Acte X1Sur ce qui s'apparentait être son lit de mort, le vieil homme scruta d'un oeil se voulant impassible l'immense fenêtre de sa maison, donnant sur un ciel azuré sans l'ombre d'un nuage. Le soleil, proche du zénith, voyait ses rayons réfléchis par un fin voile délimitant l'horizon de l'espace. Un jeune garçon, proche de l'adolescence, observait lourdement son aïeul s'éteindre à petit feu, mais le faible sourire de l'homme l'encouragea à patienter calmement. L'enfant baissa les yeux quelques instants puis, d'une voix claire et se voulant la plus distincte possible, il demanda à son grand-père une question qui lui trottait dans la tête depuis de nombreux mois maintenant, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de poser jusqu'à présent :

– Comment était-ce, lorsque tu avais mon âge ?

Le vieil homme sourit et, après une grande inspiration, murmura :

– Tu veux dire, en mon temps ? Eh bien ... c'était la fin des Temps.

Il ne put s'empêcher d'émettre un petit rire, obstrué par ses poumons froissés. L'enfant ne comprit pas. Le vieil homme ferma les yeux quelques secondes et reprit d'une voix se voulant plus audible :

– Lorsque j'avais ton âge, cette planète n'était pas celle que tu connaissais. Lorsque j'étais jeune, le monde était ... une sphère; une immense sphère que l'on pouvait parcourir d'un bout à l'autre sans s'arrêter. Cette forme si particulière, si parfaite, permettait de rattacher des ensembles terrestres les uns aux autres par le biais d'immenses étendues d'eau que l'on nommait "Océans".

Il leva fébrilement son bras en directiond du plafond et il serra le poing, son sourire s'élargissant.

– A cette époque, il était possible d'aller si haut dans le ciel que l'on pouvait rejoindre les étoiles. En mon temps, les êtres humains luttaient contre de grandes menaces. Des entités ou des monstres si grands, et si puissants, que nous étions tous impuissants. Sur cette sphère d'apparence parfaite ... un mal qui nous rongeait tous gangrénait petit à petit. Il avait la capacité de prendre n'importe quelle forme ... celle d'une divinité vengeresse, d'un marionettiste banni, d'un effroyable chevalier ... tous avaient un point en commun; Le chaos.

Le vieil homme marqua un temps de silence.

– Sais-tu comment nous avons réussi à survivre aux cataclysmes du passé ? Il y avait parmi nous ... des êtres supérieurs. Des Héros, natifs de notre sphère, ou provenant de réalités que tu ne peux soupçonner. Tous ne luttaient pas pour le bien du peuple ... chaqu'un de ces modèles avaient leurs propres raisons de défaire le chaos ... vengeance, plaisir, ou encore justice ... il ne s'agit désormais que de légendes oubliées et oubliables. Je vois dans ton regard que tu es sceptique. C'est tout à fait normal ... tu te demandes, je suppose ... pourquoi ton monde n'est plus une sphère ?

Le garçon acquiesca. Il se leva et jeta un coup d'oeil curieux à travers la fenêtre de la maison. Son monde n'avait pas changé ... un gargantuesque ensemble d'îles, reliées non pas par des "Océans" mais par des si épais nuages qu'il semblait impossible de les traverser, où vivaient une infinité de petits garçons comme lui, à travers les grandes maisons empilées du royaume d'Horuna, l'île centrale d'un si vaste archipel qu'il semblait transcender l'horizon.

– Je sais que c'est dur à imaginer, murmura son aïeul, je sais que tu ne me crois pas. Mais ne t'es-tu jamais demandé pourquoi l'île la plus au nord de l'archipel est interdit d'accès ? Ne t'es-tu jamais demandé quel secret pouvait-elle bien renfermer ?

L'enfant se retourna vivement, plongeant son regard dans celui du vieillard.

– C'est parce que ... nous, qui avons connu cette sphère de chaos et de légende, venons de là-bas. Sur cette île se trouve une boîte, mon fils ... une boîte si grande qu'elle put contenir l'Humanité entière après l'explosion de la planète. Il s'agit d'un vaisseau qui nous a permis de survivre, de nous reformer, et qui nous a donné une seconde chance. Les îles que tu arpentes tous les jours sont le vestige d'un passé ... mon héritage, et celui de toute ma génération. Oui ... cette sphère instable s'est détruite d'elle-même, meurtrie par tous les maux qu'elle avait engendrée, et peut-être sommes-nous les premiers coupables de sa disparition ...

– Et ... les héros ? Qu'ont-ils faits ? Pourquoi n'ont-ils pas à nouveau protégé cette planète ?

– Ils en furent incapables. Personne n'avait ce pouvoir; celui d'implorer son pardon au monde qui nous a porté. Comme nous tous, ces êtres supérieurs se sont réfugiés dans la boîte ... qu'ils ont nommé "Pandorica", car elle contenait à la manière d'une prison, mais aussi d'un abri, tous les maux de Nintendo World. Lorsque celle-ci s'est ouverte, l'Humanité s'est déployée sur cet archipel. Nous savions tous qu'il s'agissait de notre sphère, mais celle-ci avait pris une forme différente, flottant entre l'espace et la stratosphère, confinée dans une bulle d'oxygène qui permit à la vie de s'animer sans notre présence, et ... lorsque nous avons foulé pour la première fois les conséquences de nos actes, nous avons compris que nous n'aurions plus jamais de seconde chance. Alors, guidés par notre souveraine, Astrid, notre grande reine, qui règne sans partage sur l'archipel, nous avons bâtis un monde idéal pour que notre futur ... votre présent ... ne connaisse jamais les troubles engendrés par le Chaos ainsi que les Héros.

– Un monde de paix ? Demanda l'enfant en serrant son poing contre la couverture de son grand-père. Le vieil homme émit un petit rire.

– La paix induit la guerre. Ce monde ne peut plus connaître la guerre ...

– Et les Héros ? Pourquoi ne sont-ils pas sortis ?

– C'est un mystère auquel personne ne peut répondre. Tout ce que je sais est que notre reine Astrid attend leur retour patiemment. Ils reviendront, c'est certain ... mais je ne serai plus là pour en témoigner. La Pandorica n'a pas fini de nous révéler ses secrets, et il est possible qu'un jour le Chaos soit libéré en même temps ... mais notre société est idéale, nous avons bâti, à l'abri du bien et du mal, non pas une sphère, mais une fresque que peint Astrid et son peuple, vous, en adéquation avec l'Espace et le Temps, la Vie et la Mort, la Nuit et le Jour. Les Héros ... peut-être apparaîtront-ils lorsqu'il faudra protéger cette nature d'une nouvelle gangrène insoupçonnable. Peut-être ne seront-ils plus de simples légendes à vos yeux. Peut-être ...

La voix du vieil homme se fit plus faible, presque inaudible. L'enfant, paniqué, prit sa main et la serra avec force, criant, l'implorant de finir son histoire, mais, alors que la respiration de son aïeul s'interrompit pour toujours, le garçon se résigna. Il savait que cette histoire n'avait pas de fin.

Il savait que cette histoire n'était que l'introduction d'un futur mythe.

Le flux d'une nouvelle vague.
C'est quoi NW ?Depuis 2007, NW est un forum de jeu de rôle dans lequel vous incarnez le personnage de votre choix ou de votre création.

Faîtes lui vivre une aventure inoubliable à travers de nombreux mondes, en participant aux quêtes crées par les membres ou aux divers events !
Une partie hors RP vous permettra de vous mêler à la communauté et de commencer en douceur.

La version XI vous propose un nouvel acte, un nouveau système de Boutiques, la Forge, le Parrainage et bien d'autres nouveautés !

Venez vous amusez !
Bienvenue

 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Les contes Luminiens
Invité a écrit :
Mar 29 Nov 2011 - 11:07
Bon ben... Pour une raison étrange... Certains évènements désagréables ont fait surgir les mots en moi.

Après tout, il est vrai que l'inspiration viens plus quand on est dans un état de mal être.

Aujourd'hui je veux vous conter une histoire.

Il y en aura probablement d'autres.

J'espère que vous apprécierez ces fragments de moi... Murmurant à votre oreille les plus belles des histoires.

Je vous souhaite une bonne lecture a tous ! n_n

Le phénix des glaces

Il étais une fois, sur la terre des blizzards, un oiseau qui surmontais le temps.

Il appartenais à une race presque éteinte. Ses plumes étaient bleues, tout comme le feu de son âme.

Cet oiseau, blessé autrefois, avais accompli sa renaissance il y avais douze lunes de cela.

Mais, malgré cela, le froid le tenais toujours en respect entre ses crocs.

On l’apercevais souvent au dessus des glaciers, cherchant sans relâche du poisson pour appaiser le mal de son corps.

Mais il n'en trouvais plus et cela depuis fort longtemps, car il faut être deux pour trouver l'éden.

L'éden, forêt gardienne de ce monde gelé, avait poussé très loin dans les terres. Ici naissait chaque créature, ici seulement se trouvait le poisson.

Mais sans un compagnon, les chants magnétiques restaient muets.

Un jour, pendant un vol, l'oiseau bleu aperçut sur le sol une silhouette sombre.

Une créature.

Un oiseau tout comme elle en bien piteux état qui s'étais entièrement soumis au froid.

Sa lente destruction, douloureuse et terrible avait commencé. Son corps n'avais plus de feu pour le protéger.

Ses plumes étaient devenues noires, fumantes, et la pauvre créature commençait à abandonner la vie, s'endormir au sol, glissant dans ce royaume de légende dont on ne reviens pas.

Prenant pitié de lui, l'oiseau bleu prit le mourant entre ses serres. L'emmenant dans les airs, jusqu'a son repaire.

Arrivé dans cet abri de fortune, l'oiseau bleu arracha une de ses plumes et lui donna ce maigre présent.

Il savait qu'il se mettait en danger ainsi mais au moins assurerais t'il le salut du mourrant.

L'oiseau bleu, affaibli, monta la garde à l'entrée de son repaire, étendant ses ailes au feu faible contre le froid pour protéger cet autre de la tempête qui fesait rage.

Au bout de trois jours et trois nuits d'attente interminable, l'oiseau au corps d'ébène ouvrit les yeux et regarda sa compagne.

L'oiseau bleu avais veillé sur lui toute la nuit, car la tempête avait passé ce jour la et sa joie de le voir ouvrir les yeux fut si grande, que ses plumes émirent des étincelles jaune l'espace d'un instant.

L'oiseau bleu se rapprocha alors de lui, lui demanda d'ou il venait, pourquoi accomplissait t'il la renaissance et quel étais son nom.

L'autre revenait de l'Eden qu'il avais déjà visité à de nombreuses reprises déjà mais sa n'allais pas avec ses anciennes compagnes. Son nom étais Sword.

L'oiseau bleu lui, l'enviais car Sword avait été à l'Eden longtemps et souvent. L'oiseau bleu n'avais pas eu cette chance mais au moins, elle n'avais pas aussi faim que son compagnon.

L'oiseau bleu l'enviais aussi d'une autre manière, car Sword avait un nom et elle n'en avais pas.

C'est ainsi que l'oiseau bleu se mit à admirer cet oiseau la qui pourtant n'étais pas en grande forme.

Chaque jour les rapprochais un peu plus, ils s'appréciaient beaucoup.

L'oiseau bleu avait fini par se souvenir qu'autrefois, il avais déjà rencontré Sword, en companie d'une de ses compagnes qui lui avait ouvert l'Eden, terre de la vie.

Elle avait senti... Dans le vent, un danger... Car sa compagne le cherchait... Celle qui l'avais trahi a maintes reprises.

Mais l'oiseau bleu fit mine de ne rien voir et continua de réchauffer Sword... De plus en plus près, en le réconfortant du mieux qu'elle pouvais.

Sans qu'elle sache pourquoi ses plumes avaient prises une teinte rouge, et celles de Sword aussi avaient repris leurs couleurs.

Elle sut alors que c'étais le signe. Sans réfléchir, sans prendre garde, elle lui demanda d'être son compagnon jusqu’à l'Eden. Et chanta pour lui, un magnifique chant magnétique, qu'elle gardait en elle depuis tant de temps.

Ce jour la étais un jour ou il faisait beau et les jours suivants aussi.

Sword sembla hésiter, mais le chant lui plut et ses plumes prirent une teinte jaune. Leur feu était identique, leur feu étais lié.

Ils étaient déjà compagnons.

Alors, ils s'envolèrent ensemble, après avoir chanté l'un pour l'autre leurs plus beaux chants. Chants qui les guidaient a travers ce monde froid, vers le paradis, vers l'Eden, la terre promise à tout les compagnons. La terre de la vie ou la nourriture étais abondante.

C'est ainsi qu'ils partirent pour ce monde merveilleux, ou pendant un temps ils furent heureux ensemble et chantèrent les plus belles complaintes à chacunes de leur prises. C'est ainsi que l'oiseau bleu gagna son nom a son tour.

Sword l'appela Plume en souvenir de celle qu'elle avais sacrifiée pour lui.

Plume étais tellement heureuse qu'elle lui rapporta des poissons encore plus beau, et lui aussi fit de même pour elle.

Chaque jour semblait plus radieux que le précédent, et Plume eut de plus en plus besoin de remplir son ventre de poisson au même titre que Sword dailleurs.

Mais un jour, le vent souffa sur la terre et Plume sentit un changement dans l'air. Le nombre de poissons que Sword lui apportais commença a diminuer et ses chants se firent plus rares et sonnaient d'une étrange manière.

Plume étais triste, Sword ne s'occupais plus autant d'elle. Il étais devenu plus distant du jour au lendemain et elle ne savait pourquoi.

Un jour, il s'en alla vers les terres de glaces sans lui en parler, mais guidé par son parfum Plume le suivit. C'est ainsi qu'elle reconnu sa précédente compagne. Il retournais vers elle, Plume avais toujours su qu'il en serait ainsi.

Plume ne voulais pas y penser, alors elle retourna à l'Eden, chantant une complainte triste tout le jour, sentant ses plumes perdre leur couleurs.

Sword revint, lui chanta un air qu'elle aimait, mais il sonnait encore plus faux que d'habitude et cela rendis Plume triste. Elle savait de quoi il étais préoccupé au fond d'elle mais elle ne voulais pas l'entendre. Elle voulais depuis longtemps qu'il lui parles de ce qui lui tourmentais mais n'essayait pas d'y penser. Alors elle n'en fit rien.

Le lendemain, Sword avait disparu, l'Eden aussi.

Elle étais revenue dans le froid, seule de nouveau dans les serres de son plus grand ennemi. Sword avait disparu mais dans l'air semblait encore flotter sa présence. Elle la sentais partout et ne pouvait cesser de penser à lui... Elle avais peur pour lui mais maintenant qu'il avais son ancienne compagne, bien meilleure chaseresse que Plume, il n'avais plus de raison d'être avec elle.

Alors c'est ainsi que Plume s'éteint. Passant d'oiseau de lumière à oiseau d'ébène.

Accomplissant la douloureuse renaissance de nouveau... Dans la gueule affamée du froid.

Elle reconnut la faim qui l'avais abandonnée...

Alors elle devint malade et tomba au sol pour commencer à y mourrir... Pour y renaitre dans la douleur et les cendres.

Telle est la destiné des Phénix de ce monde glacé.
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Mar 29 Nov 2011 - 17:48
C'est très beau ^o^

Tu as parfaitement raison au sujet du mal être au service de l'inspiration. Des fois il est bon de s'évader.
Pièces Pièces : 45573
Nombre de messages : 5686
Age : 24
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur









Spoiler:
 
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Link a écrit :
avatar
Fondateur
Mar 29 Nov 2011 - 20:17
C'est vrai que c'est une bonne source d'inspiration. Mais oui c'est joli bien que le style saut de ligne ultra-poétique c'est un peu barbant...Bon allez met ça au service du RP =D.
Pièces Pièces : 87253
Nombre de messages : 55838
Age : 23
Localisation : Hyrule
Réplique/Citation : La balance des forces du bien et du mal...tombera en ma faveur.
Date d'inscription : 26/06/2007
Liens : Famille : Sakura Chan, Celeste Ashura

Meilleurs Amis : Roy, Fox, Phoenix, Jonathan Gozen

Pires Ennemis : Ganondorf, Maiden, Trascer, Lumina, Jack

Traitre ou Ami ? : Rec, Stip



Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur http://kevinrolinbenitez.com/
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Ashura a écrit :
avatar
Arrogance Incarnée
Mer 30 Nov 2011 - 17:41
J'en suis à la moitié (je lirais l'autre quand j'aurais le temps) et j'ai des choses a dire.

Premier point: le STYLE; bon, on réchappe pas aux fautes d'orthographes, d'accords... Ici, yen a pas mal; attention. Mais c'est pas le plus important.

J'adore le conte, perso: ya des univers sympa, des personnages attachants, des inventions magistrales, et tout le monde peu les lire. Et ton style, sans trop de descriptions, sans fioritures, voir épuré, poétique, va a merveille avec ces histoires si particulière.

Le saut de ligne style poésie ou fable, par contre, ça va pas du tout. Ça sert juste a rallonger le texte, c'est inutile, c'est juste LOURD; de la mise en forme, OK. Mais là, ça énerve plus qu'autre chose, surtout que je l'ai dis: l'histoire et le style se suffisent à elle même. Ya rien comme métaphore, comme rime, ya pas nécessairement besoin d'un rythme comme au théâtre ou dans une chanson. Donc arrête.

L'histoire en elle même, elle est belle: cet oiseau bleu malade a en crever qui aide un plus démuni que lui (ou elle, c'est VRAIMENT confus a ce niveau là; qui est le mâle? La femelle?). C'est parfait pour un conte, et je me demande ou ça va te mener (j'lai pas finis).

L'univers, quand a lui... C'est un peu brouillon, cette histoire d'Eden. C'est très fantasy, très roman, très anecdotique. Tu contes faire une série de conte dans le même univers?

T'as deux alternatives, alors: sois tu fait une série, et dans ce cas tu développes ce coté, mais pas trop (conte pas pareil que roman, c'est super important), ou soit c'est un One Shoot, et dans ce cas là, je vois pas l’intérêt de ses passages là.

On verras, hein. J'aimerais mieux la première alternative: un univers décrit a travers une série de contes, je VEUX voir ça.

Enfin, au final, j'aime. J'ai pas finis, et je suis déjà fan. Je te dirais ce qu'il en est quand j'aurai terminé ma lecture (dans un bout de temps), mais sur ce...

Edit Admin : Supression d'un Message - Raison : Double Post

Edit Admin (un autre) : Suppression du message - Raison : Message inutile + double post
Pièces Pièces : 9626
Nombre de messages : 607
Age : 21
Localisation : La flemme de te le dire, je sais pas moi même.
Réplique/Citation : C'est pas parce que... Bref, TA GUEULE.
Date d'inscription : 22/05/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Spoiler:
 








I'm the emmerdor

Je ne pense pas être assez faible pour que tu te permettes de te foutre de moi. (Ashura's quote)

Lisez Warp et la Fic Collective, peoples!

RP en cours:En attendant Gracowitz
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Invité a écrit :
Mar 14 Fév 2012 - 9:12
Bon hé bien... Voila un nouveau conte, j'espère qu'il vous plaira. Néanmoins, je trouve que mes deux histoire sont assez semblables, enfin bon, malgré cela j'espère que vous apprécierez cette nouvelle histoire.

Bonne lecture à tous ! ^^"

Je ne vous met pas le titre, pour vous laisser le suspense jusqu'au bout ;3 (Mewi je suis méchante =D)

C’était un jour comme les autres, un jour hivernal, comme l’éternité de jours de ce monde. Mais ce jour était plus froid que tous les autres.

A l’image du soleil, mes plumes avaient toujours le teint doré, quel que soit le temps. Je n’avais pas plus de poisson que les autres à vrai dire, pour moi, c’était la disette, la renaissance. Néanmoins, mon corps avait toujours été ainsi, doré, toujours brillant même quand il aurait dû que mes flammes faiblissent. En effet, le simple fait de penser à la chasse me rendait mes forces, me donnait le courage d’affronter ce monde, même si, pour être honnête, cela m’épuisait beaucoup plus que la normale. Passant la plupart de mes jours non pas dans les airs mais dans des abris de fortunes gelés par une glace éternelle, je mourrais néanmoins de désespoir, malgré le corps qui m’avait été donné.

Un jour, cependant, un vent chaud souffla, chassant le blizzard et plongeant le monde dans une douce tiédeur reposante. Il n’y avait plus de neige, la glace commençait à fondre. Cela me rendit heureux car de toute ma vie, je n’avais connu pareille euphorie. Retrouvant enfin mes forces après une éternité, je bondis au dehors, vers ce ciel magnifique, bleu et blanc comme il l’est tellement rarement. Rien n’était plus beau que ce jour-là, je fendais l’air avec une force nouvelle, faisant des acrobaties aériennes. Rien n’aurait pu troubler cette quiétude enfin retrouvé. Rien… Sauf… Lui…

Comme un mirage, j’aperçus dans le ciel, un ange. Contemplant l’horizon tout en planant avec nonchalance. Ses plumes semblaient comme les miennes à ceci près qu’elles irradiaient de lumière et de chaleur. C’est alors que, timidement, je m’approchais de cette sublime créature, planant derrière elle des heures entières. Sa chaleur qui émanait d’elle était si douce que je n’aurais jamais voulu briser cette harmonie. J’étais enfin heureuse et dans ma tête vibraient les plus beaux chants du monde, ce maigre bonheur me suffisait malgré tout. C’est alors que, sans m’en rendre compte, je me suis approché petit à petit d’elle, et alors, nous finîmes par discuter. C’était un mâle, son nom était Solarus et c’était une créature absolument charmante. Nous étions heureux de voler ensemble, nuit et jour, nous adorant mutuellement. Je n’avais jamais été aussi heureuse avec une créature de mon espèce. Néanmoins, un soir, une voix dans le vent combla nos incertitudes et je fus obligée d’admettre l’évidence : J’aurais aimé qu’il soit mon compagnon et lui faire vivre les plus beaux moments de sa vie à l’Eden. Je finis par lui avouer, et, avec un peu d’hésitations il accepta de voler avec moi jusqu’à ce paradis. Ce furent alors les six plus beaux jours de ma vie. J’étais heureuse de pouvoir partager mon bonheur avec lui, lui donner mes plus belles prises, chanter pour lui mes plus beaux chants… J’aurais tant aimé que mes présents lui suffisent…

Cependant, le sixième jour, Solarus avait disparu le matin venu, ne me laissant, qu’un moineau messager pour me dire que mes prises n’étaient pas assez bien pour lui, que, quel que soit mes efforts, je ne pourrais le combler.
Alors… Je partis de l’Eden, à travers le blizzard qui soufflait de nouveau, sentant mes forces m’abandonner. Je me réfugiais dans une caverne gelée, mourante, comme à l’origine… Victime d’un mal que je n’avais jamais connu, d’une faim plus dévorante que les autres, je perdis mes plumes et mes rémiges tombèrent elles aussi, me coulant à jamais à cette terre de froid et de souffrance. Ne pouvant plus rien faire d’autre à présent que de rêver d’une étoile indigne qui ne reviendrait jamais…

Mon nom est Icarus…
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Mar 14 Fév 2012 - 11:38
Moi j'aime beaucoup !

Ca aurait mérité d'être plus long, et que les héros ne soient pas encore des piafs ... Mais j'aime !

Ah par contre j'ai vu un passé simple dans le tas, je trouve qu'il ne colle pas avec le reste ^^'
Pièces Pièces : 45573
Nombre de messages : 5686
Age : 24
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur









Spoiler:
 
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Link a écrit :
avatar
Fondateur
Mar 14 Fév 2012 - 22:13
J'aime pas trop cette écriture qui fait passer en premier plan les sensations et qui relaient au second plan les actions, mais ça peut être une certaine forme de poésie assez agréable quand on apprécie ~ .
Pièces Pièces : 87253
Nombre de messages : 55838
Age : 23
Localisation : Hyrule
Réplique/Citation : La balance des forces du bien et du mal...tombera en ma faveur.
Date d'inscription : 26/06/2007
Liens : Famille : Sakura Chan, Celeste Ashura

Meilleurs Amis : Roy, Fox, Phoenix, Jonathan Gozen

Pires Ennemis : Ganondorf, Maiden, Trascer, Lumina, Jack

Traitre ou Ami ? : Rec, Stip



Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur http://kevinrolinbenitez.com/
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Invité a écrit :
Ven 9 Mar 2012 - 14:59
Today, Lumi a écris une chanson.

Bon après elle a un peu perdu la mélodie avec la nuit... Mais c'est pas grave o/

Enjoy !
______________

Il étais une fois, par delà le temps,
Dans une armure dorée caressée par le vent,
Une jeune fille à moitié oubliée,
Unique vestige d'un bien sombre passé,

Dans une spirale de souvenirs rêvés,
Que même le temps n'a pas pu effacer,
Ce doux visage à moitié oublié,
Hante hélas encore de délicieuses pensées,

Née pour rêver de mondes enchantés,
Dont la réalité nous a encore échappée,
Pour tout ceux dont le destin brisé,
Ne percera jamais dans ce monde troublé,

Fille des étoiles, fille de la lumière,
Qui avait pour souhait de quitter cette terre,
Pour un mirage dont les paroles d'argent,
Étaient le seul souvenir que n'avait volé le temps,

Plongeant alors dans ses mélodies,
Imaginant encore les plus belles poésies,
Elle chercha longtemps un moyen,
Pour faire que son cœur redevienne sien,

Mais rien alors ne put changer la donne,
Contre ce destin qui pour le coup l'abandonne,
Le cruel Temps qui ainsi lié,
A l'infernal Espace la firent abandonner,

Mais jamais rien ne put la faire oublier,
Car les sentiments jamais ne purent l'abandonner,
Alors dans sa mélancolie obligée,
Elle ne peut alors plus que regarder,

Cet ange argenté autrefois tant admiré,
Que temps et égoïsme ont fait si mal changer.
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Ashura a écrit :
avatar
Arrogance Incarnée
Ven 9 Mar 2012 - 16:15
Ah ouais. Du mysticisme à l'état pur, j'aime, j'adore, j'adhère.

On retrouve encore le même genre de thème qu'avant, mais cette fois, c'est plus la même chose. C'est de la poésie plus que du récit, ça ne se commente plus pareil.

En tout cas, c'est beau. C'est stylé. Shui sur le cul.

Comme quasiment tout le temps, quoi.
Pièces Pièces : 9626
Nombre de messages : 607
Age : 21
Localisation : La flemme de te le dire, je sais pas moi même.
Réplique/Citation : C'est pas parce que... Bref, TA GUEULE.
Date d'inscription : 22/05/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur


Spoiler:
 








I'm the emmerdor

Je ne pense pas être assez faible pour que tu te permettes de te foutre de moi. (Ashura's quote)

Lisez Warp et la Fic Collective, peoples!

RP en cours:En attendant Gracowitz
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Invité a écrit :
Ven 8 Fév 2013 - 14:58
A cet instant précis, alors que tout étais gelé au milieu des ténèbres, un hurlement ébranla la structure même du vide et créa deux choses des plus invraisemblables qui aient pu exister : Direction et durée.

La bête invisible, anomalie du néant, étant tout et rien à la fois, chassa la matière, dans un premier cri, celui qui fit tout basculer.
Ainsi viens le début de la fin, éloignant le vide, réchauffant les ténèbres glacées, apportant ainsi un écho bienveillant, un murmure dans ce qui étais le plus petit et insignifiant. L’océan s’étalais, la brèche étais ouverte et d’elle s’épanchait ce flux épais de fragment de choses diverses et variées. Volant en éclats, elles se dispersaient chacune de leur côté, certaines s’attirant, d’autres se repoussant. Ainsi les premiers clans se formèrent.

Personne n’avait la moindre idée d’où venait la différence mais elle existait et elle fut bientôt le sujet d’une guerre acharnée : Celle de l’énergie. Troquer son importance pour en gagner plus et ainsi, changer son appartenance, n’est-ce pas magnifique ? C’est ainsi que la hiérarchie de l’énergie s’instaura, ce combat silencieux pour être plus fort, ce troc pour ne pas disparaitre.

Ceux qui étaient les plus nombreux finirent par s’associer, bâtir des colonies, des cités au milieu du vide. Ceux-là avaient compris que pour survivre, il fallait surfer sur l’onde de l’expansion. Beaucoup d’autres restaient dans la cacophonie du chaos instauré, seuls au milieu de l’océan d’autres, tous différents. Les colonies elles, finirent par balayer un peu plus le vide et le chaos et de ce fait, donnèrent naissance à un tout autre type d’onde grâce à leur activité économique : Une onde mineure, arrachée à la bête originelle, comme un hurlement silencieux et confiné par la force du nombre.

L’ère des ténèbres et du chaos finit par prendre fin, expulsée par les milliards de colonies dont l’onde rassurante avait envahi les ténèbres et le froid. Peu à peu, ils perdaient leur signification tandis que des nouveaux sens étaient découverts : Chaleur et sécurité.
Tout semblait aller pour le mieux jusqu’à ce que le sens de la fin fût malheureusement découvert.

Autrefois, seule l’éternité et l’ignorance de tout existait. Maintenant que tout avait été dispersé par la bête, l’éternité avait été brisée et étais à présent devenue un écho du passé, une légende perdue avant même la naissance des âges.

A présent, les colonies dispersées aux quatre coins de l’océan s’étaient imposées aux ténèbres du chaos. Malheureusement, ces colonies gorgée de l’énergie de trilliards de transactions entre petit bouts de choses n’étaient pas éternelles comme l’étais autrefois le monde de la bête endormie.

Elles avaient toutes une fin, resplendissante, créatrice et semeuse de chaos.
Dans un flash, elles partirent en poussière, les unes après les autres, leurs restes créant des colonies plus petites, moins créatrices mais aussi plus robustes à l’épreuve de la fin.

Un âge s’instaura, l’âge de la création, de l’énergie et de la fin.

Des colonies vinrent des choses inconnues, nouvelles. La naissance des abominations. Toutes différentes, elles ne ressemblaient en rien aux fragments des colonies. On peut dire que c’était des micro-colonies, car c’était un regroupement de choses semblables. Elles n’étaient en rien comme les colonies car, elles comportaient toutes le même type de chose en leur sein, leur unité interne étais reposante par rapport à la frénésie des colonies, le seul problème étant qu’elles ne produisaient pas d’énergie, elles étaient donc comme des embryons non-viables de colonies. On aurait pu dire que c’étais l’échec des colonies, car elles étaient condamnées à disparaitre sans donner de descendance directe mais il n’en fut rien.

Ces colonies ratées en apparence ne l’étaient pas du tout en réalité, elles étaient justes différentes de leurs ainées. On pourrait les qualifier d’amas inertes.

Les amas inertes étaient bien plus lourds que les colonies si on les aurait comparés à taille égale, mais les colonies avaient plus de fragments en leur sein ce qui, de toute évidence, donnait d’avance leur supériorité à la fois numérique et massive. Les amas étaient rares et dispersés. Peu de colonies pouvaient en créer en grande quantité. Néanmoins, dispersés dans le chaos, certains surent se rencontrer pour former de plus grands amas greffés les uns aux autres. Ils devinrent ainsi les satellites des colonies, recevant l’onde rassurante de ces dernières pour continuer d’auto-approuver mutuellement leur existence, ils n’avaient pas besoin de plus.

L’existence des amas inertes se limitait à la contemplation de l’étendue environnante. Ils savaient se poser les bonnes questions durant leur vie au rythme du chant des colonies et cette existence de sage convenait parfaitement aux rejetons non désirés des colonies. Ils étaient les sentinelles de l’instant, gagnant des cicatrices saisons après saisons.

Ils sont peut être le dernier message avant le retour progressif du chaos et de l’éternité. Ou peut-être, nous avançons inexorablement dans un espace anthropique toujours plus loin dans le chaos et que la bête endormie, aussi mystérieuse soit elle n’est que l’expression du changement elle-même.

Nous autres, penseurs, nous sommes les enfants des amas inertes, des sentinelles, elles-mêmes filles des colonies.

Nous sommes ceux qui, construits d’un assemblement de beaucoup de choses qui n’auraient pas dû se trouver là, ont la faculté de voir et de ressentir par bien d’autre chose que des automatismes. Sentir et comprendre les ondes n’est pas donné à tout le monde après tout.

Nous somment le changement, nous somment l’avenir...
Nous somment les penseurs.
N’est-ce pas ?
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Link a écrit :
avatar
Fondateur
Dim 10 Fév 2013 - 11:33
Mh un texte qui ne laisse pas de marbre mais qui est aussi mystique. Sur ce point là on peut dire que tu es assez unique xD.
Pièces Pièces : 87253
Nombre de messages : 55838
Age : 23
Localisation : Hyrule
Réplique/Citation : La balance des forces du bien et du mal...tombera en ma faveur.
Date d'inscription : 26/06/2007
Liens : Famille : Sakura Chan, Celeste Ashura

Meilleurs Amis : Roy, Fox, Phoenix, Jonathan Gozen

Pires Ennemis : Ganondorf, Maiden, Trascer, Lumina, Jack

Traitre ou Ami ? : Rec, Stip



Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur http://kevinrolinbenitez.com/
 :: HRP ~ Préparatifs :: Le Musée de Next Wave :: La Bibliothèque Sans Fond
Gozen Arkaÿlis a écrit :
avatar
Quatuor Universel
Dim 10 Fév 2013 - 12:56
Moi je l'avais déjà lu /tourne
Pièces Pièces : 45573
Nombre de messages : 5686
Age : 24
Localisation : Pandorica
Réplique/Citation : Praise the Helix
Date d'inscription : 22/03/2011

Feuille de personnage
Objet(s):
Voir le profil de l'utilisateur









Spoiler:
 
Les contes Luminiens
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les contes Luminiens
» [Story] BIONICLE Les Contes de Sahmad : Podcast 1
» [Evenement role play] La veillée des contes
» Nouveaux contes electeurs ?
» [Preview] Les contes de L'Orient

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum