Acte X1Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Bienvenue

 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Perdue dans la plaine. [PV Yûko / Takashi]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité a écrit :
Sam 12 Mai 2012 - 12:22
Rappel du premier message :

Une ombre fit soudainement son apparition dans entre deux arbres en haut d'une colline avant d'atterrir avec une certaine force au sol.
Une demoiselle aux cheveux couleur lavande ainsi qu'un sourire léger dessiné sur ses lèvres venait de se poser là, quelque part en plein milieu de la plaine d'Hyrule.
Son petit nuage, toujours sur sa tête, vacilla légèrement avant de redevenir stable.
Parfaitement immobile, les bras croisés, Yûko observa minutieusement l'espace d'un instant le paysage ainsi que tout ce qui l'entourait; les arbres, l'herbe, les fleurs... La végétation. Le ciel sombre.


« Voyons voir... » Murmura t-elle.

...
...

« ... Ou suis-je ? »


Son sourire devint crispé. Elle se mit a rire nerveusement. Une fois de plus il semblerait qu'elle ne soit pas arrivée à destination.
Oui. Un détail important; cette jeune fille n'a aucun sens de l'orientation.
A force de se laisser tranquillement porter par le vent, aussi... Même avec un itinéraire, un lieu dans lequel se rendre, rien a faire. Yûko finit toujours par se perdre quelque part. C'est bien bête.

Cependant... Tandis qu'elle restait là a se poser diverses questions quand aux raisons de son arrivée ici dans ce "lieu inconnu"...
Une présence. Quelqu'un n'était pas loin. Qui ? Aucune idée ! Après tout, Yûko ne connaissait personne ici, s'il on oublie Link, Merwen, Dark-angel et ces deux autres individus qu'elle avait aperçue à la Grande Fontaine...
Elle préféra ne pas se retourner, et attendit que cette dite personne se présente à elle.

Message
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Alice Suketsu a écrit :
Ange Déchu
Mer 23 Mai 2012 - 22:06
« Peut-être... ? »

Me répondit Yûko, d'une voix faible et tremblotante, se mordillant la lèvre inférieure. L'aimais-je vraiment ? Je n'en doutais pas une seule seconde à vrai dire. Mes sentiments étaient clair, j'étais fou amoureux de cette fille que j'ai croisé il y a à peine dix minutes, peut-être vingt au grand maximum. Un véritable coup de foudre. Seulement, la question qui me troublait l'esprit n'était pas si je l'aimais, mais si les sentiments étaient réciproques. Oui, à vrai dire, je n'étais vraiment pas sûr de ses sentiments à elle. Yûko ne m'avait jamais dis clairement "Je t'aime", elle l'avait peut-être énormément sous-entendu, voir presque clairement dit en m'embrassant, mais peut-être était-ce une sorte de ... maladresse ? Alors que j'étais en pleine réflexion, Yûko se rapprocha un petit peu de moi et me dit :

« Takashi ... Reste avec moi ... S'il te plait. »

« Bien entendu que je vais rester avec toi. Je ne vais pas t'abandonner ... je t'aime beaucoup trop pour ça. »

Dis-je, la reprenant dans mes bras. Je posais ma tête doucement contre son cou, humant son parfum. Une délicieuse odeur de lavande. Elle sentait si bon. Je passai très délicatement ma main sur sa joue, la caressant avant de l'embrasser à nouveau. Ca non, je ne risquais pas de la quitter.
Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Invité a écrit :
Sam 26 Mai 2012 - 18:28
« Bien entendu que je vais rester avec toi. Je ne vais pas t'abandonner ... je t'aime beaucoup trop pour ça. »

Yûko releva la tête en le regardant. Il semblait si sérieux que ses paroles commencèrent à la troubler. Elle se remit à serrer la veste de son compagnon, un peu plus fort qu’auparavant.
Plus besoin de ses paroles pour lui faire comprendre désormais, un simple "Je t'aime" n'aurait plus aucune utilité. Son geste avait peut être été quelque peu maladroit, mais il était direct. De toute façon elle n'aimait pas ça, les gestes lui semblait bien plus efficaces que de petites paroles qui prouveraient sois disant ce que l'on ressent pour celui qui se trouve juste en face de nous... Non. Non, non. Elle ne supportait pas, vraiment pas. Les actes valent tellement mieux qu'une phrase; elle le pensera très fort, c'est vrai, mais ne le dira pas, c'est tout.
Mais plutôt que de réfléchir tout en montrant son stress en chiffonnant de ses deux mains les deux côtés de la veste de Takashi, peut être devrait-elle essayer de lui répondre.


« Takashi... Tu me le promets ? »

Il ne répondit pas de suite en se contentant de poser doucement sa tête près de son cou. Gênée, Yûko commença à rougir en sentant le rythme de sa respiration si près d'elle. Quelques minutes s'écoulèrent avant qu'il ne reprenne place devant elle pour l'embrasser de nouveau; elle le laissa faire, puis fit de même avant de se détacher lentement de ses bras pour se relever en observant le ciel, et de poser une nouvelle fois son regard sur Takashi.

« ...Dis... »
« Tu.. Tu ne crois pas que l'on ferait mieux de partir d'ici ? Même si je... »


Elle baissa la tête en plein milieu de phrase sans oser continuer dans sa lancée.

...

« E-Enfin... J'ai un mauvais pressentiment. ...C'est tout. »
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Alice Suketsu a écrit :
avatar
Ange Déchu
Dim 27 Mai 2012 - 12:48
Yûko avait relevé la tête après que j'ai pris la parole. Elle me regardait, l'air assez troublée. Peut-être paraissais-je trop sérieux ? Je la sentais à nouveau serrer ma veste. Je me contentai de poser ma main sur la sienne, la caressant légèrement. Sa peau, elle était tellement douce ... Je continuai de l'observer et visiblement, elle n'était pas décider à se calmer. Voilà qu'elle commençait à chiffonner les deux côtés de ma veste avec ses mains. Était-elle ... stressée ? Si oui, de quoi ? Alors que j'avais posé ma tête contre son cou, elle me dit :

« Takashi... Tu me le promets ? »

Je me contentai de lui répondre par un baiser qui voulait tout dire. Oui, bien sûr que je lui promettais. Quelle question ! Par la suite, elle m'embrassa à son tour avant de se libérer doucement de l'emprise de mes bras et de regarder le ciel avant de poser son regard sur moi. Puis, elle déclara :

« ...Dis... »
« Tu.. Tu ne crois pas que l'on ferait mieux de partir d'ici ? Même si je... »


"Même si je ..." ? Même si je quoi ? Je n'aurais visiblement pas la suite. Baissant la tête, elle reprit :

« E-Enfin... J'ai un mauvais pressentiment. ...C'est tout. »

Je pris son menton entre mon index droit et mon pouce droit et lui releva doucement la tête. Je l'embrassai un peu plus vigoureusement, la faisant chuter au sol. Je me plaçai au dessus d'elle et l'embrassai à nouveau. Je fis glisser mes mains sous sa jupe pour remonter sur son dos et le lui caresser délicatement alors que je l'embrassai doucement dans le cou. Peut-être était-ce trop soudain ?
Pièces Pièces : 4260
Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : En vogue dans ce monde.
Réplique/Citation : Je réduirais à néant tout les cloportes ...
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Invité a écrit :
Ven 1 Juin 2012 - 20:54
La demoiselle attendait. Elle le regardait.
Non, il ne répondait pas. A aucun moment il ne fit part d'une seule parole; Yûko parlait seule, elle ne faisait que dialoguer avec le vent. Peut-être ne le montrait-elle pas, mais en réalité cette histoire la rendait tellement mal à l'aise... Mais hors de question de le dire de vive voix, en aucun cas elle voudrait le faire savoir. Tout était devenu si calme, si silencieux... Cette ambiance ne faisait qu’augmenter son mal-être. Les minutes passèrent telles des heures, le temps semblait long pour la demoiselle qui ne savait plus ou se mettre tant elle était gênée.

Takashi finit par se rapprocher en sa direction, puis, doucement lui releva la tête pour l'embrasser de nouveau. Un baiser plus vigoureux que les autres qui la fit chuter au sol, ainsi que lui, qui se positionna au dessus de Yûko, reprenant ce même geste qu'il venait de faire à l'instant, tout en faisant passer ses mains sous sa jupe en frôlant ses jambes pour enfin arriver jusqu’à son dos qu'il caressa avec délicatesse. Mais il ne s'en arrêta pas à la, non, Takashi continua, quitte à aller un peu plus loin il déposa quelques baisers dans le cou de la jeune fille, qui elle, commençait à rougir horriblement, sentant sa respiration prendre une vitesse telle qu'elle avait du mal à se calmer et à reprendre un souffle normal.
Comment pouvait t-elle réagir désormais... Comment pouvait t-elle faire.
En effet, bien sûr que sa réaction était trop soudaine... ! Surprise, Yûko posa subitement ses deux mains sur les épaules du jeune homme en le regardant très fixement dans les yeux.
Elle voulut lui parler, mais rien à faire, aucun son ne sortait de sa bouche. Allez... Il suffisait de faire un petit effort pour sortir au moins une petite phrase, aussi simple soit-elle.
...


« T.. Ta.. Takashi... S-il te plait... ! »

Hors de question de se laisser emporter, pas maintenant, et surtout pas ici. La plaine avait beau être calme en ce moment même qui sait ce qu'il s'y cache. Si des zombies ont débarqué ici vingt minutes auparavant d'autres créatures du genre sont sûrement présentes. Elle avait - et a toujours - un très mauvais pressentiment; elle lui a dit... Non pas qu'elle voulait encore insister à ce sujet... Mais il ne lui avait pas apporté de réponses. De plus il semblerait que Yûko ait souvent raison quand à tous ses "mauvais pressentiments" et autres mauvaises impressions du genre, ce qu'elle "prédisait" finissait toujours pas arriver.
... Mais même, ce n'était la peine de chercher des excuses au près de Takashi, il devait déjà avoir comprit qu'elle était très, même trop gênée. Enfin, espérons au moins que ce soit le cas...
Yûko l'observait. Quelle maladresse... Elle se savait très maladroite, mais pas autant que lui !


« On... On ne devrait pas rester ici, et.. je veux dire... »

« ...
...C'est... Tellement soudain, si rapide... Comment.. Comment l'expliquer... Non pas que je ne veuille pas, mais je... Le moment serait... Plutôt.. M-mal choisi, peut être, je..je pense... »


Elle ne parvint pas à lui dire autre chose. Délicatement, elle laissa glisser ses deux mains le longs des bras de Takashi, puis lâcha prise. Elle réussit à reprendre son calme l'espace de quelques minutes, se demandant comment il pourrait réagir. Aussi affectueux qu'ils pouvaient être, ses gestes ne parvenaient pas à grandement la rassurer, du moins, pas pour l'instant.
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Alice Suketsu a écrit :
avatar
Ange Déchu
Dim 3 Juin 2012 - 23:56
J'allais surement un peu trop vite. C'est vrai, je la connaissais à peine. J'avais eu un véritable coup de foudre pour cette fille. Je n'avais plus aimé quelqu'un depuis Rei. Rei Miyamoto ... mon ami d'enfance, âgé de seulement un an de plus que moi. Je l'aimais depuis ma tendre enfance et elle m'avait fait une promesse. Plus tard, elle devait se marier avec moi, sinon elle avalerait un millier d'anguilles. Pourtant, elle avait commencé à sortir avec Hisashi, mon meilleur ami, que j'ai tué de mes propres mains quand l'épidémie de zombie avait débarqué. C'est le premier de mes amis que j'avais tué d'un coup de batte de base ball sur le crâne. Je m'en souviendrais toute ma vie. Sous les yeux de la fille que j'aimais, et accessoirement la copine de Hisashi, j'avais assassiné une personne. Cette simple pensée me hantait chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde de mon existence.

Alors que je passais très délicatement mes mains sur son dos, déposant de très légères caresses, et que je l'embrassai sensuellement dans le cou, je sentais que sa respiration s’accélérais et qu'elle n'arrivait plus à se calmer. Lui faisais-je de l'effet ou ... était-ce tellement soudain qu'elle n'arrivait plus à se calmer ? En tout cas, la respiration de Yûko était de plus en plus saccadée. La jeune fille semblait crispée et n'osait plus vraiment bouger. Pendant plusieurs secondes, qui me semblaient de longues minutes, je ne bougeais plus du tout. J'attendais une éventuelle réaction de ma tendre moitié. Finalement, Yûko posa ses deux mains sur mes épaules plongeant son regard dans le mien pendant de nombreuses secondes. Elle semblait vouloir me dire quelque chose, vouloir me dire de continuer ou de m'arrêter, je n'en savais rien. Finalement, d'une voix tremblotante, elle me dit :


« T.. Ta.. Takashi... S-il te plait... ! »

Elle me suppliait. Très bien mais de quoi au juste ? Je n'en savais rien, rien du tout. Cette phrase me laissait vraiment le doute sur ce que je devais faire. Aimait-elle ce que je lui avais fais et désirait-elle continuer ou bien était-ce beaucoup trop rapide et voulait-elle que je la laisse ? Ou bien ... Peut-être avait-elle des fantasmes inavoués et qu'elle hésitait à me les dire ? Je me mis à rougir assez fortement et à avoir une ... "réaction naturelle" en y pensant. Non, je ne voulais pas croire qu'une personne aussi pure que Yûko puisse avoir des pensées aussi peu catholiques. De toute façon, ça ne servait strictement à rien de se torturer l'esprit pour chercher une éventuelle réponse. Deux solutions s'offraient à moi : soit je lui demandais ouvertement, prenant mon courage à deux mains, quitte à passer pour un gros pervers, soit je la laissais s'exprimer toute seule et je découvrais le fin mot de cette histoire. Je ne pouvais pas me soumettre à la première solution, de peur de passer pour un horrible gros porc à ses yeux et la deuxième solution avait l'air d'avoir très peu de chances de se réaliser. Soupirant, je la regardais. Elle semblait très très mal à l'aise, rougissant de plus en plus. Je me dis que c'était à moi de faire le premier pas. Finalement, alors que j'ouvris la bouche pour m'exprimer, elle se remit à parler :


« On... On ne devrait pas rester ici, et.. je veux dire... »

« ...
...C'est... Tellement soudain, si rapide... Comment.. Comment l'expliquer... Non pas que je ne veuille pas, mais je... Le moment serait... Plutôt.. M-mal choisi, peut être, je..je pense... »


Oui c'est vrai ... Ce n'était ni le temps ni le moment de faire des cochonneries. Je baissai la tête, honteusement. A peine je la connaissais que je voulais déjà lui sauter dessus. Je me sentis très mal à l'aise, me sentant tel un gros pervers ne pensant qu'à "ça". Seulement, ses paroles ne m'avait pas échappé. Elle avait bien dit qu'elle en avait envie. Je me mis à rougir en imaginant la scène. Je secouai ma tête de droite à gauche. Non, non, je ne devais pas penser à ça, pas maintenant. Je relevai la tête, tout en me remettant debout en époussetant nerveusement mes vêtements. Alors que j'allais parler, un bruit, ou plutôt une sorte de cri, se fit entendre ... Ce son ... C'était une armée de zombies ! Une bonne cinquantaine de zombies arrivèrent, les bras en avant, un long filet de bave dégoulinant de leur sales bouches. Dans la bouche de certains zombies se trouvait des morceaux de chair humaine. Ils s'en étaient pris à des gens en chemin ?! Les monstres ! Bouillant de rage, je me retournai vers Yûko.

« Je suis désolé de ce que j'ai fais tout à l'heure ... Je n'ai pensé qu'à moi et je me doute que ce n'était pas le moment pour ... enfin tu vois quoi. Bref, il faut absolument tuer ces zombies avant qu'ils ne répandent ce virus dans ce monde. Fais attention à toi ... »

Puis, batte à la main, je me jetai à corps perdu dans le champ de bataille. Je donnai un coup de pied latéral dans la tête d'un des zombies, lui arrachant d'un coup avant de me rétablir sur les mains, de faire une pirouette et d'asséner un coup de batte sur le crâne d'un autre qui explosa au contact de mon arme. Je me mis au milieu d'un groupe de cinq mort-vivants et me mit à tournoyer sur moi-même, batte tendu, arrachant les 5 têtes de zombies. Il fallait absolument les éliminer. Tous les éliminer !
Pièces Pièces : 4260
Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : En vogue dans ce monde.
Réplique/Citation : Je réduirais à néant tout les cloportes ...
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Invité a écrit :
Mar 25 Sep 2012 - 18:44
Elle en avait envie. Envie de recevoir l'affection de celui qu'elle aime.
Ou peut-être pas.
Qu'il la prenne simplement dans ses bras, la couvrant de câlins et de bisous...
    ...pour le moment.

Takashi était en face d'elle, la tête baissée, l'air honteux et gêné, silencieux. A quoi pensait-il ? Il devait se sentir mal à l'aise, à vouloir lui sauter dessus du premier coup, sans vraiment penser aux conséquences que ses actes pourraient engendrer.
... Un énorme pervers ne pensant qu'au plaisir, ne souhaitant que passer du bon temps avec sa "tendre victime" ?
Yûko se mit à rougir fortement, détournant son regard vers l'herbe verte sur laquelle elle était encore allongée. Takashi-kun serait aussi "affamé" ?
Non...
Non. Non non non. Elle préféra ne pas y croire.
Elle ferma les yeux en devenant rouge, comparable à une petite tomate trop mûre. Les garçons ont, bien évidemment, tous ce même problème concernant ce sujet, mais tout de même.
Il n'aurait pas un tel comportement envers elle. ... Si ?
Elle ne le connaissait pas encore par cœur, après tout.

Ses pensées étaient tellement confuses, troubles, perturbantes. Des questions sur lesquelles elle n'avait pas encore de réponses concrètes venaient s'ajouter aux milliers de pensées qui lui passaient par l'esprit.
Que venait-elle de dire, au juste ? Serait-elle consciente de mes propres faits et gestes ? Ou peut-être a t'elle dit quelque chose de maladroit, quelque chose qu'elle ne penserait pas...
... Du moins pas encore.
Elle tourna légèrement la tête, pensive, se lançant dans un monologue intense, rempli d'interrogations et de doutes sur lesquels elle ne parvenait pas à mettre un terme, une conclusion.

« Je ne suis pas prête.
Je n'ose pas.
Je suis trop intimidée.

... Je ne le connais qu'a peine. Et pourtant je l'aime plus que n'importe qui au monde.
C'est tout de même étrange... voir paradoxal; tomber sous le charme aussi vite de celui qui se trouve en face de nous. A peine vingt, trente petites, minuscules minutes après avoir fait connaissance, l'un et l'autre ?
J'ai encore du mal à vraiment y croire, tout s'est passé si vite, et pourtant... Je sais que mes sentiments sont sincères.

Mais...
J'aurais du me taire, ne rien dire, attendre le bon moment, et être au bon endroit pour en parler ?

J'ai été maladroite. Encore. Comme souvent. Je n'emploie jamais les bons mots, ma langue fourche et dérive sur des choses que je ne veux pas dire, que je n'oserais pas lui dire franchement. Pourquoi... ? »
Pensait t-elle.

La jeune fille observa longuement Takashi de bas en haut, qui s'était déjà remit debout, époussetant ses vêtements avec une certaine nervosité. Elle, encore assise, la tête baissée, le regard fixé sur les multiples plis de sa robe bouffante et colorée, ne savait plus vraiment ou se mettre, comment réagir et encore moins quoi dire. Ses battements de cœur s'apaisaient petit à petit, peut-être avec un peu de difficulté et pour cause, elle avait du mal, beaucoup de mal à reprendre son calme, et de se changer les idées.
Il semblait vouloir parler. Parler pour dire quoi ? Allait-il engager un tout autre sujet de conversation pour la rassurer ?

Il y eut un silence.
Aucun son ne sortit de sa bouche.
Il fut interrompu par un bruit sourd ... un gémissement, ou plutôt un cri, au loin dans la plaine.
Encore eux... D'autres zombies arrivèrent à la charge, bras levés en avant, la face grisâtre, sale, tâchée de sang et leur bouche, à demi ouverte, laissant couler un long filet de bave, des morceaux de chair humaine coincés dans les dents pour la plupart.
... Comme c'est élégant. Regardez les, comme ils titubent, dirigés par les sons qu'ils entendent.
Quel spectacle réjouissant.

Le garçon se tourna vers elle, profondément irrité par ce qu'il venait de voir. Il ajouta :

« Je suis désolé de ce que j'ai fais tout à l'heure ... Je n'ai pensé qu'à moi et je me doute que ce n'était pas le moment pour ... enfin tu vois quoi.
Bref, il faut absolument tuer ces zombies avant qu'ils ne répandent ce virus dans ce monde. Fais attention à toi ... »


Gênée, Yûko se contenta d'observer ses pieds, soupirant, tout en se mordillant la lèvre inférieure. C'est vrai qu'il s'était montré quelque peu... égoïste de par ses gestes et son attitude mais, elle ne lui en voulait pas. La demoiselle lui lança un petit regard assez timide, et lui répondit d'une petite voix :

« Ce.. ce n'est pas grave !.. Ne t'inquiète pas pour moi... je tâcherais d'être prudente cette fois-ci. »

Le jeune homme se lança vers "l'armée" de morts, leur assénant de violents coups de batte.

« Je dois me ressaisir, ce n'est pas le moment de s'enfoncer. Je dois me battre moi aussi. »

Hors de question de laisser Takashi se battre tout seul, elle devait très vite lui venir en aide. Elle n'allait pas rester plantée là à admirer la scène, et puis quoi encore.

Yûko se releva, reprit son arme en main, claquant des doigts afin de changer la forme de son fameux bâton et s'élança rapidement vers cette troupe de morts-vivants "baveux et dégoûtants", auxquels elle arracha la tête sans aucune pitié, à grands coups de lame.
Tout ce sang la faisait jubiler au plus au point, tellement que c'en serait presque jouissif. Se battre contre des ennemis, en parvenir à bout sans grandes difficultés. C'était un jeu. Un jeu sur lequel elle pourrait passer des heures sans jamais s'en lasser.
Elle acheva chacune de ces créatures avec légèreté, les unes après les autres, les frappant d'un bon coup sur le sommet du crâne, faisant virevolter son bâton d'une tête à l'autre. Ces gestes étaient si fluides, tellement aériens qu'elle semblait s'élever dans les airs à chaque bond, chaque saut, chacune de ses attaques. Son poids plume lui permettait d'être extrêmement rapide dans ses mouvements, on pourrait presque en croire qu'elle volerait.
... Mais peut-être était-ce vraiment le cas.
Elle se débarrassa de tous les zombies qui tentaient de la mordre ou de la toucher et ce de quelque manière que ce soit, un à un, tombant tels des mouches, laissant à leur pieds de grandes traces et flaques de sang. Aucun d'entre eux ne parvint à toucher pas même un de ses cheveux.
Cette petite est certes plutôt mignonne, mais elle n'en reste cependant pas moins dangereuse pour autant. Le mieux serait de s'en méfier lorsque celle-ci se bat vraiment sérieusement.

Yûko s'avança en direction de Takashi qu'elle vit encore présent à se battre contre un autre groupe de zombies. La jeune fille se mit dos à lui, tenant fermement sa lance à deux mains, en fronçant les sourcils.

« Takashi-kun ! Je m'occupe de ce côté, et toi de l'autre, fais attention ! »


Arme en main, la demoiselle vint en aide à son compagnon. Elle voulait se débarrasser de ces monstres au plus vite...



[Youpitra-la-laPIOU.]
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Alice Suketsu a écrit :
avatar
Ange Déchu
Dim 30 Sep 2012 - 0:46
La bataille contre les morts-vivants avait repris et était intense. Je ne devais en aucun cas me relâcher sous aucun prétexte, la moindre petite morsure était fatale ! Ma batte toujours en main et recouverte depuis peu de clous, je continuais de viser la tête des zombies pour les tuer. Les têtes volaient et le sang giclait de toute part. Cette vision aurait pu choquer n'importe qui, mais pas moi. Non, j'en ai beaucoup trop vu pour être choqué par si peu. Je me retrouvai finalement dos à dos avec Yûko, entouré de zombie. Lâchant quelques mots d'encouragement, je me mis à sourire. La situation était très loin d'être drôle pourtant, je souriais bêtement, sans réelle raison quelconque. Tirant sur le manche de ma batte, j'en sortis un sabre court. Je le pointai vers le ciel et la foudre tomba dessus. Plantant ce petit sabre au sol, les zombies furent tous électrifiés et paralysés. C'était le moment d'agir ! Remettant le sabre là d'où il venait, je me mis à tourner sur moi-même batte à la main, tel une toupie, arrachant la tête d'une bonne dizaine de zombies. Je faisait diverses cabrioles, sans arrêter mon massacre. Le vent souffla et je me trouvai dos à dos avec Yûko au milieu d'une montagne de cadavres pourrissant. C'était enfin terminé. Me laissant tomber au sol, je contemplai les nuages qui étaient baignés d'une étrange couleur rouge sombre. Je remarquai que Yûko avait fait la même chose que moi. Souriant, je lui attrapai doucement sa main et commençai à faire de douces caresses dessus, la regardant tendrement.

« C'est fou ce que je peux t'aimer. »
Pièces Pièces : 4260
Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : En vogue dans ce monde.
Réplique/Citation : Je réduirais à néant tout les cloportes ...
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Invité a écrit :
Dim 14 Oct 2012 - 20:57
Le calme reprit enfin place au coeur de la plaine.
Épuisée, Yûko se laissa tomber à terre comme le fit Takashi précédemment. Tous les zombies furent éliminés un à un, et ce plus rapidement que la demoiselle ne l'aurait pensé. Tant mieux, c'est ce qu'elle souhaitait, au fond. Être seule avec lui. Seule... Sans aucune personne à l'horizon, pas le moindre individu qui tenterait de briser cette tranquilité naissante.
La jeune fille se contenta d'observer son compagnon, un petit sourire au lèvres. Ce dernier attrappa sa main et la serra doucement contre la sienne avant de prendre la parole, tout en lui faisant de délicates caresses.

« C'est fou ce que je peux t'aimer. »

Elle rougit sans réellement répondre. Elle était juste heureuse, tellement heureuse. Un bonheur qu'elle ne saurait expliquer, mais que lui devait sûrement comprendre...
Elle rapprocha lentement son visage du sien, sans vraiment en être bien consciente. Yûko s'avança encore, encore, jusqu'a coller son front contre le sien, laissant monter sa main droite le long de son bras, frôlant son cou, pour enfin toucher sa joue sur laquelle elle s'arrêta. C'est vrai qu'il était plutôt mignon, qu'il lui plaisait énormément, mais elle craignait encore le fait d'aller trop vite. Pourtant la jeune fille savait qu'elle pouvait lui faire confiance...

La demoiselle au nuage n'osa plus faire un geste de plus. C'était juste à lui de décider du reste, désormais, elle désirait simplement recevoir son affection, son amour.
... Juste le temps qu'il réponde à la question qui lui traversa l'esprit avant de faire quoi que ce soit.

« Takashi-kun ...
Tu.. ne pense pas que l'on devrait partir d'ici, maintenant qu'il n'y a plus aucun zombie ... ? »
 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Alice Suketsu a écrit :
avatar
Ange Déchu
Lun 7 Jan 2013 - 18:23
« Takashi-kun ...
Tu.. ne pense pas que l'on devrait partir d'ici, maintenant qu'il n'y a plus aucun zombie ... ? »


« Pourquoi partir ? Tu ne veux pas juste passer un peu de temps ensemble ... ? »

Mon front était collé au sien et mes lèvres n'étaient qu'à quelques centimètres des siennes. Ces lèvres si douces ... C'est un amour fou que je connaissais pour cette jeune fille. C'est vrai, ce fut un véritable coup de foudre, mais mes sentiments étaient réels et vraiment fort. Je parcourais les quelques centimètres qui séparaient mes lèvres des siennes et je l'embrassai tendrement et longuement. Terminant le baiser, je me reculai un petit peu et je la contemplai, passant ma main doucement dans ses cheveux lisses. Qu'elle était belle, éclairée doucement par la lumière du jour. Je souriais toujours, en continuant mes caresses dans ses cheveux.

Brusquement, je la fis basculer sur le dos et me mis au dessus d'elle, l'observant espièglement. Ses petites joues commençaient à rougir légèrement. Elle se demandait visiblement ce que j'étais en train de faire. Souriant sournoisement, faisant délicatement glisser mes doigts le long de son cou, je lui dis :


« C'est vrai ça ... je suis bien avec toi. Et puis .. on pourrait faire des choses intéressantes toi et moi ~ »

Le ton légèrement aguicheur, je m'approchai d'elle. J'attendais de voir si elle était prête, ou non.
Pièces Pièces : 4260
Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : En vogue dans ce monde.
Réplique/Citation : Je réduirais à néant tout les cloportes ...
Date d'inscription : 11/03/2011
Voir le profil de l'utilisateur



 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Invité a écrit :
Sam 16 Fév 2013 - 23:28
« Pourquoi partir ? Tu ne veux pas juste qu'on passe un peu de temps ensemble ... ? »

Il s'approcha afin de pouvoir l'embrasser de nouveau, puis recula, passant doucement sa mains dans les cheveux de la demoiselle qui le regardait, un léger sourire sur le visage. Elle était heureuse, tellement apaisée ... Elle se sentait en sécurité au près de lui; Yûko l'aimait vraiment de tout son coeur. Ses sentiments étaients réels.
Elle ferma les yeux un court instant, laissant Takashi poursuivre les douces caresses qu'il lui faisait dans les cheveux, mais reprit rapidement ses esprits lorsque ce dernier la fit subitement basculer sur le dos. Elle se mit à rougir légèrement lorsqu'elle sentit les doigts du jeune homme glisser le long de son cou. Il reprit parole sous un ton légèrement aguicheur :

« C'est vrai ça ... je suis bien avec toi. Et puis .. on pourrait faire des choses intéressantes toi et moi ~ »

Il se rapprocha dangeureusement, attendant une réponse de la petite créature qui se tenait face à lui. Celle-ci, intimidée, ne fit que répondre d'une toute petite voix :

« M... Mais ... T-Takashi-kun ... »

Le faire ? Ici ? Avec des cadavres en guise de spectateurs et l'odeur de la mort pour parfum d'ambiance ? Avouons le, cet endroit n'avait rien de bien romantique ...Du moins, ils s'en étaient tout deux un peu mis à l'écart mais... ce décor malgré tout visible restait pour le moins dérangeant.
Le mieux aurait été d'être.. En toute intimité, dans un lieu moins, ou mieux, non-accessible a un quelconque "public" ?

Mais cela dit... Elle en avait envie aussi. Envie de recevoir son affection. En si peu de temps...
Affectueuse comme elle était, la jeune fille ne saurait résister à l'idée de lui faire un gros "câlin" afin de lui montrer à quel point les sentiments qu'elle avait à son égard pouvaient être forts.
Elle attrapa rapidement son partenaire en passant ses mains sur son dos, le tirant vers elle afin de lui déposer un long et tendre baiser sur les lèvres. La jeune fille agissait avec une certaine maladresse, et pour cause, sa timidité commencait, petit à petit, a prendre le dessus sur elle.
Froissant sa veste entre ses deux mains, elle observa Takashi sans cesser de rougir. Yûko se demandait comment allait se passer la suite, de quelle manière allait-il réagir ... ? Ses lèvres n'étaient qu'à quelques centimètres des siennes; sa respiration ne faisait que s'accélérer sans plus se calmer. Elle ne pouvait plus attendre. Plus du tout...
Haletante, elle lui murmura :

« Takashi-kun... Je ...
Je t'aime... J..Je ne veux plus attendre... »


Tout allait si vite... Mais peu lui importait désormais, elle souhairait simplement être juste avec lui ...


 :: 
RP ~ Archipel Stratosphérique
 :: Horuna

Contenu sponsorisé a écrit :
Perdue dans la plaine. [PV Yûko / Takashi]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum