Acte X11Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Ultra-Contraintes
HorunaRAS00:00:00
Neo-ChampignonRAS00:00:00
Neo-TelliusUltra-Nuit Eternelle00:00:00
NipponRAS00:00:00
Sphère OcéaniqueRAS00:00:00
Bienvenue

 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Solitude partagé [PV : Yûko]
Elohith a écrit :
avatar
Chaos Universel
Ven 18 Avr 2014 - 0:51
L'immense portail venait enfin de s'ouvrir en plein milieu des plaines d'Hyrules. Le démon fit tout d'abord quelque pas assez difficile à réaliser pour ensuite avoir un accès facile sur tout ce qui l'entourait. En effet, traverser le warp, même pour un démon protégé par les Dieux restait néanmoins pénible et assez déroutant pour le simple déplacement entre les univers, et la différence d'atmosphère, de pression, d'oxygène mais aussi de gravité. Si bien que ça restait un vrais plaisir, bien qu'au début assez compliqué, de retourner sur le plan naturel des choses. En regardant un peu à droite et à gauche ce qui s'offrait à lui dans le royaume du Héros du temps, le Grand Destructeur remarquait que ce lieux était plutôt calme. Le soleil était en train de se coucher offrant alors au monde la terreur du crepuscule approchant. Pourtant, pour l'Indivisible, une tel chose était plutôt réconfortante, car en effet, il n'y avait rien de mieux que les ténèbres, il se sentait comme chez lui, protégé par les Dieux, et à ses côtés sa tendre et douce dans un sommeil particulier. Un arbre se tenait assez proche des deux personnes avec un destin lié. Le démon s'en approcha donc, déposa sa bien aimé délicatement afin qu'elle soit confortablement installé, et sourie calmement. Qu'elle était belle dans un si merveilleux sommeil, quoi que, en y réfléchissant, l'Impératrice du coeur de Trascer avait toujours un merveilleux charme, elle était éblouissante, merveilleuse et permettait au coeur du Démon de rebattre lentement au nom d'autre chose que la haine, la souffrance et la vengeance. Actuellement il battait pour la protection et l'amour.

Laissant la celle qu'il avait juré de protéger pendant un moment, il décida de faire un nouveau feu, un peu plus épais et chaud que celui du désert car le temps commençait à être execrable d'un point de vue vent. Il s'approcha ensuite de Yuko, utilisa la puissance du chaos pour faire apparaitre le nécessaire afin de la couvrire efficacement, pour la réchauffer et qu'elle soit tranquillement installer : A savoir couverture en plume, un oreiller en plume, et divers tissues chaud afin de la border et la recouvrir. Une fois la sécurité de la température corporelle de sa maitresse assuré, le Démon décida de faire quelque chose d'assez... Etrange pour une créature de son genre. Pourtant, il avait envie d'être quelque peu romantique, ou tout simplement gentil et de montrer les sentiments qu'il avait pour la charmante Demoiselle. Le grand Destructeur décida donc de se mettre à la recherche de quelques fleurs, il se fichait de la couleur, ses pouvoirs se chargeront du reste de toute façon. Trascer voulait juste des plantes naturelles et non invoqué car il savait que la puissance dégagé serait directement visible et il ne voulait pas trop savoir la réaction de celle qu'il devait protégé la dessus, un cadeau fait par le pouvoir du chaos, plutôt étrange. La voix de Khorne résonnait en se moquant du Guerrier, comme quoi c'était une tâche de mage, et de fillette. Tzeentch murmurait de transformer les fleurs en dragon. Nurgle et Slaanesh, eux, encourageait l'action du Démon, chose quelque peu étrange mais pourtant normal si l'on pouvait observer le faite qu'ils étaient que des voix caricatural des vrais Dieux morts depuis longtemps. La recherche des fleurs dura encore une trentaine de minute avant que l'Indivisible ne soit pleinement satisfait. En revenant prêt du feu, il étala toute les fleurs devant lui, les contempla une à une. En canalisant une partie des forces du chaos, la seul action qu'il fit fut de changer les couleurs, rendant une grande partie des fleurs rouges, blanche et mauves.

Une couronne. Voilà ce qu'il avait fait de toute ces fleurs. En faite, plus un diadème. Les pétales, les tiges et le reste avait été parfaitement et délicatement utilisé, modifié et mélangé pour faire une véritable beauté de la nature. Plutôt satisfait, il décida de le déposer délicatement sur la tête de son Impératrice avant de déposer un très très léger et délicat baiser sur le front de Yuko en espérant ne pas l'avoir réveiller. Il savait bien que sa vision avait été difficile et délicate, et il trouvera bien un moyen de réparer son erreur. Mais pour l'instant, il fallait qu'elle, elle se repose. Profitant de ce moment, et sachant pertinament que rien ne pourrait arriver au duo, le Démon décida lui aussi de s'accorder une légère pause. Même si il redoutait à chaque fois le moment où il devait rejoindre le monde de Morphée à cause de ces cauchemars, il n'avait pas fermé les yeux depuis facilement une semaine à planifier et combattre à droite et à gauche. S'allongeant péniblement sur l'herbe, retirant son heaume et son armure dans son intégralité, il ne restait à Trascer que ces vêtements basiques. Hélas, se rendant compte qu'une grande partie avaient pris la poussière, il décider aussi de retirer ses bottes, sa cape et sa veste. Il ne restait donc plus qu'une vieille chemise usé et un pantalon royale. Assez maigre pour se protéger du temps assez frais qu'il faisait, mais cela permettait d'accroitre la sensation de fatigue et qui sait, le protéger des mauvais rêves qui risquaient de s'annoncer à lui tel une malédiction? Avant de fermer les yeux il jeta un dernier regard à son Impératrice, souris, envoya un baiser imaginaire, et se rendormit paisiblement, songeant au faite qu'il avait de la chance d'avoir obtenu la rédemption, tout du moins, la première des rédemptions.

A peine endormis, le voilà déjà réveiller. Non pas dans les plaines, mais dans le monde des cauchemars. Voilà notre Seigneur dans une salle aux miroirs, dans chacun, lui et Yuko. Dans chacun, une immense tours. Dans chacun, les Héros et ses guerriers en proie à une intense lutte. Pourtant, il y avait pourtant bel et bien une chose qui changeait. Jamais la scène qui se déroulait n'était la même, mais à chaque fois elle se répétait. Une fois Trascer était gagnant, une fois il était perdant, une fois il y avait une sorte de match nul entre les gentils et gagnant et tout finissait par la destruction. Yuko était blessé, ou elle mourrait, ou elle sauvait Trascer, ou bien elle avait une forme particulière et se positionnait derrière lui. Parfois Trascer était dans sa forme démoniaque, ou humaine, sur un cheval, en armure, ou sans. Vivant, blesser, mort. Parfois le Leader des héros était Stip, ou Squall, ou Link, ou encore un inconnue. Parfois il vivait, ou il mourrait en emportant avec lui le grand ennemis, échouait totalement, fuyait. Les héros et méchants changeaint souvant, parfois un héros passait dans le camps opposé et inversement. Il y avait des centaines de miroires, et pourtant, mille façon de raconter une histoire. Et chaque histoire à elle même mille façon d'être finis, de commencer, et de se dérouler. Pourtant, dans aucune Trascer ne survivait en réalité, à chaque fois, il finissait par tomber malgré la victoire des méchants.


"Jamais tu ne verras ton futur se créer. Tu n'es qu'un pion, fait pour accomplir notre volontée, modifier cette univers! Et le reformer. Celle que tu protège n'est rien, nous sommes ceux que tu dois suivre, et en aucun cas cette... Yuko. Ecoute nous, et pas elle. Et peut-être que tu resteras en vie. Mais pour l'instant, si tu voue ta vie à ta ridicule rédemption, ni toi, ni elle, ni ton future ne verront le jours, et se seront les héros qui te vaincrons. Tu ne serviras plus à rien.... Tu ne seras plus rien tout cours."

Alors même que la voix des Dieux du Chaos s'achevèrent, tout les miroires se brisèrent dans un même mot d'ordre, réfletant le symbole des quatre. Mais aussi la mort de Yuko.

Réveil brutal. Hurlement du démon, douleur ardente, vision d'horreur. Sa peau était maintenant recouverte de plaie comme si du verre l'avait transpercé. Du sang noir coulait à grand flots et en grande quantité. Mais pourtant, hormis la douleur son regard se tourna directement vers sa seul préoccupation : Yuko. Allait-elle bien?
Pièces Pièces : 45889
Nombre de messages : 360
Age : 23
Localisation : Dans son tube de soin
Réplique/Citation : "Pardon?"
Date d'inscription : 26/05/2012

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Invité a écrit :
Mar 15 Juil 2014 - 16:26


Yûko s'était laissée emporter par un sommeil profond.

Son malaise suivant les évènements du désert l'avaient mise dans un état plutôt déplorable. Sa magie était épuisée, et ses forces l'avaient en tous points délaissée pour une durée indéterminée. Ses rêves quant à eux peignaient des tableaux sombres et si peu réjouissants, retraçant les évènements de la tour jusqu'aux paroles de Link, qui devait la considérer en tant qu'ennemie, pour son plus grand regret.
Venaient ensuite des paroles, des actes, diverses scènes, floues mais reconnaissables, décrivant sa présente situation, encore, et encore, et encore ... La belle s'agitait, puis retrouva le calme, s'agitait à nouveau. Son sommeil jusque là agréable se changea en sommeil agité, parsemé de cauchemars et de visions désagréables. Ceci pendant une fraction de minutes seulement. Un nouveau décor se posa dans son esprit. Le noir total, puis une puissante lumière, une énergie éblouissante mais pourtant si chaleureuse.
Les traits d'un visage inconnu se laissaient aisément deviner au beau milieu de tout cet éclairage; les traits d'une femme longiligne, élancée, élégante. Ses yeux étaient d'un bleu profond, teintés d'une légère touche d'or ... Ses yeux ... Ils étaient magnifiques ... Seulement qui était-elle ... ? Pourquoi apparaissait elle dans son rêve, pourquoi maintenant ... ?


«  Je t'en prie, Yûko. N'aie crainte, car je veille sur toi ... »

Qui êtes vous ... Qui êtes vous ... Dites le moi ...

« Je suis celle qui te guidera vers la vérité. Je suis ton avenir. Je suis ton passé. Je suis l'origine. Je suis celle qui porte la vie. Je suis celle que la science à sacrifiée.
Ne crains rien, Yûko. N'aie pas peur, car je veille sur toi. N'aie pas peur, car je serais toujours là pour t'éclairer des ténèbres qui t'entourent. N'aie crainte, car je te donnerais tout l'amour dont tu as besoin. »


Dis moi seulement qui tu es ... S'il te plait ...

« Je suis ... »

L'Impératrice s'éveilla en sursaut, s'emparant du doux coussin en plumes préparé par les soins de Trascer, dans une totale incompréhension. Son cœur battait à tout va, ses yeux, encore bicolores, virent seulement de reprendre leur couleur naturelle. Son regard aussi déboussolé qu'effrayé allait ça et là, cherchant le doux visage de cette femme jusque là apparue dans son rêve. Mais celle ci s'en était allée, et avait définitivement disparue, pour le moment. Elle serra le coussin, essayant tant bien que mal de calmer sa respiration effrénée. Son regard paniqué tomba droit sur l'Indivisible qu'elle n'avait pas entendu hurler. Sa bien aimée semblait bien se porter malgré sa soudaine crise d'angoisse, mais ce dernier était couvert d'une multitude de blessures. Et à elle seule sans magie elle ne saurait pas venir a bout de ses plaies. Sa peur vint être partagée par celle de l'Indivisible; qu'avait-il fait pendant qu'elle dormait ? Que s'était t-il passé ?
La jeune femme sortit de son cocon, sans remarquer le beau diadème en fleurs posé sur sa tête.

« Regarde moi, que t'es t-il arrivé ? Tu ne peux pas rester comme ça ... ! »

Ses deux mains posées sur les épaules du Grand Destructeur, elle puisa au fond de ses réserves, cherchant désespérément le moyen de lui procurer les premiers soins, mais la réalité vint vite la rattraper pour lui signaler que l’hémorragie ne pourra pas être stoppée ...

« N'aie crainte, Yûko ... Car je veille sur toi. »

Une aura surchargée de lumière sortit brusquement du corps mince de la demoiselle ayant lâchée prise. Sa chevelure mauve devint or, ses yeux rouges viraient au rose, rose et or. Une puissante énergie vint s'emparer d'elle. Et cette voix ... Cette voix était de nouveau là, dans son esprit, à l'encourager. Était-ce cette voix qui lui procurait autant de de magie ? Était-ce seulement la voix de cette femme qu'elle avait rencontrée dans son rêve ? Cette femme ... Inconnue, mais pourtant si familière ... Yûko ne comprenait pas ce sentiment. Mais elle était en elle, et lui ordonnait d'agir.
Ainsi elle soigna le démon sans hausser la voix, refermant la moindre de ses plaies, grandes et petites, toutes furent cicatrisées en un temps record. Puis ses longs cheveux d'or reprirent leur couleur originelle, et un immense silence reprit ses droits au beau milieu de la plaine. La jolie demoiselle ne savait plus quoi dire, et encore moins quoi faire.

« Explique moi ... Explique moi ce qu'il s'est passé, s'il te plait ... On verra pour moi après ... »

 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Elohith a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mar 22 Juil 2014 - 19:05


La demoiselle du Destructeur allait bien, ce dernier pût alors soupirer quelque peu en la voyant s'approcher assez rapidement de ce dernier pour essayer de le soigner. Une légère phrase sortie de la bouche de celle que Trascer considérait comme une impératrice à présent. Elle semblait inquiète, quelque peu affoler devant tout ceci, le questionnant sur ce qui c'était passé et prétextant qu'il ne pouvait en aucun cas rester comme ça, était-ce si moche à voir que ça? Difficile à dire, Trascer ne réfléchissait que très rarement de savoir si il était magnifique ou non, et il aimait conserver quelques cicatrices de bataille pour prouver son ancienneté de guerre. Mais pourtant oui, la douleur était belle et bien présente et donnait un mal de chien au démon. Loin d'être forcement insurmontable, le guerrier se sentait las, mais de quoi? D'une éternité d'affrontement et de blessure? Une éternité de trahison, de guerre, de sacrifice? Alors que les yeux du Grand Destructeur ce posèrent enfin sur Yuko pour lui répondre, cette dernière venait tout juste de se métamorphoser.

Ces cheveux, ces yeux et même l'aura quelle dégageait. Cela était tout d'abord un choc suivit d'une légère interrogation pour le démon qui ne suivait plus très bien ce qu'il se tramait dans le corps de la jeune femme. Mais de quel droit pouvait-il juger la personne qui lui était le plus chère au monde alors que lui même possédait dans son organisme la puissance des quatre Dieux du Chaos qui le transformait tout les quatre matin voir plus lors des affrontements? L'indivisible préféra ne rien dire, baissant légèrement la tête devant l'aura magnifiquement superbe et lumineuse de la jeune femme s'opposant avec force à celle sombre composé de noir, de mauve et de rouge du démon. Alors qu'une nouvelle fois les mains de la jeune femme touchait le démon de manière délicate et avec habilité, cette fois une intense source de chaleur vint s'engouffrer dans les plaies. Rentrant dans le sang, parcourant le corps. Une douce et pure énergie enivrante qui laissa le démon immobile un long moment de plaisir et de douceur. La chaleur et la beauté de la mort, couplé à celle de la vie? Ou celle seulement de ce savoir en vie, soigné par celle que l'on aime en sentant pour la première fois depuis des millénaires... Son coeur battre?

Alors que son regard sur le monde se rétablit une nouvelle fois par ces deux yeux mauves, il tourna son regard dans un premier temps là où se trouvait ces anciennes blessures. Toute guérit, sans aucune cicatrice. Ce trouvait seulement quelques tâches de sang séché, des gouttes s'égouttant encore, et ces habits détruit. Léger amusement que de penser au faite qu'il fallait encore falloir changer de tenu. Comme si à chaque fois que le démon se déplaçait il devait se changer. Pourtant, la contemplation fut soudainement arrêté par la voix de sa protégé, cette dernière voulait à tout pris des explications sur le pourquoi du comment sans nul doute. Le visage du démon quant à lui se releva pour fixer ensuite son regard sur la jeune demoiselle, avec toute la délicatesse qu'un démon ayant affronté la mort tant de fois et ayant tant de combat à son palmarès le peu. La jeune femme était redevenu pareille, comment lui était donc venu d'un coup une telle force? Une telle aura? Une telle... modification? Secouant une première fois la tête, soupirant avec force, le démon reposa son regard sur la jeune femme avant de prendre avec une voix un peu cassé :


"Et bien.... Je ne sais pas réellement si je puis te dire ce qui c'est passé... Car moi même je ne suis pas réellement sûr de savoir la fin mots de l'affaire. Je rêvais. Enfin, je l'imagine. J'étais dans une immense salle de miroir avec tout les futures possibles lors... Du grand final qui verra probablement le monde se reformer comme je le souhaites. Dans une douce et merveilleuse harmonie ou les gens comme moi n'ont pas leur place. Ou le cœur ne pourra plus être brisé et..."

Se rendant comte du ridicule qui commençait à apparaitre dans son monologue, le démon préféra toussoter légèrement avant de reprendre sur une autre piste.

"Et j'ai vue qu'aucun de mes futures ne me laissait la vie. Mille possibilités offrant mille fins différentes offrant cent mille morts. Et alors qu'un à un les visions se finissaient, quatre grandes voix m'infligeait le pire supplice mental, le choix de la vie en esclave ou de la mort en être libre. Puis vint l'explosion de chaque verre, s'acharnant sur ma chaire. Que puis-je dire de plus? Hm, j'ai sans aucun doute fait un bon nombre d'erreur dans ma vie, sans nul doute."

Encore un soupire plus venant d'une certaine dose de tristesse qu'un réel raz le bol du geste. Baissant la tête dans un premier temps le démon laissait présager une sorte de méditation. En effet, il décida de ne penser à rien pendant deux longues minutes avant de relever la tête vers Yuko.

"Mais vous, ma Dame, allez vous mieux? Votre santé m'est plus importante que ma propre vie."

Le choix, était fait, et le restera sans nul doute à jamais pour le démon. L'heure était à la rédemption, et non à la corruption. Il protégerait Yuko, coute que coute.
Pièces Pièces : 45889
Nombre de messages : 360
Age : 23
Localisation : Dans son tube de soin
Réplique/Citation : "Pardon?"
Date d'inscription : 26/05/2012

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Invité a écrit :
Ven 1 Aoû 2014 - 16:32

Un rêve ... Lui aussi avait rêvé de quelque chose ? Yûko laissa échapper un petit soupir, baissant lentement la tête. Tous deux avaient eu le sommeil agité, la jeune femme se sentait un peu moins seule en apprenant cette nouvelle. Le démon décrivait le décor. Une salle remplie de miroirs, tous peignant des tableaux décrivant différents futurs, différentes possibilités, s'achevant toutes de manière tragique, tirant un trait sur la vie de l'Indivisible.
Celui-ci n'avait, concrètement, pas d'autres choix que de périr. Elle l'écoutait attentivement, en silence. Il pensait avoir le choix entre avoir la vie sauve en tant qu'esclave, ou de mourir, en être libre. Être au service des dieux du Chaos ou simplement s'abandonner au destin qui semblait lui être voué. Tirer un trait sur sa vie, libéré de ses peines, au près de celle qui fait doucement battre son cœur. L'Impératrice serra les poings. Sa précédente métamorphose l'avait laissée prédire un discours similaire ...

Trascer ... Trascer devrait mourir par sa faute ? Pour l'avoir sorti des ténèbres ? Elle était ... L'unique responsable ? La jeune femme ne savait plus quoi lui dire, ni par ou commencer. Ses paroles la prirent d'angoisse. Les Dieux devaient lui monter la tête, les Dieux devaient lui mentir. Il ne mourra pas tant qu'elle sera là pour lui. Elle s'était jurée de veiller sur lui, comme lui sait si bien le faire.

Si Link voulait en finir avec lui, il lui faudrait l'affronter d'abord. Il faudrait lui passer sur le corps. La mettre hors d'état de nuire. La réduire au silence. Elle serait prête à donner sa vie, pour celui qu'elle a sauvé. Mais Yûko ne lui voulait aucun mal en réalité ... Simplement, l'Hylien ne voyait pas les choses de cette manière pourtant. Celui-là même n'avait pas l'air d'y comprendre grand chose tout court.
"Les amis de ses ennemis sont aussi ses ennemis". C'était ça, son principe ? ... Un "principe". Quel mot. La demoiselle serrait les dents.

Elle ne le dira jamais assez, bien que cet elfe ne le comprendra jamais, sans doute. Sa philosophie est erronée. Fausse. Complètement fausse. Il n'y a ni bon, ni mauvais. Juste des êtres parmi tous les autres, possédant chacun des objectifs, des convictions différentes, propres à chacun. Était-ce si ... dur, de le comprendre, de le concevoir ?

La chimère se posait la question, relevant les yeux pour observer le Grand Destructeur. Elle sentait une profonde tristesse au travers de son regard. Elle faisait preuve de compassion, elle voulait le rassurer et lui dire que, oui, tout irait bien. "Tu seras sain et sauf". "Sois en paix avec toi même".

Ce dernier lui demanda si elle allait mieux, ajoutant que sa santé avait bien plus d'importance que sa propre vie ... Yûko s'efforça de lui répondre, d'une petite voix :

« J'ai rêvé d'une femme, baignée dans un décor empli de lumière, d'une atmosphère paisible, tellement apaisante. Elle était si belle ... Le teint blanc comme la neige, des yeux d'un bleu aussi profond que l'océan, teintés d'or. Ses cheveux étaient longs, très longs, décorés de bijoux dorés ... Et son cou était couverts de parures, de colliers de perles ... Elle était grande, imposante, mais belle, très belle. J'avais l'étrange impression de la connaître, de faire comme partie de sa famille, puis, sans me poser de questions, elle m'a dit ...

"N'aie crainte, je veille sur toi." »
La bien aimée du démon fit une pause, posant son regard sur la couronne de fleurs tombée à terre. Puis, doucement, elle continua :

« Je me suis réveillée avant qu'elle ne dévoile son identité. Mais tout à l'heure encore, avant que je ne m'occupe de tes blessures, je sentais sa présence m'entourer, me couvrir, me protéger comme un immense bouclier. J'ai eue l'impression ... d'être ... »

Yûko baissa la tête. Son regard vint à s'assombrir. Une certaine amertume se fit ressentir dans le grain de sa voix.

« J'ai eue l'impression ... d'être protégée ... Protégée par ma mère ...
Mais est ce seulement ça, d'être protégée par celle qui nous a mis au monde ... ? Je n'en suis pas bien sûre ... »
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Elohith a écrit :
avatar
Chaos Universel
Mer 6 Aoû 2014 - 5:50
Alors que le regard de l'impératrice se leva enfin après une longue période d'intense réflexion, le démon pût rapidement remarquer que dans ce dernier se glissait la compassion. Compassion de quoi? De voir ainsi l'Indivisible autant affaiblit par sa propre idiotie, des songes le hantants aussi violemment dans lequel se querelle encore une fois de plus tout les dieux du chaos a son sujet? De la compassion qui au première abord pour un puissant guerrier d'une telle ampleur aurait sans aucun doute pût de relever fortement insultant, rabaissant voir même un affront pour son ego personnel? Mais pourtant et en y songeant bien, c'était par cette élan de générosité soudainement offert par Yuko que le Seigneur de la Destruction compris encore une fois pourquoi il avait décider de la suivre et de la protéger. Compris encore une fois pourquoi il avait décider d'aimer une demoiselle aussi sublime et magnifique qui pouvait a elle seul lui faire ouvrir les yeux et le faire comprendre que ce monde pouvait changer, être libérer de la corruption et même sans aucun doute pouvoir devenir parfais. Qu'en fin de compte... Lui même pouvait sans aucun doute espérer ce libérer et guérir de toute ces blessures intérieurs, de toute ces terreurs personnels pour enfin ouvrir son cœur a jamais et vivre libre dans le bonheur comme il le faisait il y a un milliard d'année et non plus dans la corruption et le tourment du chaos comme il y a peu...

Et de même, comme des paroles peuvent souvent faire s'effondre les empires comme le temps, et les gestes pouvant aussi bien décrire et exprimer que les mots, un regard peu lui aussi définir et raconter de puissantes histoires. Car en effet le Seigneur du chaos universel pouvait aisément remarquer que, quoi qu'il devait arriver, quoi qu'il pouvait arriver, la jeune impératrice sera la pour le protéger et l'aider si jamais le démon venait a flancher et risquait d'être réellement terrasser et voir ainsi ces idéaux et son rêve se détruire. Un élan d'émotion le traversa si bien qu'il faillit enlacer la jeune demoiselle avec la fougue de l'amour, mais il dût pourtant bien se retenir car cette dernière commencer a parler de son rêves. La jeune demoiselle décida donc de parler d'une incarnation d'une demoiselle qui pour elle semblait en tout point magnifique et donnait de par ces descriptions une idée d'un rêve éblouissant d'une femme qui n'en méritait pas moins autant d'éloge de par la beauté qui transparaissait de par l'image qui lui était donner de par la charmante Yuko.  Ainsi elle voyait la femme dans une atmosphère tout ce qu'il y avait de plus paisible, de plus lumineux et ce qui semblait comme merveilleux? Le faîte d'être plonger dans une bonne dose de lumière ne pouvait sans aucun doute qu'aider a donner une description épique. Si il fallait faire une liste des principales caractéristiques donnée par la jeune fille ce serait le faîte que la dame était  blanche de peau comme la neige, avec des yeux d'un bleu aussi profond que l'océan même, teintés d'or. En continuant encore on pouvait apprendre que ses cheveux étaient longs, très longs, décorés de bijoux dorés. Hors du physique et la touchant plus l'apparat la jeune fille décrivit que le cou de l'inconnue était couverts de parures, de colliers de perles. Puis la description physique revint, afin d'annoncer qu'elle, la femme mystère du rêve de Yuko était grande, imposante, et le mots revenant mainte fois... Belle. L'impératrice parla d'abord comme d'un possible lien de parenté en expliquant le faîte qu'elle se sentait protéger comme par un membre de sa famille. Confirmé par les derniers mots avant le moment de pause ou l'inconnue exprimait son envie de protéger la délicate et charmante bien aimée du Destructeur.

Durant sa pause la demoiselle observa la couronne de fleur, détail qui n'échappa en aucune manière au guerrier qui se sentit d'un coup un peu honteux et attristé d'une part que cette douce couronne ne soit pas sur le visage de la personne qu'il aimait, et d'autre part de ne pouvoir aider sa charmante compagne au sujet de ce rêve. Puis Yuko reprit, s'assombrissant de plus en plus a mesure qu'elle parlait au sujet d'être protéger et d'être soutenu de par ce qu'elle pensait être celle qui l'avait mis au monde, a savoir sa propre mère. Révélation fort étonnante mais aussi a la foi particulièrement troublante quand on devait y penser.  Si bien que le démon préféra dans un premier lieux laisser le silence s'installer entre lui et la délicate impératrice qui semblait en proie a l'hésitation et la tristesse. Ne sachant pas tout d'abord quoi dire ni quoi faire, le démon toussota, saisit la couronne de fleur a terre qui avait subit des dégâts avant de la réparer par quelques charmes. Regardant droit dans les yeux la charmante demoiselle, il lui fit d'abord le sourire le plus apaisant qu'il pouvait faire avant de poser une main qu'il glissa sur la joue de la jeune fille dans un but rassurant et protecteur pour ensuite poser la couronne de fleur sur le sommet du crâne de la jeune fille. Pour ensuite poser une mains de chaque côtés du menton de la fille pour apposé un délicat baisé sur le front de la femme que Trascer aimait plus que tout.


"Ma bien aimée, ô ma mie a qui j'ai juré vie, fidélité et protection. Je me sens incapable de vous aider sur une tel voix par ma simple expérience ou simplement en vous éclaircissant sur un chemin ou un passé que je ne connais pas et n'ai jamais connue. Pour ma part, et même si j'ai un puissant souvenir de ma famille, cette dernière est morte dans son intégralité a deux moments de mon histoire et cela pour une guerre dont je me rend compte ne valait rien quand on y pensait, guerre que j'ai mené et échoué contre Stip a tant de reprise. Mais si une chose doit être sur, Yuko, que cette mère protectrice qui a décidé de te venir en aide songe a te protection, je ne peu qu'espérer que tu découvriras ô combien rapidement la vérité la dessous. Mais a défaut de faire mieux sache que je t'ai juré de t'aider et de t'accompagner aussi et que, si jamais tu as besoin d'aide a quoi que ce soit, ma force, ma magie et les dieux du chaos sont a ta disposition, de même que tout mon amour... Ma bien aimée."

Finissant sa phrase, le démon se releva précipitamment après bien entendu avoir lâcher Yuko pour ne pas la brusquer. Se tournant tout d'abord vers la lune et utilisant sa magie, le démon vit illuminer le champs ou les deux protagonistes de certes histoires se trouvaient dans un éblouissement merveilleux de couleurs nocturne alimenter par les étoiles. De même, la couronne de fleur du démon reposant sur la tête de Yuko se mît a fleurir délicatement. Dans une pirouette acrobatique le démon de retourna de nouveau alimenter d'un large sourire aussi plaisant que le permettait un démon avant de donner sa main a la jeune Yuko, pour la lever et ensuite la tirer contre ces bras. Pour pouvoir ensuite enlasser délicatement la jeune demoiselle dans ces bras, musclé par la guerre, la haine et les blessures. Pour qu'il puisse de nouveau murmurer quelque chose a la jeune demoiselle.

"Sachez ma bien aimée que je vous ai jurer protection et allégeance. Moi, seigneur démoniaque Trascer, détenteur du chaos universelle et possesseur d'encore mille titre. J'ai juré de tout abandonner pour vous, mon amour. C'est pour nous que j'ai envie de construire ce nouveau monde, ce nouveau monde de perfection et de bonheur ou nul de pourra être tromper, ou tout sera plus simple et personne ne sera abandonner. Ou ce questionner sur des choses douloureuses ou laissant place a la tristesse n'existeront plus. Je veux vous offrir cette avenir, a mes côtés. Je veux vous voir vivre et survivre a tout les maux de cette planète. Je vous veux vous, avec moi et a jamais, ma bien aimée pour l'éternité, si les dieux le veulent et si ma destiné me le permettra. Car vous avez été celle qui a fait rebattre mon cœur de Pierre bloqué et fermer a ce que je pensais être "jamais". Vous m'avez offert un futur et je souhaites vous récompenser en vous en donnant un aussi ou nous pourrions vivre tout les deux, heureux. Ma bien aimée. Je vous aime, et vous êtes tout pour moi, je souhaites vous garder jalousement pour moi afin de vous chérir et de vivre en paix et en harmonie avec vous. Je souhaites vous protéger de tout les mots, et de vous savoir prête a m'épauler si il le faut. Car je sais qu'avec vous, jamais je ne serais trahis, et je pourrais toujours compter sur vous. Jamais la vie ne m'a fait plus beau cadeau que vous. Vous êtes tout pour moi, et comme je ne me répéterais jamais assez, je peu, pour vous ressortir un mot et une sensation que je n'avais pas ressenti depuis des millions d'années... Je vous aime, mon impératrice."

Et sur ces derniers mots, le démon ferma les yeux, s'approchant délicatement du visage de la jeune fille. Cette dernière allait elle accepter la marque et la preuve d'amour du démon?
Pièces Pièces : 45889
Nombre de messages : 360
Age : 23
Localisation : Dans son tube de soin
Réplique/Citation : "Pardon?"
Date d'inscription : 26/05/2012

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Ceinture primordiale
 :: Horuna

Contenu sponsorisé a écrit :
Solitude partagé [PV : Yûko]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum