui occupe encore tes songes ? Abruti. Bon à rien. Tu compenses son absence en occupant tes nuits avec d'autres. Pauvre con, ton rêve ne se réalisera jamais. Un jour tu comprendras qu'espérer est inutile. Pauvre petite âme en peine, tourmentée par tes remords, oh, j'aimerais, j'aimerais t'aider, mais toi tu ne le veux pas. Tu me rejette, tu me rejette, TU ME REJETTE ! »

   Gemini cessa d'avancer, tenant sa tête de sa main droite, cachant cet œil vert que son bandeau dissimulait déjà. Résistant à "ses" cris, il ne souffla pas le moindre mot. Serrant son poing gauche, il vint à grincer des dents. Doucement, difficilement, il s'en alla s'adosser contre le tronc d'un cerisier à proximité. Un beau cerisier en fleurs, que le vent agressait sournoisement, arrachant nombre de pétales à chacune de ses attaques. L'homme, lui, prit le temps de s'assoir, relâchant un soupir, exaspéré par sa situation. Il sentait une présence proche de lui, une aura inconnue et familière à la fois, une aura qu'il ne comprenait pas. Qui était-ce ? Qu'est ce qu'on lui voulait, encore ? Sa "bonne amie" murmurait des paroles, des paroles, encore et toujours, des paroles qui lui faisaient violence. Quelque chose, il fallait quelque chose, quelque chose pour le détendre ...

   Levant l’œil vers les branches de l'arbre fleuri, il retira sa main de son visage, laissant vagabonder celle-ci jusque dans sa poche, prenant son paquet de cigarettes, l'ouvrant, sortant l'une d'elles, qu'il porta à la bouche, l'allumant avec son briquet. Un nuage de fumée s'évada d'entre ses lèvres; Riku reprit son calme.

« Hey, l'inconnu ... On se connaît ? Tu traînes ce quelque chose d'étrange, autour de toi, quelque chose qui ne m'est pas étranger, quelque chose qui me semble ... familier. T'es qui ? »

Pièces Pièces : 11228
Nombre de messages : 31
Réplique/Citation : « C'mon darling ... ★ »
Date d'inscription : 14/04/2013

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Ven 29 Aoû 2014 - 18:48
Le village de Kamiki était un lieu paisible. Gozen l'appréciait particulièrement pour son environnement. Le village semblait en vérité être le seul endroit où Gozen n'agissait pas comme une pile électrique. Sûrement à cause des nombreux cerisiers en fleur, mais aussi à cause du souvenir de Sumaru et Amaterasu, où ils avaient passé de nombreuses heures ensemble sous le plus grand arbre du village, l'arbre gardien de Kamiki. Dans un bar à Saké, l'extra-terrestre buvait tranquillement, et surtout seul, en l'hommage de ses amis et la mémoire des proches disparus. Ce qu'il fallait faire lorsque l'on buvait du Saké, de toute façon. L'homme jeta quelques pièces à la commerçante et se leva d'un bond, se vivifiant de l'air pur autour de lui ainsi que des multiples odeurs (bien qu'il n'avait pas besoin de respirer). L'extra-terrestre avait entrepris de longer le village et de remonter la montagne pour arriver à l'autel du soleil pour repenser au passé.


- Où es-tu, Sumaru ? Murmura-t-il en regardant le ciel.


L'homme, comme inspiré par cette mélancolie, s'élança dans le village à toute hâte, ne se préoccupant pas des habitants, cultivant tranquillement dans leur champ ou préparant des boissons rafraîchissantes. Les enfants jouaient eux-mêmes en courant partout. L'un d'entre eux courait après un chien muni d'un foulard violet. Gozen continua son parcours et, arrivé à mi-chemin, ralentit le pas. Quelqu'un l'avait interpellé. Lorsque l'extra-terrestre se tourna, il n'eut qu'une pensée : celle d'apprécier la couleur de ses yeux. Souriant tendrement en écoutant la phrase de l'homme qui venait de l'aborder, l'extra-terrestre répondit en haussant les épaules :


- Va savoir. Je n'ai pas le souvenir de t'avoir tabassé, donc j'en conclus que tu n'es pas un ennemi que j'ai oublié. Sinon je ne traîne ici que mes guêtres. Par ennui et nostalgie. Peu importe ce qui tourne autour de moi, ce n'est rien qui doit te concerner, je suppose. Quand à mon nom, je n'ai pas l'habitude de le relever au premier qui se pointe. Désolé.


Gozen n'y prêta pas plus attention et continua de gravir le grand chemin menant à l'autel du soleil.
Pièces Pièces : 46517
Nombre de messages : 5727
Age : 24
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur









Spoiler:
 
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Galaxy a écrit :
Joueur
Ven 29 Aoû 2014 - 20:58

« Ohh, pauvre Ge-mi-ni~ Ce n'est pas la peine ... De continuer d'y croire ! ... Je suis sûre qu'elle est déjà morte, assassiné par l'une de ses conquètes. Oh ... Mais après tout, c'est bien ce qu'elle mérite, la pauvre ... Elle ne connaît que son prénom. Pitoyable. »

Tes prétentions n'auront aucun impact sur mes sentiments.

« Elle-n'est-PLUS-là ! Elle ne reviendra JAMAIS vers toi ! Parce qu'elle ne t'aime PAS ! »

Tes ordres n'ont aucun impact sur ma personne.

« Que de la gueule. Tu n'as plus aucun argument à revendre, quand le sang coule à flot, et que je t'offre ma puissance. Soumis ! Soumis ! Soumis ! »

Je crois qu'on s'est mal compris. Ta puissance m'est utile. Et c'que tu penses, clairement, j'en ai rien à battre. Ferme là, maintenant. Tu parles par jalousie, parce qu'elle est tout ce que mon coeur désire de plus fort. Tu es jalouse, parce qu'elle est unique. Tu lui donnes le mauvais rôle, parce qu'elle est le contraire de tout ce que tu penses. Et c'est elle, qui est pitoyable, dans l'histoire ? J'aime ton originalité, darlin'.

   Et Madame continuait de crier au scandale, lançant des jurons à tout va. Mais quelle importance.

   Riku enlevait calmement son bandeau, observant le paysage avec un oeil supplémentaire à sa vision. Il était aisé de se rendre à l'évidence que cette région avait absolument tous les atouts pour être qualifiée d'agréable. Oui, il y faisait bon vivre. Les habitants y vivaient en paix, en sérénité. Ah, Nine ... Nine n'était pas une cité si calme. L'agitation et le crime y régnaient en maître. La science était à la base de tous les fondements, de tous les fonctionnements de cette gigantesque ville voguant au grès du vent, flottant près des nuages. Si les choses étaient aussi belles qu'ici, peut-être qu'elle y serait restée, elle aussi ... "Je me demande ce que tu fais en ce moment ... Est-ce que tu penses à moi ? Le temps à effacé mon souvenir ?" - Ses yeux se posaient sur le sol couvert de pétales de fleurs. Il espérait, qu'elle ne l'oublie pas ...

   Il se mit à bailler doucement, l'air songeur, recrachant la fumée de sa cigarette, sans hausser le ton. Il soufflait, soupirait, laissait sa lassitude s'exprimer librement, écoutant les paroles de son "amante" mêlées à la réponse évasive de cette autre personne qui traînait des pieds nonchalamment. Autant dire qu'il ne l'écoutait que d'une oreille. Une oreille qui ne retint que son excuse en toute fin de phrase. "Désolé." L'homme vint à en sourire, fronçant les sourcils. Non, franchement, qui est-il. Son interrogation suscitait de vives réactions de la part de son amie la conscience, qui mélangeait habilement le drame et l'irritation dans chacun de ses mots, tous plus exagérés les uns que les autres. Quoi qu'il en soit, il ne le laisserait pas s'échapper si vite, si facilement.

   Prenant appui sur sa main droite, il se releva, avançant silencieusement dans son dos, sortant son arme de son fourreau. Techniquement, il ne voulait pas se battre, son état actuel ne lui permettrait pas. Officieusement, il pourrait l'affronter, et obtenir les réponses à ses questions. Car sa santé n'était pas son plus grand problème. Mais actuellement, il n'en éprouvait pas l'envie. Cependant, si ce type venait à s'en prendre à lui, il saurait s'en défendre.

« Yûko. Tu la connais, je sais que tu la connais. Je le sais, j'en suis persuadé. Maintenant t'es gentil, tu vas me dire la vérité, plutôt que de t'en aller. »

Pièces Pièces : 11228
Nombre de messages : 31
Réplique/Citation : « C'mon darling ... ★ »
Date d'inscription : 14/04/2013

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Région du Nippon

Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Lun 1 Sep 2014 - 1:01
A l'entente du prénom "Yûko", Gozen sourit et cessa de marcher. Combien d'homme à problème allait-elle lui ramener avant d'être satisfaite? Il ne s'attendait cependant pas à cette question. Son interlocuteur était-il capable de percevoir ses pensées ? Ou bien peut-être une potentielle aura tournant autour de lui comme il l'avait indiqué plus tôt de manière détournée. Gozen avait pourtant bien pris soin de camoufler sa force. En fait ... Elle était parfaitement camouflée. Ce qui était latent était celle de Yûko qui ne le quittait plus, comme le spectre d'une amante jalouse. Il se contenterait cependant de ce fait, si cela ne lui attirait pas autant d'ennuis au kilomètre carré.

Gozen soupira et marcha quelques mètres, souhaitant emprunter la route principale vers l'autel du soleil. Il n'ignora cependant pas le regard persistant de l'homme qui l'avait abordé. Un regard qui, finalement, le déplaisait quelque peu. Un regard comme de ceux vous infligeant une malédiction avec délectation. Ce genre là. Ouais. Il lui demanda la vérité "au lieu de t'en aller". Gozen s'arrêta une seconde fois, et d'une simple petite impulsion du talon, répondit à l'homme en affichant un grand sourire, la visière relevée par son index :



- Yûko ? C'est ma femme !
Pièces Pièces : 46517
Nombre de messages : 5727
Age : 24
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur









Spoiler:
 
Dancing with disaster ♪ [PV Gozen]
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Disaster Day Of Crisis
» Jonathan Gozen Staÿlis.[validé]
» Disaster : Day of crisis
» Disaster : Day of Crisis
» [FNO] - Riders of Disaster Motorcycle Club -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum