Acte X1Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Bienvenue

 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
-Aëssa. [Validée]
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 10:21
Si mon nom est pour vous synonyme d'identité, je m'appelle Aëssa.



Nom/Surnom du Personnage : Elle s'est donné le nom Aëssa, surnommée parfois le corbeau. Mais son véritable prénom est Sarah.

Groupe : Custom

Camp : Neutre

Double Compte (si oui) :
Nop ♪

Description du Physique (6 lignes minimum) :

« Il faut paraître à défaut d’être. »

La pluie tombe doucement sur la ville, et elle rit, Aëssa.
Elle court dans les flaques et elle s’arrête, contemple le ciel de ses yeux lumineux. Ses prunelles saphir sont doucement cachée par les paupières rosées de la demoiselle et elle danse, danse dans les flaques, sans se préoccuper de l’eau fraiche qui ruisselle sur ses jambes, qui alourdit la jupe noire courte qu’elle porte et emplit ses ballerines sombres. Et elle rit, et elle danse, Aëssa, sans se préoccuper des passants qui la regardent, étonnés, se demandant si la frêle jeune fille a perdu la raison. Peut-être que oui, ou alors non, tout dépends de leur point de vue à eux. Mais elle n’est pas folle, Aëssa, peut-être singulière, dans son attitude en tout cas. Et elle rit, son maquillage léger coulant le long de ses yeux comme deux larmes noires, elle rit comme une enfant insouciante, comme si rien ne pouvait assombrir son beau ciel d’orage.

Le soleil caresse tendrement l’herbe verte, et elle chante, Aëssa.
Un sifflement aigu, le sifflement d’un oiseau puis une voix rauque et profonde qui sort des douces lèvres de l’intrigante. Sa voix ne va pas avec son apparence mais elle ne s’en soucie guère, n’en fait pas un complexe et en rit. Et elle chante, Aëssa, chante le ciel azur et l’été, fait déraper sa voix, imparfaite, cassée par moment. Ses joues ayant perdu les rondeurs de l’enfance sont rosées par l’astre de lumière, et elle étend ses bras fin, comme pour enlacer les nuages. Puis elle tombe en arrière en riant, roule sur elle-même, sans penser un seul instant à salir le pull usé noir et blanc qu’elle porte, aux lignes brisées de laine, qui moule son torse maigre et sa poitrine marquée. Elle n’est pas grande, mais elle se sent immense face à ce vaste univers bleuté.  Et elle lève les mains vers l’infini, ses doigts aux ongles rongés tendus comme s’ils voulaient saisir un instant de bonheur.

La nuit enlace amoureusement l’horizon, et elle soupire, Aëssa.
Ses cheveux de jais, ondulés et légèrement bouclés tombent sur ses épaules, comme une cascade obscure. La mèche cachant la moitié de ses traits ondule au rythme de sa respiration, et elle soupire, Aëssa, regarde le miroir de ses yeux mélancoliques. Derrière, une petite forme, qu’elle enlace, comme une peluche étrange. Puis l’étrange animal se retire derrière les toiles peintes de la main gauche de la demoiselle, parfois déchirées, et la mélancolique retire son pull, tournant le dos au miroir, le laissant regarder les deux ailes noires tatouées dans son dos, repliées sur elles-mêmes, comme si elles attendaient le bon moment pour s’envoler.

Les amants fuient aux lueurs de l’aube, et la jeune fille se lève, ouvre l’armoire qui encombre le petit appartement. A l’intérieur, des tenues noires, ou blanches, des robes courtes et longues, des habits d’homme, toujours de ces deux couleurs. Elle passe une main dans la mèche ébène et la soulève, dévoilant la ligne rouge qui épouse le contour du sourcil gauche, s’enroule dans le lobe de l’oreille et descend derrière sa nuque, s’éparpillant dans les ailes tatouées pour colorer certaines plumes d’écarlate. Aëssa met une chemise sombre, qui cache les lignes tortueuses de ses poignets, celles que l’on confond souvent avec des veines rouges sur ses paumes.
Et elle recoiffe sa mèche, met une jupe et un manteau, pour repartir jouer son beau rôle d’innocente enfantine, un revolver clair à sa hanche, son charmant sourire fixé sur les lèvres.


Description du Caractère (6 lignes minimum) :

« Notre corps est une poupée et notre esprit le marionnettiste ; quant à nous, nous sommes un complexe mélange de ces deux entités. »

Regarde le précipice qui se trouve devant toi et saute. Comment ? Tu ne veux pas ? Alors je te conseille de passer ton chemin, car tenter de découvrir cette jeune femme aux airs de colombe, c’est un peu comme sauter dans l’abysse : on tombe sans s’arrêter, perds ses repères, et une fois atterri, on s’y perd. Comme tu risquerais de te perdre dans ses yeux lumineux, doux mensonge.

Elle est noire, comme le corbeau devenu son surnom. Mélancolique, comme si sa vie avait commencé de façon tragique, elle soupire, Aëssa, lorsqu’elle est seule elle se laisse porter par ses émotions et réfléchi, et continue à soupirer, comme si chacune de ses réflexions était un coup de poignard porté au cœur. Cependant, elle ne pleure jamais, ou alors refoule ses larmes, comme pour protéger l’image forte qu’elle a d’elle-même.
Elle ment aisément, d’un ton parfaitement contrôlé et assuré, joue sans cesse la comédie pour sembler heureuse et enjouée. Elle joue son rôle à la perfection, mais pour combien de temps encore ?
C’est une personne qui peut se montrer aussi froide que sympathique. Peut-être est-ce là sa véritable personnalité. Aëssa a un regard qui peut vous faire comprendre, en une fraction de seconde, qu’elle vous méprise et ne vous accorde absolument aucune importance. Lorsque l’innocente enfant laisse place à cette Aëssa-là, il arrive souvent à ses interlocuteurs de se sentir mal à l’aise. De se dire qu’une expression si indifférente n’a pas sa place sur ce visage constamment émerveillé.

Elle est blanche, éclat de lumière dans l’abîme. Bien qu’elle joue la comédie, il y a toujours quelque chose de vrai dans ses attitudes ; cet émerveillement, cet amour de la vie n’est pas mensonge, c’est un fil lumineux dans l’esprit de la demoiselle. Lorsqu’elle étend les bras, c’est pour saisir un éclat de la vie, l’envelopper et le garder à jamais. Elle a quelque chose de fort au fond d’elle-même, une rage, rage de vivre, comme un oiseau à une rage de voler, voler, voler. Voler sans songer à tomber.
Elle a une arme mais la violence n’est pas son passe-temps favori ; elle préfère davantage discuter que dégainer, ne pas se salir les mains et comprendre ses interlocuteurs, au risque de les comprendre, et de les aimer.
Aëssa aime. Elle n’est pas inhumaine, sans pitié, remords et valeurs. C’est une jeune femme aimante, qui s’attache à la beauté d’un paysage comme à un animal, à un humain. Elle ne hait pas, s’accroche toujours à cette philosophie qu’elle a, garde précieusement, comme une partie d’elle-même. Aëssa se dira, coûte que coûte, jusqu’à sa dernière heure, qu’il n’y a ni bien ni mal, juste des personnes avec des positions et convictions différentes.


Histoire (10 lignes minimum) :

« Une histoire, c'est comme des cicatrices : c'est personnel. »


L’histoire que je vais vous raconter n’est ni dramatique, ni sympathique ; c’est une histoire peu commune mais pas extraordinaire, une histoire triste parmi les autres, une histoire complexe aux acteurs différents les uns des autres.

Tout commença dans une famille comme les autres : un père, une mère, une petite fille et un nourrisson. Une famille simple et sans problème, un peu plus riche que la moyenne, seulement. Elle vivait dans une maison que certains qualifieront de grande, une demeure peut-être. C’était un groupe joyeux, aux belles robes de soie brodée et aux costumes parfaitement coupés. La mère était belle et avait de longs cheveux fins, des fils d’or bouclés, et de beaux yeux d’un bleu azur. Le père était beau, brun et ses yeux étaient d’un vert captivant. Leur première enfant était belle, elle aussi, ressemblant à sa mère, elle avait les yeux du père. Quant au nourrisson, on ne savait pas à quoi il allait ressembler, mais il y avait toutes les chances qu’il soit beau, lui aussi. Lui était marchand, mais ne s’absentait que quelques semaines dans l’année, laissant ses hommes de confiances se charger des transactions ; Elle ne travaillait pas, mais elle avait une confortable dot et une famille riche qui avait tout pour subvenir aux besoins financiers de son ménage s’il venait à avoir un malheur. C’était l’archétype même d’une famille parfaite. On peut même affirmer que c’était une famille parfaite : belle, riche, pieuse et heureuse, surtout.

La grande sœur, encore une petite fille blonde comme les blés et innocente à cette époque-là, était également une enfant d’une curiosité sans pareille, et débordait littéralement d’amour pour tout son entourage. Elle avait un sourire pour tous, une caresse, une cajolerie pour chacun. Et par-dessus tout, elle adorait sa petite sœur, l’adorable bébé qu’elle aimait à bercer ou à faire rire, sous le regard attendri de ses parents.
Parce que tout change et tout commence un jour comme les autres, le tournant de l’histoire n’échappa pas à la règle.
Une lumière claire baignait la pièce dans laquelle le berceau aux draps brodé était posé. A l’intérieur, l’enfant devinait qu’il s’y trouvait sa sœur. Elle regarda le beau ciel sans nuage de cette matinée et, pour être la première à souhaiter son anniversaire à sa sœur, elle courut en appelant :
« Sarah ! »
Elle arriva vers le lit et s’appuya dessus, peut-être un peu trop brusquement, ou peut-être était-ce le meuble qui était abîmé ; personne ne le su jamais. En revanche, ce qui peut être affirmé, c’est que l’enfant bascula avec son support et tomba lourdement au sol, trop jeune pour atténuer la chute. Il n’y eu pas d’autres cris que ceux de sa sœur, affolée, pleurant en appelant ses parents pour l’aider. Dans ses bras, le nourrisson sonné ne faisait aucun bruit, se contentait de la regarder calmement. A moins qu’il ne regardait dans sa direction sans lui porter une quelconque attention.

Et le temps passe, doucement, parfois trop vite, efface certaines choses, êtres, erreurs, les deux à la fois. Mais il y a des choses que le temps ne peut effacer. Comme cette seconde fatale où l’enfant ne poussa plus aucun cri, et cela pour de nombreuses années.
C’était une nourrice, une brave femme, ronde et causante, aux cheveux coupés courts et aux yeux chaleureux qui s’occupait de Sarah. La petite était toujours silencieuse, sauvage et évitait la compagnie de tout le monde, sauf celle de la femme qui restait avec elle tous les jours. Sa sœur, devenue grande et non moins belle l’épiait chaque jour, s’assurant de son bonheur, de son confort, insistait pour rester le plus souvent possible à la lumière du soleil, parce que c’était là que Sarah se trouvait. Et bien que l’enfant muette remarque toujours sa présence, elle ne disait rien et ne s’en allait pas, sans pour autant la regarder.
C’est au fil des années qu’une complicité ambigüe se mis en place entre les deux sœurs. Elles ne se parlaient pas avec les mots, ni avec le regard, mais seulement par la présence et par leur proximité. Souvent, Sarah recevait un sourire chaleureux, aimant, protecteur de la part de sa sœur. Elle avait peine à le lui rendre, mais essayait, et faisait l’effort d’en esquisser un. Peut-être parce qu’elle avait compris que cette jeune femme était liée à elle par un lien indestructible. Et, chaque jour, silencieusement, Sarah apprenait à aimer le monde qui l’entourait, aimer ces adultes dont les yeux devenaient si mélancoliques lorsqu’ils se posaient sur elle et aimer l’unique personne qui lui montrait la beauté de cette vie.
Puis sa sœur se maria et elle du partir. Sans rien dire, parce que les mots semblaient si superflus quand elle était avec sa petite sœur, elle lui montra l’anneau au doigt, et Sarah comprit, et elle hocha la tête en lui souriant, heureuse pour elle. Alors la jeune femme lui donna une de ses anciennes peluches d’enfance et partit. Alors la gamine serra la forme étrange contre elle et ne s’en sépara plus jamais.

La mariée revînt souvent la voir, l’invitant chez elle, et Sarah venait rejoindre cette personne tendre au cœur généreux. Souvent, elles étaient seules, le mari préférant une partie de chasse aux rires gras plutôt qu’une longue conversation muette.
Un jour, la belle montra un oiseau, un pinson à la petite fille, se penchant à la fenêtre pour tenter de l’attraper. Le tissu long de sa robe la fit déraper et elle tomba. Une existence s’achève souvent avec une brièveté cruelle.
Et au bord de la fenêtre, au bord des larmes, au bord du gouffre, les larmes se confondant dans ses boucles sombres, Sarah pleura, en appelant, dans ses premiers mots douloureux et hésitants, hurlant, implorant :
« AËSSA ! »

Le monde se brisait et il lui semblait sombrer dans un abîme sans fond ; Sarah hurlait à pleins poumons, comme un enfant venant de naître, pleurant. Il n’y avait aucune dignité dans cette façon qu’elle avait de se lamenter, de tomber et rester à terre, ses larmes trempant les planches, mais quelle importance ?
Elle resta de longues heures comme cela, prostrée, détruite, incapable de bouger et de penser. Lorsque le veuf la découvrit, il trouva une enfant qui semblait folle, répétant sans cesse Aëssa, se tenant la tête à deux mains, le regard fixé devant elle.

Le jour de ses seize ans, Sarah déclara qu’elle voulait partir et changer de vie. On la laissa faire, parce que rien ne pouvait forcer à rester l’adolescente aux cheveux sombres, qui disait ne pas pouvoir trouver qui elle était si elle restait entravée dans cette cage dorée.


Les premières lueurs de l’aube éclairent la petite pièce mansardée. Sur le matelas occupant la majorité de ce petit espace, un homme ouvre doucement les yeux, se redresse et regarde en silence son amante fermer un sac en toile. Un sourire triste apparaît sur ses lèvres. Il savait que ça arriverait, sans rien y pouvoir.
« Tu t’en vas ? »
La jeune femme se retourna en souriant doucement, ses yeux bleus brillant d’une lueur qu’il n’avait encore jamais aperçue.
« Oui… » Elle marqua une pause et posa le sac au sol « …Tu t’en doutais n’est-ce pas ? »
S’asseyant à ses côtés, il posa une main sur son dos, où se trouvait le tatouage qu’elle lui avait autrefois demandé de tracer, le jour où il était tombé sous le charme. Il avait dès le premier instant su que sa belle était un oiseau que l’on ne pouvait pas garder indéfiniment.
« Fais comme bon te semble… mais promet-moi de ne jamais te laisser faire… même si je sais que tu détestes les conflits. Mais promet-moi. Je sais que les mots n’ont pas de valeur pour toi, mais formule-le au moins dans ton esprit. D’accord, Aëssa ? »
Il lui glissa un objet froid et dur dans les mains. En le regardant, elle eut un soupir triste et enfouit son visage dans son cou.
« Tu me connais tellement bien… »
Il sourit. Elle passa ses doigts sur son visage.
« Et si peu à la fois. »
Elle se leva et quitta la pièce, le revolver dans son sac. Aux yeux de l’homme, elle était enveloppée d’une aura de mystère, sûrement due à ses derniers mots. La retenant par le bras, il posa une dernière question.
« M’as-tu jamais aimé ?...
- On aime le soleil et la chaleur, la lune et les étoiles, une histoire ou une chanson, un mot, un sourire, un paysage. Je t’aime comme j’aime cette vie et ces merveilles qui l’entourent. Je t’aime, mais je ne sais pas si cet amour est celui que tu voudrais recevoir ou s’il est le même que tu me portes. Amour n’est qu’un mot parmi d’autres. »
Elle atteignit la porte et se retourna doucement. Lorsqu’elle lui sourit, il se posa une question qui lui sembla bien étrange : « Qui était cette femme ? ».
Lorsqu’elle partit de son pas noble et léger, il pensa à une princesse ; jamais il n’avait été si proche de la vérité.



Après avoir lu l'histoire ~:
 

Aime : Aëssa aime le soleil et le vent, l’orage et la douceur de la pluie ; elle aime le crépuscule et la teinte sombre de la nuit, le blanc et le rouge. Elle aime les imprévus et l’étrange, les nouvelles rencontres, les surprises et réfléchir. La demoiselle préfère le silence aux longues conversations sans intérêt ni fin ; les pommes et les tomates, les livres et les animaux sont des choses et êtres qui la rendent heureuse. Elle aime peindre, et la peluche singulière qui est son étrange et unique souvenir.

Aime pas : Elle déteste le bruit incessant, ne pas trouver de réponse à ses questions, ne pas comprendre ses interlocuteurs et être triste sans en connaitre la raison.

Comment ai-je connu le forum ? : Un truc sadique aux yeux de démons allait me fouetter si je venais pas '^' Kyu, you know who I mean èé

Citation des Règles (Facultatif) :

Description Personnelle : Alors, moi c'est Gertrude, 56 ans /mur/ Ok, on a déjà dû la faire des milliers de fois celle-là ._. J'ai un prénom qui n'est ni Aëssa ni Gertrude, j'ai bientôt quinze petites années, je suis une personne dont on peut -et doit- parler au féminin, j'aime écrire et dessiner, lire et chanter (si vous entendez le bruit de votre animal de compagnie que l'on égorge, c'est moi en train de chanter Demons).
Mes groupes de musique préférés sont : Cats On Trees, London Grammar, Imagine Dragons, The Cranberries, et Scorpion ; j'aime bien tous les styles de musique, aussi. '^' Sinon, je lis aussi -sisi je sais lire- et j'aime bien Eric-Emmanuel Schmitt, le type qui a écrit Eragon mais je ne me souviens jamais de son nom -Christopher Paolini-, et puis beaucoup d'autres auteurs mais j'ai trop la flemme d'en écrire plus ~ J'aime bien les tomates, le vinaigre et l'odeur de la gouache, les taches d'encre sur les doigts aussi. Et les jeux vidéos, même si je n'ai pas souvent l'occasion d'y jouer ^^
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
KirbyB a écrit :
avatar
Pink Warrior
Mar 11 Mar 2014 - 11:00
Encore une marionnette ? :0 On va devoir ouvrir un théatre si sa continue....
Bienvenue quand même :3 !
Pièces Pièces : 17116
Nombre de messages : 2119
Age : 19
Localisation : J'en sais rien :0
Réplique/Citation : "Par la magie des rêves !"
Date d'inscription : 02/11/2012
Liens : Amis : Faust, Capricorne, Snow, Shikkan, Argaï, Link, Phoenix, Eloaf the Chao, Genesect, Rosstail, Tim Sinassas,

Ennemie : Baltagnar, Trascer, Nightmare(le hérisson), Axem red, Stip

Connaissance : Flare, Hwoarang, Ikuto, Red, Gozen


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 

KB possède une carte obtenu a un quizz qui lui offre 20% de réduction sur tout au marché coco : Carte Gold !
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Roi Boo a écrit :
avatar
Frissons
Mar 11 Mar 2014 - 11:41
Vraiment, si jamais j'ai un jour un autre compte (Ne nous pressons pas! Je suis assez récent ici.), il faudra que je m'applique...
Ton personnage est sympathique et pourrait intéresser mon fantôme de personnage...
Pièces Pièces : 46600
Nombre de messages : 1795
Age : 17
Localisation : À la lisière du regard.
Réplique/Citation : ... L'entendez-vous ?
Date d'inscription : 20/01/2014
Liens : Guilde : Garinkar, Tony the Clock, Rengar, Satojin

Allié(s) : N.I.G.H.T.M.A.R.E.

Opposé(s) : Bowser, Flandre Scarlet, Rayman, Héraults de la Justice


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur






RP(s) en cours :

Ruines d'un ancien temps[Acte XI]
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Fern a écrit :
avatar
Joueur
Mar 11 Mar 2014 - 12:55
Bienvenue, t'es la seconde arrivante à avoir la poésie crucifiée dans les phrases, amuse-toi bien surtout ! :3
Pièces Pièces : 7845
Nombre de messages : 23
Age : 19
Localisation : Nulle part pour l'instant.
Réplique/Citation : '-'
Date d'inscription : 08/09/2013
Liens : Famille/Amis/Ennemis

Voir le profil de l'utilisateur
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 12:55
Hé béh... quand je vois la fiche des nouveaux je me dis.... faut vraiment que j'améliore mes fiches ^^' Bref bienvenue, j'ai hâte de lire ta petite histoire ! ou grande histoire qui sais~
En tout cas Bienvenue dans Nintendo World !
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Mar 11 Mar 2014 - 14:41
Bon, encore un marionnettiste/une poupée, faut croire que c'est à la mode en ce moment.


Bienvenue parmi nous, j'attends de voir ta fiche complétée !
Pièces Pièces : 56038
Nombre de messages : 5785
Age : 25
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 14:49
Bonjour, et merci beaucoup pour votre acceuil.
Je crois qu'il y a méprise sur la nature de mon personnage ; ce n'est ni une marionnettiste, ni une poupée, ni une marionnette, juste une humaine tout ce qu'il y a de plus normal. Lorsque j'ai évoqué ces termes dans le texte, ce n'était que pour faire une comparaison, non pour évoquer la nature d'Aëssa. Vous me voyez désolée de la confusion ^^'
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 15:03
Je me disait bien que c'était bizzar que tout le monde dise ça alors que je vois nul part que c'était concretement écrit que ton personnage était une marionette ou autres chose du style. Donc... Gozen et Kirby Bros, pour votre plus grand malheur la poupée animer toute en noir ça reste mwoa !! Hahaha ! La seule et unique ! Mais bref stop de parler de moi même OxO

Je te souhaite (encore une fois) une bonne continuation pour ta fiche et excuse la confusion d'un peu tout le monde. Et sinon tu à oublier le petit détaille du petit poulpe dessiner sur ton pull~ il est tout mimi :hap:Je plaisante la description physique est déjà superbe comme ça.

Bonne chance pour la suite de ta fiche !! ( et de de trois... )
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Mar 11 Mar 2014 - 17:59
pas de problème pour la confusion, ça vient de moi ^^ on a eu beaucoup de poupées et autres marionnettistes récemment, et au vu des termes employés et de l'avatar utilisé (dont le dessin est très joli), j'y ai cru :3
Pièces Pièces : 56038
Nombre de messages : 5785
Age : 25
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur







Spoiler:
 
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Roi Boo a écrit :
avatar
Frissons
Mar 11 Mar 2014 - 18:17
Cette fiche serait capable de me faire complexer car elle est vraiment super
Pièces Pièces : 46600
Nombre de messages : 1795
Age : 17
Localisation : À la lisière du regard.
Réplique/Citation : ... L'entendez-vous ?
Date d'inscription : 20/01/2014
Liens : Guilde : Garinkar, Tony the Clock, Rengar, Satojin

Allié(s) : N.I.G.H.T.M.A.R.E.

Opposé(s) : Bowser, Flandre Scarlet, Rayman, Héraults de la Justice


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur






RP(s) en cours :

Ruines d'un ancien temps[Acte XI]
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
KirbyB a écrit :
avatar
Pink Warrior
Mar 11 Mar 2014 - 18:38
Idem que gozen ^^, donc autant pour moi, ton perso a l'air vraiment très intéressant et le voir In rp me plaira sans aucun doute.
Pièces Pièces : 17116
Nombre de messages : 2119
Age : 19
Localisation : J'en sais rien :0
Réplique/Citation : "Par la magie des rêves !"
Date d'inscription : 02/11/2012
Liens : Amis : Faust, Capricorne, Snow, Shikkan, Argaï, Link, Phoenix, Eloaf the Chao, Genesect, Rosstail, Tim Sinassas,

Ennemie : Baltagnar, Trascer, Nightmare(le hérisson), Axem red, Stip

Connaissance : Flare, Hwoarang, Ikuto, Red, Gozen


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 

KB possède une carte obtenu a un quizz qui lui offre 20% de réduction sur tout au marché coco : Carte Gold !
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 19:15
J'ai terminé ma présentation ; dites-moi si quelque chose ne convient pas. ^^
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 19:49
Bon... j'ai dis "Keuwa" en lisant une 1ere fois l'histoire, chapeau ta prédiction. Je l'ai relue et j'ai encore un peu rien comprie, et donc j'ai encore dit : Keuwa ?... Et la je viens de jeter l'éponge. J'arrive pas à savoir qui est qui... x) Bref, elle était bien l'histoire même si personnelement j'ai pas tout comprie vers la fin... OxO
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Invité a écrit :
Mar 11 Mar 2014 - 20:40
Suite à ton message, j'ai relu l'histoire et j'ai compris que c'était, vraiment, très compliqué. Sûrement suis-je la seule à avoir compris. *va essayer d'expliquer, en essayant de ne pas tout embrouiller*
Au début de l'histoire, l'héroïne est bien Sarah, la petite, et elle a une sœur, Aëssa. Aëssa, la grande soeur meurt. Sarah quitte sa famille et se refait une vie en changeant de nom, elle prend alors le nom de sa sœur défunte. Donc la sœur n'a pas ressuscité, mais c'est bien la petite muette du début qui vit encore.
La couleur grise de parole (celle qui cri "Sarah ! ") est celle de la sœur. La couleur bleu clair est celle de Sarah (qui va donc ensuite changer de nom pour qu'on la nomme Aëssa).

Maintenant, je veux bien recevoir les tomates que je mérite pour avoir fait quelque chose d'aussi étrange. '^'
J'ai mis cette explication à la suite du texte, également. En espérant de pas trop vous désespérer. ^^'
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Aaron Dessura a écrit :
Interressé
Mar 11 Mar 2014 - 21:06
Putain, une autre folle qui donne des prénoms en hébreux à ses persos !

Bon, pas Aaron, mais Zachary Isaac (Zachary veut dire Dieu se souvient, et Isaac "Rire", donc Zachary Isaac veut dire "Dieu se souvient et rit" dans ma conception étrange du monde. Référence au dramatique quelque peu ironique de sa vie et à sa quête perdue d'avance, tmtc, c'est trop dark, vive l'hébreux).

Cela dit, tout est bon, l'histoire me semble claire, après explication, et voilà, je te valide ! (Avec mon autre compte, en fait =( )
Pièces Pièces : 16556
Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 01/01/2013
Liens : Famille/Amis/Ennemis

Voir le profil de l'utilisateur
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Dollmaster a écrit :
avatar
Player Killer
Mer 12 Mar 2014 - 8:33
Je plussoie avec mes pairs, joli fiche (même si j'ai pas encore lu ton histoire en détails mais je le ferai) et bienvenu(je ne crois pas te l'avoir souhaité hier sur la cb) parmi nous Gertrude.
Pièces Pièces : 7048
Nombre de messages : 376
Réplique/Citation : tu veux bien devenir mon jouet
Date d'inscription : 06/04/2013
Liens : Famille/Amis/Ennemis


Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur



Dollmaster omega:
 

Dollmaster alpha:
 


Spoiler:
 
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Link a écrit :
avatar
Fondateur
Mer 12 Mar 2014 - 21:47
Bienvenue parmi nous, si tu as des questions, n'hésite pas !
Pièces Pièces : 95735
Nombre de messages : 56394
Age : 23
Localisation : Hyrule
Réplique/Citation : La balance des forces du bien et du mal...tombera en ma faveur.
Date d'inscription : 26/06/2007
Liens : Famille : Sakura Chan, Celeste Ashura

Meilleurs Amis : Roy, Fox, Phoenix, Jonathan Gozen

Pires Ennemis : Ganondorf, Maiden, Trascer, Lumina, Jack

Traitre ou Ami ? : Rec, Stip



Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur http://kevinrolinbenitez.com/
 :: HRP ~ Préparatifs :: Fiches Personnage
Contenu sponsorisé a écrit :
-Aëssa. [Validée]
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ma prèz ! [validé]
» [CF] Proposition de Planning (pour l'instant non-validé)
» Présentation Lara [validée]
» Ninja Assassin[validé]
» [Suggestion] Masquer la ChatBox aux invités (non-validés)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum